Marzi – T5 : Pas de liberté sans Solidarité – T5 – Par Savoia & Sowa – Dupuis

11 octobre 2009 0 commentaire
  • Le cinquième tome de {Marzi} clôture le chapitre de l’enfance de ce personnage. {{Marzena Sowa}} revient, en compagnie de {{Sylvain Savoïa}}, sur sa vie derrière le Rideau de fer en Pologne, dans des courts récits qui peuvent être à la fois savoureux et durs.

Le cinquième tome de Marzi débute sur deux histoires plutôt dures et difficiles. Marzena Sowa se souvient des onze jours et nuits de grève de l’usine où travaillait son père. Les ouvriers, soutenus par le mouvement Solidarność de Lech Walesa , protestaient contre leur condition de vie et se battaient pour une Pologne libre et ouverte. Marzena Sowa se replonge dans son enfance et nous fait partager la manière dont elle a vécu ces terribles évènements. Elle ressentait des sentiments contradictoires : l’absence de son père à la maison pendant ces quelques jours, une impression d’abandon ; ensuite l’émotion de le revoir enfin pendant quelques minutes derrière la grille de l’usine.

L’autre récit politico-historique aborde un débat en direct sur une grande chaîne télévisée où le journaliste avait pour objectif de ridiculiser Lech Walesa et le montrer comme quelqu’un irrationnel. Mais le journaliste ne réussit pas son coup, et Walesa en sortit gagnant. Une table ronde avec les autorités politiques commença alors dans la foulée.

Marzi ne perçoit pas l’importance de l’évènement, elle n’en comprend pas le sens et ne doute pas qu’elle traverse une période qui marquera l’histoire. Ces deux récits sont entrecoupés par une histoire plus légère, ressemblant à la majorité de celles qui composent l’album. Pendant que la mère de Marzi se rend dans une école pour tenter d’apercevoir une apparition de la Vierge Marie, la jeune enfant et son papa greffent un arbre dans le verger. Si la nature fait son office, ces deux pommiers deviendront des poiriers. Ces trois récits résument le charme et la spécificité de la série. Ces petites histoires tendres, savoureuses, poétiques et parfois humoristiques de la jeunesse de Marzena Sowa sont mélangées aux grands évènements de l’histoire de la Pologne durant les années 1980. Marzi en est le témoin et les partage aujourd’hui avec le regard candide de l’enfant qu’elle était.

La qualité de cette série doit beaucoup à son dessinateur. Après avoir entendu Marzena Sowa lui parler de ses souvenirs de jeunesse, Sylvain Savoia l’a convaincue de les écrire et d’en faire des courts récits en BD. Marzena Sowa a vécu une enfance décalée par rapport aux Français et aux Belges du même âge. Les adultes se délecteront de ces anecdotes savoureuses. Les enfants, eux, percevront cet album comme la simple histoire d’une petite fille.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Sylvain Savoia et Marzena Sowa sur actuabd.com, c’est aussi :

Des interviews des auteurs :

- "Marzi est plus un témoin qu’un juge des évènements qui se sont déroulés en Pologne dans les années 80" (Avril 2007)
- Savoia : "Avec Marzi, j’avais envie de raconter autre chose que le matérialisme qui règne en France." (Juin 2005)

Les chroniques du T1, T2, T3 et du T4 de Marzi
La chronique de l’intégrale regroupant les trois premiers tomes de cette série.

Commander le T5 de Marzi chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?