Écoutez les interviews et émissions d'ActuaBD
Apple Podcast Spotify Podcast Google Podcast

Musée d’Angoulême - Musée Hergé : le match de l’été

  • Effet du hasard : le nouveau musée d’Angoulême ouvre ses portes le 20 juin 2009, soit 18 jours après celui de Louvain-La Neuve. Cet été, les vacanciers amateurs de BD auront deux destinations majeures à se mettre sous la dent : Bruxelles et la Charente.

Nous vous avions été les premiers à vous présenter avant tout le monde les premières photos du musée de la Bande Dessinée à Angoulême, ainsi que le logo de la Cité internationale de la bande dessinée conçu par Étienne Robial. Le Musée angoumoisin ouvrira ses portes le 20 juin prochain. Nous y reviendrons.

Le Musée Hergé, quant à lui, a ouvert ses portes le 2 juin dernier. Nous en avons largement parlé dans nos pages.
Nous y reviendrons aussi.

Le moment est venu de faire un bref comparatif des deux projets.

Musée d'Angoulême - Musée Hergé : le match de l'été
Le regard en direction de la mer, Corto Maltese trône devant le Musée international de la bande dessinée d’Angoulême
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Les projets

Le Musée Hergé est un magnifique bâtiment créé par Christian de Portzamparc, un « geste architectural » unique en hommage à l’œuvre du maître bruxellois : « Le musée Hergé est un prisme allongé qui semble flotter dans la forêt de vieux arbres. Au-dessous la route serpente. Et depuis le quai, une passerelle est tendue comme vers un bateau, dit Portzamparc, […] Sommes-nous entré dans un dessin ? Le trait d’Hergé sera notre ligne. Parfois agrandi, projeté. Nous sommes dedans.  » C’est surtout un musée monographique sur plusieurs étages et huit salles organisées autour d’un ascenceur, consacré au seul auteur de Tintin.

Le Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême est une réhabilitation d’un ancien chais à vin. Le bâtiment est spacieux et agréable en un seul tenant conçu par l’architecte Jean-François Bodin : « Cette espace propose une disposition en arabesque qui suit l’histoire de la bande dessinée et ses figures majeures, mais aussi sa logique profonde, explique Bodin : pour immédiat que soit son charme, la bande dessinée n’en est pas moins un langage d’une sophistication parfois étourdissante. C’est cette diversité et cette richesse qu’il faut « expliquer », c’est à dire déplier… » Une belle ballade dans un patrimoine qui embrasse, mais pas seulement, la bande dessinée européenne, américaine et japonaise.

Le musée Hergé construit par Christian de Portzamparc. Un geste architectural unique.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

L’un et l’autre offrent des espaces agréables, aux couleurs reposantes, et une vraie générosité : celle de défendre et d’illustrer le 9ème art. L’un et l’autre sont ce que l’on peut appeler, sans que ce soit méprisant, des « musées de province » qui doivent aller chercher leur public au-delà de leur bassin de population immédiat. Ils ont l’un et l’autre une vocation internationale.

Les investissements

D’une superficie de 3.600 m², le musée Hergé est un musée privé. Son budget de construction est estimé à 15 millions d’euros. La Région wallonne devrait en financer une partie : de 1,5 à 2 millions d’euros, en plus de l’aménagement des infrastructures routières alentours.

De son côté, le chantier du musée de la bande dessinée d’Angoulême, musée national d’une surface de 4.068 m², a coûté de l’ordre 9,650 millions d’euros. [1]

Les enjeux

On sent bien que nous sommes dans deux logiques très différentes. Entreprise privée, le musée Hergé s’est fixé comme objectif d’attirer, selon son directeur Laurent de Froberville, 200.000 visiteurs par an.

Quand on parle de la question des objectifs de visite à Gilles Ciment, le directeur général de la Cité internationale de l’image, responsable du projet muséal, l’œil s’arrondit, comme si la question était incongrue. L’objectif premier est un service public : la conservation du patrimoine national. S’il fallait se fixer un objectif, ce serait 50.000 visiteurs par an, hors festival.

Laurent de Froberville, directeur du musée Hergé
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Si la conservation patrimoniale est aussi de mise au musée Hergé, l’objectif est avant tout de recouvrir ses investissements. Ce qui explique pourquoi le prix d’entrée de base (plein tarif) du musée Hergé est de 9,50 euros contre 4,00 euros pour le musée angoumoisin.

