Marvels – Par Kurt Busiek & Alex Ross (trad. Laurence Belingard & Thomas Davier) – Panini Comics

17 mars 2015 0 commentaire
  • Nouvel ajout dans la collection Marvel Icons de Panini, une collection de prestige sélectionnant des aventures parmi les plus emblématiques de la Maison des Idées et signées par de grands auteurs. Ici, il s'agit de l'incontournable Marvels qui est dégainé : et si la mythologie Marvel nous était contée et ressentie par un homme en dehors du sérail super-héroïque ?

En 1993-1994, le duo composé du scénariste Kurt Busiek et du dessinateur Alex Ross frappe un grand coup critique et commercial avec son original récit qu’est Marvels. Sa particularité ? Remémorer chronologiquement les grands évènements de la mythologie Marvel, de la Seconde Guerre mondiale à la mort de Gwen Stacy dans les années 1970, à travers le point de vue externe d’un journaliste qui observe et vit les répercussion de ces grands moments.

Là réside la magie de Marvels : avec le bruit et la fureur que peuvent provoquer les super-héros durant leur carrière, comment peuvent bien vivre les personnes lambda qui vivent à leur proximité ? Comment mener une vie normale à New York quand de si nombreux héros ont installé leurs valises dans la ville et font de celle-ci la cible de toutes les convoitises ?

Marvels – Par Kurt Busiek & Alex Ross (trad. Laurence Belingard & Thomas Davier) – Panini Comics
L’objectif du journaliste s’émerveille devant le spectacle de ces Marvels.
© Marvel

Kurt Busiek parvient avec talent à créer une empathie chez le lecteur pour son personnage principal, dépassé et souvent bousculé par les faits et gestes des super-héros. On retiendra notamment deux moments-clés pour illustrer cette idée : l’apparition de la haine des mutants avec l’arrivée des X-Men dans les années 1960 et la première apparition de Galactus au dessus du Baxter Building.

Avec le premier événement, notre narrateur de journaliste se met inconsciemment à cultiver une haine primaire pour ces biens étranges adolescents que sont les premiers X-Men, appelés à supplanter l’espèce humaine selon lui. La suite des événements lui donnera bien du fil à retordre, notamment lorsque ses propres filles recueilleront une enfant mutante abandonnée et difforme chez eux... Difficile de mieux faire comprendre la métaphore que constitue la série à sa création des grandes tensions raciales qui ont parcouru les États-Unis durant cette décennie et bel exercice de style pour Kurt Busiek qui parvient à gérer de si ambigus sentiments au fil des planches.

Quant au second événement, la tension est on ne peut plus à son comble. Quand Galactus débarque pour la première fois sur Terre et promet de la détruire pour se nourrir, le tout avec un show son et lumières à faire pâlir les plus durs à cuire, comment ne peut-on pas penser qu’il s’agit là de la fin du monde lorsque l’on est un être lambda sans capacité d’influencer la situation ?

Kurt Busiek parvient à créer une tension palpable avec son personnage principal, tentant de traverser un New York fantomatique afin de rejoindre sa famille. Ici encore, l’empathie voire l’identification du lecteur à ce personnage joue à plein régime et donne force au récit.

Le style réaliste d’Alex Ross est des plus agréables à suivre au fil de ce récit.
© Marvel

Au delà de l’écriture efficace de Kurt Busiek, Marvels est aussi un tour de force de tous les instants de la part du dessinateur Alex Ross. Et pour cause : toutes les planches qu’il a réalisées pour cette œuvre n’ont pas été dessinées mais peintes ! Le style photo-réaliste d’Alex Ross permet ainsi d’émerveiller le lecteur et d’ancrer le récit dans une forme de crédibilité forte aux yeux de ce dernier. De plus, les fidèles amateurs de Comics en auront pour leur argent avec les détails et les références qui jalonnent ces planches, que ce soit déceler un Clark Kent qui joue les reporters parmi la foule lors de l’exposition de la première Torche humaine au public ou bien un John Romita devenu chauffeur de taxi qui permet au protagoniste principal de mener la course du Bouffon vert en train d’enlever Gwen Stacy.

Marvels est un incontournable qu’il convient de lire ou redécouvrir, tant ses qualités graphiques et narratives ont fait date durant les années 1990. Accompagnée de nombreux bonus qui donnent un nouvel éclairage à l’œuvre, Marvels est une référence intéressante à cocher parmi le catalogue récent de l’éditeur Panini.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?