Museum T1 - Par Ryôsuke Tomoe - Pika

2 juillet 2017 0 commentaire
  • Une série de meurtres macabres, tous plus épouvantables les uns que les autres, met sous pression la brigade criminelle, et en particulier le lieutenant Hisashi Sawamura, impliqué au-delà de ce qu'il pensait dans cette affaire. Un thriller noir au possible qui évoque immanquablement le film "Seven" de David Fincher.

Une femme retrouvée dévorée par des chiens, un homme découpé en morceaux, chacun faisant l’objet d’une pesée précise, une femme frigorifiée : autant de morts d’une rare violence, à la mise en scène soigneusement élaborée, infligées par un psychopathe déguisé en grenouille et opérant par temps de pluie. Des crimes avec comme dénominateur commun d’étonnants verdicts laissés à proximité des cadavres, mobiles revendiqués de ces assassinats démesurés.

L’enquête débute alors, tentant d’appréhender l’horreur et notamment cette monstrueuse disproportion entre les châtiments administrés et les crimes dont sont accusés les victimes. D’autant que la série en cours semble ne plus devoir s’arrêter et qu’il faut comprendre le schéma suivi par le tueur pour anticiper ses mouvements et ainsi espérer l’arrêter.

Museum T1 - Par Ryôsuke Tomoe - Pika
Des crimes épouvantables
Museum © Ryôsuke Tomoe / Kodansha

Thriller à l’ambiance pesante parfaitement retranscrite, Museum se livre à un exercice de style réussi. Il faudra cependant avoir le cœur bien accroché : les scènes d’assassinat, d’abord hors-champ lorsque l’on suit la découverte des corps par les policiers, sont directement et même longuement montrées lorsque la focalisation bascule sur le tueur.

L’alternance des deux points de vue - celui du criminel, ou plutôt celui de ses futures victimes, et celui de la police qui le traque - instaure une tension dramatique efficace tout à fait captivante. D’autant que les péripéties vont bon train et que le personnage principal, le lieutenant Hisashi Sawamura, premier relai du lecteur au sein de cette aventure, se trouve malencontreusement impliqué de manière personnelle dans cette affaire.

Un peu de gore s’il en est
Museum © Ryôsuke Tomoe / Kodansha

Reste néanmoins l’impression de voir une adaptation, pour ne pas dire un pur décalque, du film culte de David Fincher Seven. Les parentés s’avèrent terriblement frappantes, dans les procédures, la narration et les schèmes structurants le récit. S’il y a certes une transposition au Japon, une intrigue précise qui trace son propre chemin et quelques motifs originaux, cette impression de déjà-vu limite en partie l’impact d’un titre au demeurant très séduisant et dont on attend la suite avec intérêt.

La série est proposée par Pika dans deux formats et deux collections différentes : soit dans l’édition simple en trois volumes, soit en deux tomes grand format au sein de la collection "Pika Graphic" qui poursuit son entreprise de publication de titres à bien des égards remarquables [1]

Un criminel qui se veut justicier
Museum © Ryôsuke Tomoe / Kodansha

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Museum T1 : "Killing in the Rain". Par Ryôsuke Tomoe. Traduction Thibaud Desbief. Pika, collection Pika Graphic. Sortie le 17 mai 2017. 336 pages. 16 euros.

Lire le début du volume

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

[1Rappelons quelques-uns des différents titres publiés depuis un an dans cette collection :
- Hello Viviane et Au gré du vent de Golo Zhao
- Forget Sorrow de Belle Yang
- Fossiles de Rêves de Satoshi Kon
- Nos Yeux fermés d’Akira Sasô
- Nouvelle édition de Dragon Head de Minetaro Mochizuki
- Ghostface et Priest de Hyung Min-woo

  Un commentaire ?