Medaka Box – T5 – Par Akira Akatsuki et Nisioisin – Tonkam

1er mars 2013 1 BD d’Asie par Aurélien Pigeat
Éditeur : Tonkam
  • L'exploration du laboratoire secret se poursuit pour Médaka et les autres membres du Conseil Étudiant. Les membres du groupe des "13" leur mettent des bâtons dans les roues, de manière tout aussi terrifiante que délirante.

Après Zenkichi, contraint de faire face à Kei Munakata réputé pour ses pulsions meurtrières et son art de tuer, c’est au tour de Kôki d’affronter un duo de choc du fameux groupe des "13", élite parmi les "anormaux" du lycée Hakoniwa. Yôka Nazé supervise le mystérieux projet "flasque" tandis qu’Itami Koga lui sert de sujet d’expérimentation privilégié.

Médaka Box poursuit allégrement dans son registre outré et burlesque. Si les situations et intrigues sont relativement rudimentaires, les personnages assurent le spectacle et mènent l’action. Paradoxalement archétypaux et pourtant originaux, ils semblent tous ne vivre que pour la démesure, chacun poussant la logique qui le caractérise jusqu’à son paroxysme, sans souci de vraisemblance aucun.

Ce principe de caractérisation des héros commande la narration elle-même : les révélations autour de Yôka Nazé entraînent une réaction en chaîne d’événements dont on a hâte de suivre les développements. Bien évidemment, tout cela reste éminemment sérieux et complètement dérisoire à la fois : les personnages ne dévient jamais de leur engagement, mais les dialogues et la mise en scène misent tout sur le décalage et l’humour.

Medaka Box confirme sont statut d’ovni qui joue pleinement des codes - et en même temps le jeu de ces derniers ! - du genre auquel il appartient. Un grand n’importe quoi rafraichissant.

Medaka Box – T5 – Par Akira Akatsuki et Nisioisin – Tonkam

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Un volume qui confirme que Medaka et Zenkichi tiennent la série et assurent son show. A côté d’eux, Maguro, le grand frère de notre héroïne, développe également une sacrée présence et éclipse finalement les deux autres adjuvants qui accompagnent notre duo. A voir comment la situation de Koki et de Mogana va évoluer car il faut suivre cette plongée dans "l’Anormalité"

    Sinon évidemment c’est l’entrée en scène de Yôka qui s’impose dans ce volume : Monstrueuse avec un côté décalé bien fun. Son apparition est finalement assez emblématique du style de Nisioisin : peu importe la situation et les enjeux, ce qui est important c’est la manière dont les personnages s’en emparent et les utilisent pour revendiquer leur "existence".

    Répondre à ce message