Newsletter ActuaBD

Marvel Universe : Annihilation T3 et T4 - Par Keith Giffen (Sc.) - Panini Comics

  • Pour lutter pour ou contre l’une des plus grande invasions universelles, une ribambelle de célébrités Marvel se retrouvent dans cette grande épopée spatiale comme la Maison des idées sait si bien les faire. Deux numéros à ne pas louper pour qui aime les guerres cosmiques dignes de ce nom.

Annihilus, mégalomane surpuissant à la tête d’une armée d’innombrables insectes géants et agressifs, se met dans l’idée de conquérir l’univers. Vaste projet en perspective qu’il mène pourtant avec brio puisque rien ne semble résister à sa vague destructrice. Après avoir anéantit l’empire Skrull, ce sont les Krees qui prennent une vilaine claque. Avec l’aide du toujours aussi génial Thanos, il s’apprête à neutraliser Galactus afin de canaliser son pouvoir cosmique et finir le travail tranquillement.
Il ne reste désormais plus qu’à l’arrêter.

Nova est le seul représentant de la Terre dans cette histoire. Dernier survivant de son groupe de justiciers, les Nova Corps, il devient général dans l’armée Kree et, heureusement pour lui, il est bien entouré. Outre Galactus, qui fait déjà ultra- plaisir comme allié, il peut compter sur quatre de ses hérauts dont le Surfeur d’argent et Firelord en grande forme, Ronan, l’accusateur célèbre Kree bien costaud, Dax le destructeur dont la raison d’être est de tuer Thanos, Dragon lune, sa fille, et le Super Srull doté des pouvoirs des 4 Fantastiques.
Marvel Universe : Annihilation T3 et T4 - Par Keith Giffen (Sc.) - Panini Comics

Il ne faut pas chercher de profondeur à ce récit dont l’unique raison d’être est de mettre en images de gigantesques batailles interstellaires et des combats épiques entre gros balaises en colère. Ceci dit, il faut savoir aussi que ces deux aspects sont maîtrisés et qu’ils sont fournis en masse. Ceux qui aiment seront gâtés car, dans son style, cette saga relève le défi haut la main en proposant un récit haletant truffé d’action dans lequel on se plonge très facilement. Ces deux numéros qui concluent l’histoire offrent par ailleurs un final tendu comme on les aime qui redéfinit le devenir de certains personnages-clés.

Le scénariste Keith Giffen réussit donc à séduire avec cette invasion spatiale géante, simple et réellement inquiétante. Annihilus est détestable, on se demande vraiment comment l’arrêter et tous les autres personnages restent fidèles à eux-mêmes et parviennent malgré leur nombre à se tailler une part belle dans l’aventure. Une mention spéciale est décernée à notre ami Thanos, toujours aussi machiavélique et fier de l’être.

Le dessin de Scott Kolins, quant à lui, sert l’histoire à merveille. Dans un style désormais classique pour les comics d’aujourd’hui, les scènes de batailles ou de combats sont impressionnantes de clarté et de grandeur. Totalement maîtrisées, elles détaillent chaque personnage et rendent l’ensemble terriblement plaisant.

Une conquête spatiale qui donne ce qu’on en attend, sans se perdre dans des complexités inutiles comme peuvent parfois le faire un certain nombre de récits (comme la minisérie de Ronan l’accusateur proposée dans le tome 3 qui reste parfaitement incompréhensible).

(par Mathieu Drouot)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Acheter l’album Annihilation T3 en ligne

Par Keith Giffen, Simon Furman, Jorge Lucas et Renato Arlem (T3) et Keith Giffen & Andrea Di Vito (T4).

 
Participez à la discussion
1 Message :
Newsletter ActuaBD