Mei Lanfang T1, T2 & T3 - Par Ying Lin - Urban China

16 janvier 2017 0 commentaire
  • Biographie revenant sur la vie de Mei Lanfang, l'un des chanteurs de l'Opéra de Pékin les plus populaires de l'histoire moderne, ce nouveau titre d'Urban China offre également un point de vue original de la Chine du début du XXe siècle.

Chine, 1904. Maître Wu se cherche un nouveau disciple à former à l’Opéra de Pékin. Il décide de donner sa chance au fils d’une de ses connaissances, récemment décédée : Mei Lanfang. Tout le monde s’étonne de son choix car le jeune garçon ne montre aucun talent et désespère son maître actuel.

Ainsi débute cette vie à l’Opéra de Pékin, toujours en cours, consacrée à la vie de la plus célèbre vedette de l’ère moderne de l’Opéra de Pékin, Mei Lanfang, qui fut le premier à se produire à l’étranger, en particulier au Japon et aux États-Unis, se liant d’amitié à des artistes de l’époque comme Charlie Chaplin et Sergueï Eisenstein.

Ying Lin s’est évidemment richement documentée et si elle « parfume » son récit en prenant quelques libertés ici et là, l’ensemble s’avère suffisamment fidèle et précis pour offrir une lecture intéressante aussi bien pour le parcours de Mei Lanfang que pour la vision des transformations de la société chinoise lors de la première partie du XXe siècle.

Le récit débute donc lorsque Mei Lanfang est âgé de 10 ans. Le premier tome retrace ses premières années d’apprentissage mais son « éducation » par son maître semble presque anecdotique tant celui-ci semble compter avant tout sur l’amour de son apprenti pour l’Opéra afin de progresser.

Mei Lanfang T1, T2 & T3 - Par Ying Lin - Urban China
© Urban China

C’est donc essentiellement le regard du jeune garçon sur l’état de son art à l’époque qui nous est narré dans un premier temps. Nous découvrons ainsi les méthodes d’apprentissages, sévères et parfois absurdes, les grandes vedettes à travers quelques représentations qui illustrent leur talent pour improviser dans des conditions de représentation catastrophique, ou encore la recherche de « protecteurs » des aspirants vedettes allant jusqu’à se prostituer auprès de riches amateurs d’Opéra.

C’est une vision en partie très critique d’une Chine d’un autre âge qui atteint son apogée dans le second tome avec l’avènement de la république de Chine. Les étudiants de l’époque désirent ainsi faire table rase des traditions archaïques mais aussi décadentes, prenant ici pour cible lors d’un épisode une jeune vedette d’Opéra à la vie dépravée.

Mei Lanfang transverse quant à lui cette époque avec un sens moral irréprochable et une passion pour l’Opéra qui le poussera constamment à se remettre en question. C’est ainsi qu’à partir du second tome, avec l’aide d’un amateur d’Opéra ayant vécu un temps en Occident, il va travailler à sa modernisation en proposant de nouvelles pièces et de nouvelles façons de jouer, tout en s’attachant au respect le plus sérieux de l’esprit et de l’héritage de l’Opéra de Pékin.

Dans le troisième tome nous arrivons ainsi à un Mei Lanfang en pleine ascension vers le succès travaillant sans cesse au perfectionnement de son art. Il commence à écrire ses propres pièces et à se produire en dehors de Pékin comme par exemple à Shanghai.

© Urban China

Le lecteur néophyte aura sans doute un peu de mal à comprendre l’univers si particulier de l’Opéra de Pékin, avec son absence de décor, ses costumes extravagants, ses personnages extrêmement codifiés, sans oublier les rôles de femmes tenus par des hommes, comme par exemple Mei Lanfang dont c’était la spécialité !

Cependant des annexes bienvenues sont disponibles à la fin de chaque tome. Elles reviennent sur les différents éléments apparus dans le tome (chants, costumes, postures, pièces, catégories de personnages, anecdotes, etc.), permettant de mieux comprendre le contexte et diverses situations.

Le graphisme de Ying Lin s’avère de son côté aussi élégant et clair que son personnage : les séquences sont lisibles grâce à des grandes cases et des pages aérés. Vie et force animent les personnages mais on regrettera néanmoins que ses hommes d’âges mûrs se ressemblent un peu trop, jetant par moment un brin de confusion.

Il n’en reste pas moins que Mei Lanfang : une vie à l’Opéra de Pékin, se révèle être un récit riche, et en dépit d’un premier tome un peu lent et très « exposition », déploie un parcours passionnant, suivant en parallèle la modernisation de la Chine, et démontrant que tradition et modernité peuvent coexister !

© Urban China
Documents

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Mei Lanfang : une vie à l’Opéra de Pékin T1, T2 & T3. Par Ying Lin. Traduction Nicolas Grivel & Olivier Zhao. Urban China. Sortie le 3 juin 2016, le 23 septembre 2016 & le 25 novembre 2016. 192 pages. 15,00 euros.

Commander le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC

Lire notre présentation des éditions Urban China.

  Un commentaire ?