Newsletter ActuaBD

Mater - Par Stanislas Moussé - Le Tripode

  • Après deux ouvrages aussi surprenants que convaincants, Stanislas Moussé revient et prolonge son univers par un nouveau récit centré cette fois sur des figures féminines et maternelles. Indéniablement, une œuvre importante de la bande dessinée émerge sous nos yeux.

Après Longue vie et Le Fils du Roi en 2020, Stanislas Moussé livre donc Mater, suite des deux premiers et naturellement dans leur prolongement graphique et narratif. Des personnages se retrouvent possédés par des entités mystiques et une lutte s’engage autour d’un bébé.

Nous retrouvons donc cet univers à la fois pastoral et médiéval-fantastique, certains personnages plus vieux, et des paysages de forêts et de montagnes qui structurent cases et planches. Et au niveau des créatures, toujours plus étranges et monstrueuses, cela grouille littéralement : par les foules lors des scènes de batailles, comme dans les volumes précédents, mais aussi et surtout via les protagonistes principaux et nouveaux de cet opus qui paraissent avoir intégré dans leur dessin ce mot d’ordre de composition graphique.

Mater - Par Stanislas Moussé - Le Tripode
Des planches littéralement grouillantes de détails
Mater © Stanislas Moussé / Le Tripode

Ainsi, Stanislas Moussé poursuit son œuvre de création de manière originale et captivante. On pourra peut-être lui reprocher de « simplement » prolonger sans réellement se renouveler mais ce serait, à notre sens, un bien mauvais procès. Même si l’on peut trouver diverses inspirations à son travail, ce que propose ce jeune auteur témoigne déjà d’une identité propre puissamment affirmée et d’une rare qualité. Pourquoi changer dès lors que ce qui est offert, peut-être toujours sur une même base, propose pour autant des éléments nouveaux et explore discrètement mais fermement des pistes graphiques nouvelles.

On le voit avec l’usage prononcé de certains motifs géométriques dans le dessin, à travers la dimension mystique et onirique davantage creusée ou encore par la place qu’occupent deux personnages féminins dans la progression d’une histoire dont les codes demeurent classiquement masculins. On croise à présent des passages qui évoquent également David Lynch ou lorgnent du côté de bestiaires horrifiques beaucoup plus contemporains. Et tout cela participe de cet enrichissement frappant d’un univers déjà foisonnant sous des atours faussement simples et minimalistes.

Si l’on suivra avec plaisir cette histoire bizarre de lutte autour d’un enfant, motivée par de sombres divinités, on reviendra surtout avec délectation, au fil même de la lecture, à quelques planches ou quelques cases absolument magistrales, à même de hanter durablement n’importe quel imaginaire. C’est à cela que l’on mesure la remarquable réussite de Stanislas Moussé.

D’étranges apparitions derrière d’oniriques rideaux : tout cela n’a-t-il pas un petit côté "Twin Peaks" ?
Mater © Stanislas Moussé / Le Tripode

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Mater. Par Stanislas Moussé (scénario et dessin). Le Tripode. Sortie le 10 novembre 2021. 21 x 29 cm. 136 pages noir et blanc. 20 €.

 
Newsletter ActuaBD