Monsieur Hulot au pays de Merveille

12 juin 2012 0 commentaire
  • Monsieur Hulot, le personnage longiligne imaginé par Jacques Tati, est devenu un héros de papier. David Merveille, l'illustrateur instigateur de ce transfert, orchestre une exposition collective consacrée à ce brave Monsieur Hulot, au centre d'art du Rouge-Cloître à Bruxelles. Rencontre.

C’est dans le verdoyant cadre du Rouge-Cloître, aux portes de Bruxelles, que David Merveille expose ses dessins, fusains, gouaches, collages et illustrations inspirées par l’univers de Jacques Tati. Il nous détaille son premier contact avec le monde singulier du cinéaste français :

Monsieur Hulot au pays de Merveille
Affiche de Pierre Etaix pour "Mon Oncle"
sorti en salles en 1958

« La première fois que j’ai fait connaissance avec le personnage de Monsieur Hulot, c’est en voyant l’affiche de Pierre Etaix pour Mon Oncle, lorsque j’étais jeune adolescent. Je dois vous avouer que ma première expérience d’un film de Tati, c’était Playtime et c’était un peu traumatisant. En fait, après vingt minutes, je suis parti très vite et très loin de la salle de projection ! Je crois que ce n’était pas le bon jour, pas le bon film et que je n’avais pas le bon âge. »

Après ce premier rendez-vous manqué, David prend conscience de son intérêt pour les créations du grand Jacques : « Plus tard, vers seize ans, j’ai vu Les Vacances de Monsieur Hulot et là j’ai été ébloui par cette ambiance. En quelques secondes, j’étais immergé dans une autre époque et j’ai trouvé cela absolument délicieux. Ensuite, j’ai découvert Mon Oncle. »

Devenu illustrateur, David Merveille s’amuse d’une réminiscence du personnage. Sans se douter qu’elle sera le point de départ de nombreux projets : « Un jour, à l’arrière-plan d’un de mes livres, j’ai placé très discrètement un petit Monsieur Hulot. Et, à mon grand étonnement, plein de gens l’ont remarqué, m’en ont parlé. J’ai réalisé que le personnage avait un pouvoir de séduction insoupçonné. C’est ainsi que je lui ai donné le premier rôle dans un album. J’ai mis deux ans à mettre au point le système d’un livre sans texte pour rester cohérent avec la discrétion des dialogues dans les films de Tati. Ce fut “Le Jacquot de Monsieur Hulot.” »

"Le Jacquot de Monsieur Hulot"
paru en 2006

Suite à la publication du livre jeunesse « Le Jacquot de Monsieur Hulot » aux éditions du Rouergue, le dessinateur décide d’entamer une série d’illustrations inédites de Monsieur Hulot, dans le but de créer des expositions. « Très rapidement, on m’a demandé de faire des expositions. Comme je travaille beaucoup sur ordinateur, avec le logiciel Photoshop, je n’avais pas grand chose à montrer. Donc, j’ai décidé que ma récréation serait de faire des fusains, des dessins de Hulot, tout à fait libres, sans la moindre contrainte. Depuis 2006, j’en amasse dans le but de faire des expositions. Ces dessins sont conçus pour ça. En tant qu’amateur d’exposition de dessins, j’éprouve du plaisir à observer la qualité du papier, les repentirs, tout le travail du dessinateur en fait ! »

A l’origine de ce chantier, il y a également une discussion avec son jeune fils : « L’histoire du tout premier dessin est amusante. Mon fils Louis m’a demandé, après avoir vu un livre avec des dessins de Pablo Picasso, comment ces dessins étaient faits. Je lui ai expliqué que c’était la technique du fusain. Je suis donc allé dans ma cave, le temps de remonter ma vieille boîte de fusains, et j’ai entamé ce dessin. Ça a été une redécouverte d’un dessin simple et épuré. De la ligne claire, faite à la main. Sans le filet de sécurité informatique de la Pomme Z. »

Jacques Tati continue à inspirer
les illustrateurs de tous horizons

Quelques années après ce premier livre, et fort d’un succès de librairie conséquent, Merveille réalise un second album, « Hello Monsieur Hulot », plus proche de la bande dessinée. La publication coïncide avec l’exposition Tati & Friends (chez Seed Factory à Bruxelles), où une centaine d’illustrateurs et photographes s’emparent de l’atmosphère des films pour en livrer une affiche très personnelle. Parmi ces artistes, on trouve Johan De Moor, Ever Meulen, François Avril, Laurent Bazart, Mario Ramos, Charles Dutertre,... Une jolie brochettes d’esthètes qui aurait sans doute fait grand plaisir au cinéaste. David Merveille opine : « Tati aurait voulu être illustrateur. C’était pour lui une fascination non assouvie. Cabu en parle d’ailleurs dans le catalogue de l’exposition. Cabu a travaillé sur Playtime et sur Trafic. Avec Patrice Leconte, ils ont également été gagmen pour Jacques Tati. Le catalogue reprend bon nombre de témoignages d’artistes “tatiesques” comme Abel & Gordon par exemple… »

L’héritage de Tati est géré de manière harmonieuse et ambitieuse par Macha Makeïeff et Jérôme Deschamps. Une collaboration sans entrave, qui permet de mettre en œuvre des projets comme ceux portés par David Merveille. Explication : « J’ai une chance immense. Macha et Jérôme, qui ont une troupe de théâtre et qui sont également les créateurs des Deschiens, sont des gens créatifs et ouverts. Ils sont heureux que l’on fasse redécouvrir l’univers de Tati. Ils sont toujours très enthousiastes. On peut parler d’un bel échange entre eux et moi. Je peux compter sur leur soutien via leur société Les Films de Mon Oncle qui a pour but de valoriser ce patrimoine exceptionnel. »

Quatre vingt dessins de David Merveille
occupent le rez de l’exposition

Aujourd’hui, « Monsieur Hulot s’expose » réunit le travail de David Merveille sur Tati, une sélection de quarante affiches tirées du projet Tati & Friends, une partie making of de l’album Hello Monsieur Hulot et une salle ludique réservée aux enfants. « Dans les deux dernières parties de l’exposition, il y a une volonté pédagogique, je m’adresse aux enfants. Si après cela, ils ont envie d’aller voir des films de Jacques Tati, mon pari est gagné. », explique le dessinateur.

David Merveille à Bruxelles
en juin 2012

David Merveille s’enthousiasme du regain d’intérêt pour l’œuvre de Tati : « Monsieur Hulot fascine plusieurs générations. En dédicace, je signe des livres pour des petits enfants, ou pour des mamies, ou pour des quarantenaires. Le public est varié. Tati est revenu dans la lumière grâce au film d’animation de Sylvain Chomet L’Illusionniste, grâce à l’exposition à la Cinémathèque Française,… Il est de nouveau au goût du jour. »

« Monsieur Hulot s’expose » est un exquis moment de ligne claire, à partager en famille.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Dessins : © David Merveille - Editions du Rouergue.
Photos : © M. Di Salvia.
Sauf mention contraire.

« Monsieur Hulot s’expose » au Rouge-Cloître.
Du 12/06 au 22/07/2012

Ouvert du mardi au jeudi, de 14h00 à 17h00. Les week-ends de 14h00 à 18h00.

Centre d’art du Rouge-Cloître

4, Rue de Rouge-Cloître 1160 Bruxelles

+32 (0) 2 660 55 97

http://www.rouge-cloitre.be

Catalogue coédité par les éditions du Rouergue et les éditions Racine, en vente à l’exposition.

  Un commentaire ?