Montreuil à l’heure italienne

26 novembre 2009 3 commentaires
  • Pour son 25ème anniversaire, le Salon du Livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis rend hommage à la création italienne : Lorenzo Mattotti, Francesco Tullio Altan, Davide Cali figurent parmi les auteurs de BD mis à l’honneur cette année.

C’est avant tout l’absence des éditeurs BD de Media-Participations Dupuis, Dargaud et Le Lombard qui se remarquent d’entrée cette année à Montreuil. Les éditeurs de Boule et Bill bouderaient-ils la jeunesse ? « Nous sommes présents avec Fleurs et Mango » nous objecte Vladimir Lentzy, patron de la diffusion du groupe, signalant sa présence à Angoulême. Il est vrai que le salon de Montreuil cultive une image assez élitiste du livre jeunesse qui cadre peut-être mal avec les blockbusters de la rue Moussorgski. Cependant Glénat, Delcourt, Soleil, Casterman, Ankama, Vertige Graphic ou Sarbacane se signalaient par leur présence. Peut-être se considèrent-ils comme faisant partie d’une certaine élite…

Montreuil à l'heure italienne
En dépit de la présence de Fleurus et Mango, les éditeurs BD de Média-Participations étaient absents cette année.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Est-ce le thème de cette année, les auteurs italiens, qui a été le facteur déterminant ? Nul ne sait. Il est clair que la création transalpine a fait cette année une arrivée en force dans la bande dessinée française. « La bande dessinée en Italie est au point mort, constate Barbara Canepa, éditrice chez Soleil, et auteure du best-seller Skydoll, contrairement au livre pour la jeunesse hors BD qui vit en ce moment un âge d’or. » Effectivement, en pleine crise, avec un CA de 149 millions d’euros et 31 millions de livres distribués, la progression entre 2007 et 2008 a été de 9% [1]. Mais ce chiffre d’affaires représente en valeur relative la moitié de celui de la bande dessinée en France.

La nouveauté phare de la BD jeunesse en cette fin d’année est incontestablement Lou de Julien Néel aux Editions Glénat
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Les auteurs de BD italiens étaient présents de façon discrète parmi la trentaine de créateurs invités. Lorenzo Mattotti fait évidemment l’actualité avec sa magnifique version de Hansel & Gretel (Gallimard Jeunesse) dont les originaux sont en ce moment en vente à la Galerie Martel [2]. La très rare présence de Francesco Tullio Altan dont quelques bandes dessinées issues de Linus avaient été publiées par Casterman dans les années 1980 est à signaler, de même que Davide Cali dont l’album Dix petits insectes se fait également remarquer aux éditions Sarbacane.

En bref, la BD fait une fois de plus bonne figure à Montreuil, mais le thème choisi cette année la rend discrète.

Le grand talent de la bande dessinée italienne, Lorenzo Mattotti, vient de publier sa version de Hansel & Gretel aux éditions Gallimard Jeunesse. Il est un des invités d’honneur cette année.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Salon du Livre et de la presse jeunesse de Montreuil
Du Mercredi 25 au lundi 30 novembre 2009.
Halle Marcel Dufriche "Paris-Est Montreuil"
128, rue de Paris à Montreuil-sous-Bois
Tél : 01 55 86 86 55
Fax : 01 48 57 04 62
E-mail : contact@slpj.fr
Le site Internet de l’événement

[1Bureau études Aie.

[2Voir leur site Internet : Galerie Martel - 17, rue Martel 75010 Paris.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Montreuil à l’heure italienne
    26 novembre 2009 17:57, par LC

    C’est bien triste de constater l’absence de Dupuis. Cet éditeur au catalogue majoritairement jeunesse était présent au Salon depuis ses débuts avec souvent de vraies animations ambitieuses en particulier lorsque Thierry Tinlot était rédacteur en chef de Spirou. Les auteurs animaient des ateliers et des rencontres, faisant là un travail pédagogique bien plus ludique et intéressant que de simples séances de "dédicace". Il y eut même une année un concert du Boys Band Dessinée avec Yvan Delporte.

    Dupuis était absent d’Angoulême ces années-là, préférant aller au devant de leur public de base : les enfants. Avec le rachat de l’éditeur par Media-Participations la stratégie a changé, c’est bien la fin d’une époque...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 27 novembre 2009 à  07:10 :

      Media-Participations la stratégie a changé, c’est bien la fin d’une époque...

      Combien coûte un stand au salon de Montreuil ? Est-ce une priorité pour la promotion des albums Dupuis ? Un salon, un festival, ce sont d’abord des machines commerciales, pas des manifestations philanthropiques. Qu’il puisse y avoir des petites animations, c’est sympathique... mais c’est aussi et d’abord une stratégie commerciale.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 27 novembre 2009 à  13:48 :

        mais c’est aussi et d’abord une stratégie commerciale.

        Et alors, où est-il dit le contraire, c’est juste une stratégie qui en remplace une autre. On délaisse le public jeunesse de Montreuil pour lui préférer la foire aux boudins angoumoisine pour chasseurs de dédicaces. Dupuis s’avoue vaincu face au manga et se recentre sur le public de collectionneurs cinquantenaires.

        Répondre à ce message