Newsletter ActuaBD

Mercenaires, T1 : La Meute du Griffon - Par Paolo Deplano & Nicolas Jarry - Soleil

  • Une ancienne équipe de guerriers aguerris doit se regrouper et reprendre les armes pour contrer un fléau qui menace leur monde : Orcs, trolls, fées et gobelins au sein d'un japon médiéval. Une réussite graphique pour une intrigue qui se construit savamment.

So-Ku, un vieux seigneur de campagne est le dernier gardien du mur qui jadis protégea l’archipel d’un puissant ennemi. Aujourd’hui, ce mur est sur le point de s’effondrer, mais ni le shogun ni l’empereur ne semblent s’en préoccuper, laissant So-Ku seul et impuissant.

Le vieux seigneur décide alors de reformer son ancienne meute pour faire face à la menace grandissante. Dame Hirondelle, Intendant, Hérault, Pisteur, Un-croc, Danse-grise et bien d’autres sont à nouveau réunis. Ses compagnons, devant lesquels avaient tremblé les plus grands combattants de l’archipel, vont mener leur dernier grand combat.

Mercenaires, T1 : La Meute du Griffon - Par Paolo Deplano & Nicolas Jarry - Soleil
L’Intendant va à la rencontre de ces anciennes gloires. Chacun vit d’ailleurs maintenant sa vie comme il l’entend, mais accepteront-ils de reprendre les armes ?
Et en auront-ils encore la force ?

Après Nains, voici le retour gagnant du duo d’auteurs des Exilés d’Asceltis. Nicolas Jarry est entre-temps devenu un scénariste pilier des éditions Soleil ; il publie d’ailleurs le premier tome de Troie qui sort la semaine prochaine. Ses scénarios sont fouillés et épiques, et l’on s’ennuie rarement.

Il trouve sa parfaite complémentarité avec le majestueux dessin de Paolo Deplano. Finis les humains, car c’est dans un japon médiéval peuplé de goules, d’orcs et de gobelins que le dessinateur marie avec finesse et brio ces univers distincts. Difficile de ne pas tomber sous le charme de ces paradoxes thématiques car chaque page prouve l’habilité du dessinateur, rehaussée par les couleurs de Sylvia Fabris.

Le passé rattrape nos héros...

Si le cadre est donc enchanteur et la thématique porteuse (un groupe de vieux mercenaires reprend une dernière et grande quête pour sauver le monde), ce premier tome est néanmoins assez lent : un seul flashback pour émoustiller le lecteur avec les exploits passés, c’est peu. Mais Nicolas Jarry finit par imposer son rythme introductif dévoilant ses héros page après page, et on fait confiance à son expérience pour faire décoller l’intrigue, maintenant que cette équipée baroque est prête à en découdre !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire les six premières planches

 
Newsletter ActuaBD