Moriarty T1 - Par Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi - Kana

15 juillet 2018 0
  • Moriarty, le génie du mal et Némésis de Sherlock Holmes, devient le héros d'une nouvelle série en manga. Une manière de broder autour du mythe en faisant du personnage un malfrat avant tout révolté par les inégalités sociales et le système de privilèges dont bénéficie l'aristocratie anglaise.
Moriarty T1 - Par Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi - Kana
Un jeune noble aux parfaites manières ?
Moriarty © Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi

Définitivement, les personnages d’Arthur Conan Doyle sont en vogue et intéressent le manga. Il y eut par exemple l’adaptation classique d’Ishinomori ou encore celle moderne dérivée de la série télé Sherlock. Mais c’était le fameux détective qui avait les honneurs de la couverture. Avec Moriarty, changement de perspective ou oublié le pensionnaire de Baker Street : c’est en compagnie du terrible Moriarty, génie du crime de son état, que nous allons voyager, comme le superbe escape game présent sur le stand de Kana lors de la dernière Japan Expo a pu nous y inviter.

En fait un orphelin maltraité par une affreuse marâtre !
Moriarty © Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi

Ryosuke Takeuchi (au scénario) et Hikaru Miyoshi (au dessin) creusent le mythe et lui apportent un passé et des proches, à commencer par une famille, et des frères, l’un biologique, l’autre d’adoption, qui forment le noyau premier de sa future bande. Mais surtout des motivations politiques et sociales. Son génie du mal, il le met d’abord au service d’une lutte contre les inégalités et l’injustice qui gangrènent la société anglaise à la fin du XIXe siècle.

C’est tout bonnement le système des classes sociales, sur lequel repose l’aristocratie et ses privilèges, que vise notre (anti-)héros. Animé d’un ressentiment qui ne s’embarrasse pas de la morale et ne répugne pas à la violence, Moriarty entreprend une ascension sociale qui procède de l’élimination des puissants qu’il fréquente et de l’accaparement de leurs richesses.

Un cadre social clairement posé au fondement des motivations du héros
Moriarty © Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi
Des certitudes précoces quant aux méthodes a appliquer...

Un Moriarty qui glisserait du côté d’un Lupin ou d’un Robin des Bois n’étaient un machiavélisme et un cynisme assumés qui le font verser dans des procédés parfois sanglants. Ainsi, pour compenser l’ignominie dont il est aussi capable, le manga cherche à compenser par diverses mièvreries et par un idéalisme un peu forcené.

De la méthode aux actes : rien n’arrête Moriarty
Moriarty © Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi

En outre, pour que les actes de Moriarty demeurent acceptables pour le lecteur il faut des antagonistes, futures victimes du héros, résolument répugnantes. Voilà qui implique des personnages grossiers aux actes aussi bêtes que malveillants. C’est là que le bât blesse pour Moriarty : avec des protagonistes schématiques et des situations convenues, le manga ne parvient pas à rendre justice à la finesse et à l’intelligence du personnage.

Il faudra donc attendre de voir si le manga ose aller du côté d’une opposition plus "noble" et équilibrée - la série s’ouvre sur un dialogue avec celui dont l’ombre plane sur toute l’histoire - ou s’il se contente de faire du "vilain" de Sherlock Holmes un justicier aux méthodes légitimées par la noirceur univoque de ses adversaires.

Une imposture brillamment manigancée aux origines d’un destin
Moriarty © Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi

Voir en ligne : Lire le premier chapitre en ligne

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Moriarty T1. Par Ryosuke Takeuchi (scénario) et Hikaru Miyoshi (dessin). D’après l’œuvre d’Arthur Conan Doyle. Traduction Patrick Honnoré. Kana, collection Dark Kana. Sortie le 22 juin 2018. 212 pages. 6,85 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?