Mei Lanfang T4 & T5 - Par Ying Lin - Urban China

21 juin 2017 0 commentaire
  • Fin de cette biographie consacrée au plus populaire chanteur de l'Opéra de Pékin de l'histoire moderne. Un acte final qui confronte l’art à la guerre, tout à fait réussi à l’image de cette série qui aura su nous passionner avec la vie de ce grand artiste.

Ces deux tomes concluent le manhua [1] de Ying Lin en deux temps : le tome quatre poursuit et achève officiellement la biographie de Mei Lanfang, tandis que le cinquième se présente comme un « bonus », revenant sur quelques anecdotes ayant parsemés la vie de l’artiste et n’ayant pas trouvé leur place dans le récit principal. Et comme pour les précédents, ces albums sont complétés de quelques pages annexes qui apportent des précisions à certains éléments du récit.

Mei Lanfang T4 & T5 - Par Ying Lin - Urban China

Les deux tomes partagent néanmoins un point commun : des histoires se déroulant essentiellement durant la guerre ou faisant intervenir des militaires, explorant la façon dont Mei Lanfang fut perçu par ces derniers et traversa la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945).

Né en 1894 Mei Lanfang fut l’un des chanteurs de l’Opéra de Pékin les plus populaires de son temps et reste aujourd’hui encore comme l’un des rois de l’Opéra de Pékin qui donna ses lettres de noblesse à cet art populaire.

© Urban China

Dans les trois premiers tomes Ying Lin s’était attelée à présenter au lecteur cet art tout en narrant l’apprentissage et l’ascension irrésistible de Mei Lanfang. Le tome quatre débute dans les années 1930 et se penche davantage sur la dimension politique de celui qui fut une immense vedette connue et aimée à travers toute la Chine et même au-delà.

En effet le récit débute par sa tournée aux États-Unis couronnée de succès, avec entre autres sa rencontre avec Charlie Chaplin avec qui Mei Lanfang se lia d’amitié. On pourra cependant regretter que le récit ne s’attarde pas davantage sur ce voyage, ainsi que sur la tournée européenne (non mentionnée).

Après cet épisode, Ying Lin conclut une sous-intrigue fictive, celle d’un compagnon d’apprentissage de Mei Lanfang qui termina se vie misérablement après s’être égaré dans la dépravation. Elle nous entraine ensuite en 1937, dans la seconde guerre sino-japonaise, et cela jusqu’à la fin : l’album se termine en effet lors de la libération en 1945, tout comme le cinquième tome, qui évoque la mort de l’artiste uniquement sous forme d’épilogue.

© Urban China

Dans ces tomes et lors de la seconde guerre sino-japonaise, nous voyons d’abord Mei Lanfang fuir Shanghai pour Hong Kong, pour ensuite, une fois cette dernière envahie, revenir dans sa ville, avec à chaque fois son refus de jouer pour les japonais, cessant son activité de chanteur tout au long de la guerre, survivant avec sa famille de dons et de quelques menues travaux de peinture jusqu’à la libération.

Ode à l’artiste, ces tomes ne manquent donc pas de souligner le caractère résolu et inflexible de Mei Lanfang, mais également la dimension exceptionnelle de sa renommée, courtisé par l’occupant mais qui se refuse à bousculer et manquer de respect à cet artiste aimé tout autant en Chine qu’au Japon.

Toujours aussi passionnée Ying Lin livre un récit qui sublime son personnage et fascine grâce à un parcours entre tradition et modernité parfaitement souligné, le tout dans un graphisme clair et élégant, avec ses très beaux tableaux d’Opéra. Une très belle œuvre à découvrir !

© Urban China

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Mei Lanfang : une vie à l’Opéra de Pékin T4 & T5. Par Ying Lin. Traduction Nicolas Grivel & Olivier Zhao. Urban China. Sortie le 3 mars 2017 & le 2 juin 2017. 184 pages. 15,00 euros.

Commander le tome 4 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 5 chez Amazon ou à la FNAC

Mei Lanfang sur ActuaBD :
- Lire la chronique des tomes 1, 2 & 3.

Lire notre présentation des éditions Urban China.

[1Bande dessinée chinoise.

  Un commentaire ?