Milo - T1 : Un jour de plus - par Rivière & Scoffoni - Delcourt

31 janvier 2008 0 commentaire
  • Si l'accroche ne se fait pas sur le nom des auteurs, elle se réalise sur la qualité du scénario et du dessin. Ce polar futuriste mérite un coup de projecteur.

Les cadavres, Milo Deckman en voit souvent. Par son métier, ce criminagent du Central Police de Los Angeles ne se laisse pas facilement impressionner. Pourtant, le voici dérouté par une jeune femme abattue sous ses yeux. Le corps comporte un impact de balle inhabituel et beaucoup plus troublant, l’identification rétinienne donne lieu à deux identités…

Benoît Rivière ne comptait, avant la sortie de Milo, qu’un seul album à son actif : Missy aux Editions La Boîte à bulles. Le jeune scénariste, amateur des films de Clint Eastwood, s’essaye ici au polar avec un certain talent de conteur. Il insuffle du rythme à son récit autour de personnages charismatiques et montre un efficace savoir-faire en matière de dialogues. L’univers est futuriste, juste ce qu’il faut, histoire de crédibiliser quelques objets parties prenantes de l’intrigue. Sa rencontre (merci internet) avec Philippe Scoffoni débouche sur une collaboration dynamique. Le dessinateur a imaginé un Los Angeles d’un futur proche pour planter son décor. La mise en scène est soignée et l’auteur crée, grâce à ses couleurs, une atmosphère singulière et idoine. Pour un premier album, le test est réussi. Milo récolte ainsi un de nos premiers coups de cœur !

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?