Dans les deux cas, nous sommes face à un pari audacieux. Toute polémique mise à part, l’œuvre du Bruxellois est-elle suffisamment forte et universelle pour faire vivre un musée toute l’année ? Au-delà de cela, alors même que cela se pose comme une évidence, la bande dessinée a-t-elle sa légitimité au musée ?

Le musée Hergé se situe à 30 kilomètres d’une capitale européenne qui attire de nombreux touristes, avec un parc hôtelier largement adapté. Le musée Magritte à Bruxelles se fixe un objectif de 600.000 visiteurs par an. L’Atomium, dont nous vous reparlerons prochainement, accueille 90.000 visiteurs par mois.

Ambroise Lassalle, conservateur du musée international de la bande dessinée d’Angoulême
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Le musée charentais dispose d’une vitrine exceptionnelle : Le Festival International de la Bande Dessinée qui attire, dit-on, près de 200.000 visiteurs sur quatre jours. Une « fenêtre » qui donnera envie aux festivaliers de revenir en été et de profiter, outre du musée, des agréables atours de la région. Elle est située en outre au cœur d’une « Vallée des images » dont on imagine bien les connections avec ce musée national.

Encore une fois, nous sommes dans un moment exceptionnel de reconnaissance de la bande dessinée. Même si les deux projets ont des progrès à faire (intentions muséographiques encore perfectibles et une offre en direction des enfants qui doit être améliorée), on constatera un investissement lourd dans la promotion du neuvième art, ce qui dénote pour le moins, d’une foi inébranlable en son avenir dont il y a peu d’exemples ailleurs dans le monde.

(par Didier Pasamonik (L'Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Financés à concurrence de 3,860 millions d’euros par L’Europe par l’intermédiaire des fonds FEDER, 1,6 millions par l’état français, 1,6 millions par la Région Poitou-Charentes et 2,4 millions par le syndicat mixte du pôle image Magelis.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • L’Atomium, dont nous vous reparlerons prochainement, accueille 900.000 visiteurs par mois.

    Je crois qu’il y a une erreur quelque part, non ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 4 juin 2009 à  14:53 :

      S’il y en a une, ce n’est pas dans le sens que vous croyez. Le site officiel mentionne 4000 visiteurs par jour en 2008. CF Site officiel de L’Atomium

      Répondre à ce message

      • Répondu par Servalan le 4 juin 2009 à  15:24 :

        900.000 ? Non !
        4.000 visiteurs par jour x 30 jours par un mois, c’est totalement 120.000 ! Écrasez-te le dernier zéro, s.v.p.
        90.000 visiteurs ? Oui !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 5 juin 2009 à  09:59 :

          Bon sang, vous avez raison.

          Répondre à ce message

  • lien vers un autre article qui parle d’un autre musée provincial du plus grand auteur de bande dessiné juste devant Hergé :

    http://www.actuabd.com/Le-Musee-Schulz-est-ouvert

    tout ça pour dire qu’un Musée Hergé se justifie pleinement et que je ne doute pas une seule seconde de son succès. Avec le film de Spielberg et Jackson, il attirera encore plus de monde.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 5 juin 2009 à  03:58 :

      tout ça pour dire qu’un Musée Hergé se justifie pleinement et que je ne doute pas une seule seconde de son succès

      Tant mieux ! Mais perso, je n’en attends rien et ne compte pas le visiter dans l’immédiat. Pas par aigreur, mais je trouve que la vie est bien trop courte.

      Il y a des centaines de choses que je désire voir avant ce musée. Je peux lire les albums, l’oeuvre achevée -en vente partout ! Le musée, à mon avis, est un endroit où sont exposés des pièces uniques. En râreté, en qualité, en importance historique. Le musée Hergé me semble sur-dimensionné.

      Un superbe créateur de bandes dessinées mais aux traits de génies bien trop rares pour que ce lieu se tranforme en la "glorification rentable d’un grand artiste".

      Peu d’artistes par ailleurs dans les Beaux-Arts peuvent franchir le pas de la "maison" au musée. N’y-a- t’il pas un doigt (un pouce) de commercialisme dans l’érection(?) de ce musée.
      Je vois donc déjà comme béquille : "Hergé et l’automobile", "L’aventure Spatiale", etc, etc...

      La meilleure facon de respecter un artiste est de le placer dans le processus historique démontrant sa capacité d’interprétation et d’assimilation.

