Mix T1 - Par Mitsuru Adachi (Trad. Margot Maillac) - Tonkam

1er août 2014 0 commentaire
  • Deux frères et une sœur, le baseball comme passion..., des non-dits, et le temps des premiers émois amoureux : nous sommes bien devant une nouvelle œuvre de l’inépuisable Mitsuru Adachi. Et lorsque le nom de « Meisei » se trouve convoqué, il devient impossible de résister à cette lecture !

Otomi, 12 ans, Tôma, 13 ans, et Sôichirô, 13 ans, sont frères et sœurs au collège Meisei. Les deux derniers font parties du club de baseball mais leur talent se trouve étouffé par un élève plus âgé, fils à papa, obligeant les autres membres à rester en retrait et de jouer à des postes qui ne leur conviennent pas.

Nos héros attendent donc leur heure, tout en se demandant s’ils iront au lycée Meisei plus tard. En effet, le lycée Meisei se trouve à deux pas de chez eux, mais leur équipe de baseball n’est pas fameuse, malgré une légendaire victoire au Kôshein, il y a 26 ans [1]. À cette question s’ajoute le mystère autour des deux frères, du même âge et nés le même jour, sans pour autant être jumeaux.

Mitsuru Adachi a débuté sa carrière de mangaka en 1970, réalisant d’abord des shôjo manga [2] avant de passer au shônen [3] dans les années 1980. De 1981 à 1986, il publie Touch, un manga mêlant habilement baseball et romance lycéenne. La série rencontre un immense succès et devient culte pour toute une génération.

Mix T1 - Par Mitsuru Adachi (Trad. Margot Maillac) - Tonkam
Le baseball ou l’idéalisation de la jeunesse selon Mitsuru Adachi
© 2012 Mitsuru Adachi / SHOGAKUKAN / Tonkam

Depuis, Mitsuru Adachi poursuit sa carrière dans cette veine, reprenant ce type d’histoire avec des variations plus ou moins importantes. Le mangaka a également tendance à réutiliser les mêmes modèles de personnage d’une série à l’autre, donnant ainsi l’impression fatale aux esprits chagrins qu’il ne cesse de se répéter. Cependant Mitsuru Adachi possède un lectorat fidèle, toujours avide de ses histoires au style si particulier et inimitable.

Deux frères partageant la même passion

La particularité de Mix, au-delà nous proposer une nouvelle histoire mêlant baseball et romance lycéenne, est de prendre place dans le même univers que Touch, dont l’action se déroulait au lycée Meisei ! Mitsuru Adachi offre donc à ses lecteurs une séquelle à son œuvre culte, près de 26 ans après !

Si une telle entreprise suscite forcément curiosité, voire excitation, pour le moment, il nous faudra prendre notre mal en patience concernant les liens avec l’illustre série parente. En effet, en dehors de la mention du lycée et de sa fameuse victoire, ce premier tome fait durer le suspense et nous présente des héros sans lien a priori avec Touch. Nous découvrons ainsi une fratrie à la structure particulière, avec en toile de fond une équipe de baseball moribonde.

En dépit d’une certaine répétition, le talent de Mitsuru Adachi demeure bien réel et son trait simple fait merveille, comme toujours. Le jeu des regards, des poses, met parfaitement en valeur les sentiments des personnages. Les dialogues sont économes, le ton léger, avec beaucoup d’humour et l’essentiel se trouve suggéré avec pudeur et malice.

Concernant l’édition de Tonkam, on appréciera les notes de traduction explicatives sur les termes (très) techniques de baseball.

En résumé, ce premier tome de Mix constitue une lecture agréable, qui ravira les amateurs du mangaka, et apparaît également idéal pour les curieux désirant lire un grand auteur de shônen romantique et sportif.

Une mise en scène tout en subtilité et en non-dits
© 2012 Mitsuru Adachi / SHOGAKUKAN / Tonkam

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Mix T1. Par Mitsuru Adachi. Traduction Margot Maillac. Tonkam, Collection "Shônen". Sortie le 2 juillet 2014. 192 pages. 7,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Concernant les autres œuvres de Mitsuru Adachi :
- Lire la chronique du tome 1 de Cross Game

[1Le Hanshin Kôshien Stadium est un stade de baseball célèbre pour accueillir la finale du championnat lycéen. D’où l’expression : « aller au Kôshien » signifiant « aller en finale ».

[2Shôjo : désigne un type de manga ayant pour cible éditoriale les adolescentes.

[3Shônen : désigne un type de manga ayant pour cible éditoriale les garçons adolescents.

  Un commentaire ?