Moby Dick - T1 : New Bedford - par Pécau & Pahek - Delcourt

12 juin 2005 1 commentaire
  • Pécau et Pahek nous propose une adaptation, plutôt réussie, du roman d'Herman Melville. Cette mythique chasse à la baleine, mise à la sauce galactique, est surprenante et intéressante.

Dans un futur lointain, les réserves énergétiques de la Terre ont été épuisées. Les humains partent trouver de nouvelles ressources minérales aux confins de l’univers. De nombreux vaisseaux cargos sillonnent le cosmos à la recherche d’astéroïdes dont les minerais sont ensuite extraits sur la station spatiale New Bedford, avant d’être renvoyés sur Terre. Un jeune informaticien, Ismael, cherche à s’engager sur un de ces vaisseaux. Après avoir fait la connaissance de Queequeg, un harponneur expérimenté, il s’engage avec lui à bord du Péquod. Aux commandes de l’astronef, le capitaine Achab est réputé pour être le meilleur chasseur d’étoiles. Cet homme n’a qu’une seule obsession : retrouver "Moby Dick", la gigantesque comète blanche qui, jadis, a détruit son vaisseau, le laissant seul rescapé de son équipage, avec une jambe en moins et le visage défiguré. Depuis lors, sa revanche personnelle envers cette comète prime sur tout le reste...

Lorsque Melville publia Moby Dick en 1851, les critiques américains accueillirent le livre comme une vulgaire bluette saupoudrée d’exotisme. Résultat : le fiasco. En deux ans, l’odyssée du capitaine Achab ne dépassa pas les 2 700 exemplaires... Heureusement, le temps a permis de faire émerger ce chef-d’œuvre de la littérature mondiale.

L’œuvre, roman d’aventures réaliste, renferme une série de méditations sur la condition humaine. Tout au long de ses pages, la chasse à la baleine est une grandiose métaphore de la quête de la connaissance. Certes, le roman de Melville est philosophique, mais il est également tragique. En dépit de son héroïsme, Achab est condamné et peut-être même damné.

L’adaptation de Jean-Pierre Pécau (Nash, Zentak, Arcanes, Little Blade) est assez fidèle et son postulat de départ (remplacer les baleiniers par des vaisseaux spatiaux et la baleine blanche par une comète) est cohérent. Le scénariste engage le lecteur dans un fantastique et périlleux voyage. La transposition du livre à la bande dessinée est aussi réussie, dans son genre, que l’adaptation cinématographique de John Huston.

Le graphisme du croate Zeljko Pahek explose littéralement, notamment lorsqu’il s’agit de dessiner le cosmos et les stations orbitales. Certaines cases sont époustouflantes. Par contre, le recours à l’informatique pour dessiner (coloriser ? déformer ?) les astéroïdes crée une rupture graphique avec le reste de l’album. Les couleurs appliquées directement sur les crayonnés sont de qualité inégale. Mais l’ensemble vaut tout de même le détour.

Les auteurs et l’éditeur ont la bonne idée de nous proposer la fin de ce diptyque dès le mois de septembre. Si l’œuvre originelle ne fût reconnue que tardivement, gageons qu’il n’en sera pas de même pour cette intéressante adaptation.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Je ne suis pas contre les transpositions de romans ; mais j’ai été déçu par celle-ci : on ne retrouve pas :
    - l’aspect maritime, vie en mer, isolation et difficultés des marins mythologies maritimes :
    - l’aspect religieux ; la malédiction qui frappe Achab, il n’accepte pas la punition de dieu ( Moby Dick) et le défit, ce qui le conduira à sa perte
    - l’aspect roman initiatique : un jeune homme cherche l’aventure, comme ça légèrement, il va découvrir un autre monde, il meurt, pour renaître en homme ( seul rescapé, il s’accroche au cercueil de Quequeg).

    La grande technologie du vaisseau spacial masque l’aspect, hommes livrés au vaste océan, à la matrice planétaire qui peut les engoufrer à tous instant, cette matrice dont la baleine blanche est une excroissance ; la baleine n’en veut pas aux hommes qui la chasse, elle se protège d’eux.
    Le règlement de compte d’Achab apparaît bien dérisoire, et sa haine, une obcession folle qui coutera la vie à tous ses hommes.

    Dans la BD Achab n’a pas cette dimension dualle, dangeureux mais pathétique, il a l’air d’une sorte de pirate spacial, dommage ;

    Le film de John Huston est une excellente transcription du roman, il est superbe : il faut dire que c’est Ray Bradbury qui en a fait le scénario ( c’est dire)

    Répondre à ce message