Mauvais Genre - Par Chloé Cruchaudet d’après le livre de F. Virgili & Danièle Voldman - Delcourt

23 octobre 2013 3 commentaires
  • Un déserteur se déguise en femme pour échapper à sa réclusion. Une nouvelle vie commence, qui va bouleverser son couple. D'après une histoire vraie, un récit magistral illuminé par un dessin de haute volée.

Paul a connu l’enfer des tranchées. Appelé au début de la Première Guerre mondiale, il se retrouve en première ligne et découvre les horreurs de ce conflit.

Son obsession : fuir. Il risque la peine de mort si l’armée le retrouve. Sa femme Louise l’héberge dans une chambre discrète. Très vite Paul étouffe. Il veut sortir, s’occuper. En essayant une robe de son épouse, l’idée émerge : se transformer en femme pour échapper à la police. Son allure étrange, l’aspect masculin jamais vraiment effacé, va l’amener à diverses rencontres, notamment au bois de Boulogne. Et sa femme elle aussi va côtoyer cet univers fascinant et décadent... Jusqu’où iront-ils ? Tandis que le couple vacille, Paul finit par se prendre réellement au jeu du travestissement.

À l’origine, un roman : La Garçonne et l’assassin, signé Fabrice Virgili et Danièle Voldman, paru en 2011. En choisissant cette adaptation, Chloé Cruchaudet a perçu l’immense impact qu’elle pouvait gagner par l’illustration.

Et son dessin éclate de brio de bout en bout. Qu’il s’agisse des différents visages et costumes de Paul ou du Paris d’il y a 100 ans, l’élégance du trait magnifie les scènes et les tableaux nocturnes. Les couleurs distillées à doses homéopathiques donnent un cachet supplémentaire à un album parfaitement maîtrisé. On n’est pas loin du grand Blutch, et tout près d’un incontournable du 9e art.

Mauvais Genre - Par Chloé Cruchaudet d'après le livre de F. Virgili & Danièle Voldman - Delcourt
Mauvais Genre, Chloé Cruchaudet© Guy Delcourt Productions 2013

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • A une époque où la moitié des films sont adaptés de bandes dessinées, la moitié des bandes dessinées sont des adaptations de romans. C’est incohérent.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bob le 24 octobre 2013 à  13:58 :

      C’est fou le nombre de grincheux qui sévissent dans les commentaires d’Actuabd !
      D’autant plus que, en l’occurrence, le livre qui a servi de source à Chloé Cruchaudet n’est pas vraiment un roman, mais un livre écrit par deux historiens qui s’appuient sur des archives (lettres, photos, journaux intimes, compte-rendus de procès...) pour raconter cette histoire singulière. On pourrait donc plutôt parler d’une base documentaire rigoureuse qui a servi à développer une fiction biographique originale. Car les choix graphiques et narratifs (et les dialogues) de Cruchaudet lui appartiennent en propre et ils sont d’une maîtrise exceptionnelle...
      Cela dit, je ne pense d’ailleurs pas que le phénomène de l’adaptation soit un problème en soi. Il y en a de mauvaises réalisées pour de mauvaises raisons, et il y en a d’excellentes qui n’enlèvent aucun mérite au créateur qui les adapté !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 24 octobre 2013 à  21:14 :

        Ca a commencé avec les lettres de mon moulin par Mittéi et continué avec Nestor Burma par Tardi.

        Répondre à ce message