      Si on parle d’Hergé, il faut remonter à l’Ukiyo-E. Parler des méthodes d’impression qui évoluent et modifient le graphisme. C’est passionnant, mais ca ne passionne que moi, ou peu. Une exposition permanente sur les artistes japonais du XIX ? Ben non, Hergé serait surpassé. Donc le thème de ce "musée" se niche ailleurs.

      Et d’ailleurs, vous viendrait-il à l’idée de vous référer à "Disneyland" comme à un musée ? Ou le parc Astérix ? Est-ce l’architecture du lieu qui fait la différence ?

      Je doute que ce musée soit témoin de l’oeuvre d’un génie-contestable- ou témoin d’une industrie.

      Répondre à ce message

  • J’ai adoré le Musée Hergé
    Seul Hic : Louvain-la-Neuve n’est pas bien déservi par les transports en commun
    Heureusement, le tour opérateur Brussels City Tours a fait un partenariat avec leMusée Hergé : Selon des horaires établi, les bus font des allers/retours vers le Musée à partir de Bruxelles

    Ca a l’air vraiment facile et le musée en vaut la peine

    Renseignez vous !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 2 avril 2013 à  14:00 :

      Le musée est en effet extraordinaire. En voiture, ce n’est pas un problème mais c’en est un pour les milliers de touristes qui jamais ne franchiront le pas ; s’ils ont une journée ils ne peuvent pas perdre 3 heures pour le trajet en train, c’est triste. Sinon, en soi, c’est un magnifique endroit, tout entier pensé pour accueillir les pages et l’univers de Hergé. Les expos sont mouvantes , on peut revenir régulièrement.

      Pour répondre à Alex " est-ce nécessaire d’offrir un musée à Hergé"... Voilà bien une réflexion étrange. C’est son héritière et son mari qui , sachant l’importance de cet auteur et leur passion commune , décident d’investir dans cette construction. Que ce soit légitime à vos yeux ou pas n’est pas affaire objective. Voir le monde à partir de votre petite personne voilà une maladie assez morbide, je vous plains. Vous aimez les calligraphes chinois donc il faudrait d’abord un musée pour les calligraphes chinois. Devenez riche, ami, et bâtissez. Mais arrêtez de penser que seul votre regard est le baromètre ultime.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 2 avril 2013 à  20:17 :

        Pour reprendre le fil au passage -après 4 ans (!!!)- je vous signale que mon message débutait par "perso" -ce qui veut dire "personnellement"... Que vous trouviez mes réflexions morbides (?!) est bien dans la lignée du ton passif-agressif de vos messages. Je n’ai que faire de votre condescendance, et de votre lecture de biais qui ferait de nous qui pensons autrement que vous des intervenants "malades", l’argument est vraiment le plus faible que l’on puisse exprimer. Je suis outré par la malhonnêteté de vos propos. Je ne vous salue pas !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Alex le 5 avril 2013 à  00:02 :

          Vous aimez les calligraphes chinois

          Je reviens sur votre procédé escroc qui consiste à haranguer qq’un 4 ans plus tard. En 4 ans certains peuvent avoir fait du chemin (j’ai compris, ce n’est pas votre cas). En 4 ans il peut advenir toutes sortes de péripéties dans une vie, ce qui rend votre commentaire encore plus déplacé. Vous aimez prêcher, à longueur de textes- comme si vous essayiez de vous convaincre vous-même dans un exercice futile d’auto-hypnotisme. Je viens d’être témoin du vide de vos fausses bonnes intentions.

          Et non, ignorant que vous êtes, les images de l’Ukiyo-E ne sont pas l’oeuvre de "calligraphes chinois"...

          À l’avenir, libre à vous de commenter mes interventions, mais inutile de m’interpeller : à moins d’excuses de votre part je n’ai dorénavant plus rien à vous dire.

          Répondre à ce message

      • Répondu par Geraud le 3 avril 2013 à  07:31 :

        Je vous trouve étonnamment offensif, limite provocateur, M’sieur Salma.

        Alex donne son avis, il argumente, tout comme vous par ailleurs. On est d’accord ou pas, mais de là à considérer qu’il pense que

        seul [son] regard est le baromètre ultime

        ça pousse le bouchon un peu loin.

        Je vous ai connu plus fin et du coup bien plus percutant sur d’autres réponses contrant des intervenants avec lesquels vous étiez en désaccord profond.

        Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD