Mythologie et Heroïc Fantasy, la paire gagnante de Jérôme Lereculey

2 novembre 2012 0 commentaire
  • Double actualité pour un dessinateur relativement discret : une collaboration dans le registre mythologique avec Serge Le Tendre, sur la base d'une spin off refusée de {Thorgal}, et la suite de l'épique {Wollodrïn} avec David Chauvel.

Après notre article traitant des Mondes de Thorgal, difficile de d’imaginer une meilleure transition pour introduire Golias, la nouvelle série de Lereculey et Le Tendre !

En effet, lorsque les auteurs et éditeurs de Thorgal annoncèrent leur volonté de décliner cet univers à l’aide de plusieurs spin-offs, ils furent plusieurs à faire acte de candidature et à présenter un projet, mais tous ne furent pas retenus. Pourtant, le duo Le Tendre - Lereculey ne manquait d’atouts, mais peut-être que la rivalité entre Galathorn et Shardar pour la possession de Brek Zarith était trop éloignée des personnages principaux de la saga pour séduire définitivement Le Lombard et les maîtres du destin de l’enfant des étoiles...

L’éditeur bruxellois déclare cependant rester intéressé par ce duo innovant, alliance entre un scénariste qui a ouvert les portes de l’Heroïc Fantasy en bande dessinée, avec la Quête de l’Oiseau du temps, et un dessinateur qui a fait exploser son talent par exemple dans Sept voleurs ou plus sobrement avec la saga des neuf tomes d’Arthur.

Golias : antique et mythologique

Mythologie et Heroïc Fantasy, la paire gagnante de Jérôme Lereculey
Golias T1 par Lereculey et Le Tendre - Ed ; Le Lombard

Nos auteurs transformèrent donc leur projet pour un trône ’thorgalien’ en une saga mythologique qui brasse tous les codes du genre. Le prince Golias coulait des jours heureux en son futur royaume d’Ankinoë, en dépit de quelques tensions familiales au sein de la Cour. Mais quand son cousin décide d’assouvir ses pulsions les plus sordides en s’en prenant à la sœur de notre héros, les luttes de pouvoir larvées éclatent au grand jour et remettent en cause la destinée de chacun. Victime d’un odieux empoisonnement, le Roi Farstal tombe dans un mystérieux coma, et Golias décide d’embarquer à la recherche de l’inaccessible Fleur du Souvenir, seul antidote capable de guérir son père. Mais son oncle est bien décidé à faire tomber le royaume sous sa coupe et va tout faire pour contrecarrer le projet de l’audacieux jeune homme.

Golias par Lereculey et Le Tendre
(c) Le Lombard

"J’ai rencontré Serge [Le Tendre] à Ty Bull pour me faire dédicacer La Quête, nous a expliqué Jérôme Lereculey. Plus tard , je suis devenu professionnel, et nous nous sommes côtoyés de ci de là, toujours dans la joie. Et quand le Lombard m’a proposé de réaliser un spin off de Thorgal avec lui, j’étais ravi. Et je n’ai pas été déçu !"

À la lecture de Golias, on ressent effectivement une réelle osmose entre les deux auteurs. Si le scénariste est entré de plain-pied dans un univers passionné qui convient à Lereculey, il a également construit une galerie de personnages propres au récit antique, mis en scène avec un souffle et un espace qu’on lui avait rarement connus précédemment.

Un drame antique

Les rouages de Golias tirent avec justesse les ficelles des légendes mythologiques grecques : rivalité entre frères pour la possession d’un royaume, un jeune fils incompris par un père qui ne se console pas de la mort de son épouse, une quête semée d’embûches pour trouver le remède miracle, etc.

"Depuis « La Quête », je n’ai jamais cessé d’explorer les tensions familiales, nous explique Serge Le Tendre. C’est en quelque sorte ma marque de fabrique. Pour « Golias », il est vrai que ces tensions sont elles-mêmes le point de départ d’une nouvelle épopée. Mais après ce premier tome centrée sur le microcosme de la Cour et ses dissensions internes, ces oppositions de caractères se poursuivront, mais sous des aspects nouveaux, plus rocambolesques. Cette histoire se situe dans une Antiquité revisitée, mais elle pourrait tout aussi bien se passer de nos jours. Le décor change, pas les hommes, ni leurs tragédies."

Les personnages sont effectivement très présents, et d’une grande humanité, que cela soit dans le bon ou le mauvais sens. Pas besoin d’artifices trop compliqués pour focaliser l’attention et susciter des sentiments au lecteur : le découpage et la mise en scène les mettent particulièrement en avant, servis par un dessin virtuose. "La seule consigne, nous livre Le Tendre : Ce qui est important doit être montré avec le plus d’empathie possible."

Que cela soit dans l’ombres vacillante des torches ou sous le soleil ardent d’un Péloponèse imaginaire, Golias subjugue avec ce premier tome, tout en révélant un nouveau duo gagnant d’auteurs. "La série comptera trois tomes, conclut Serge Le Tendre, Et plus, si affinité avec les lecteurs. Il y a suffisamment de matière dans la mythologie grecque pour continuer à nous faire rêver. Notre bon maître Homère nous a montré le chemin..."

Une collaboration avec David Chauvel qui va naturellement vers l’Heroic Fantasy

Wollodrïn T1 par Lereuley et Chauvel - Ed. Delcourt

Si cette rencontre artistique avec Serge Le Tendre s’annonce sous de bons augures, Jérôme Lereculey n’en oublie pas la collaboration très efficace et l’amitié qui le lient à David Chauvel. Les deux hommes ont effectivement réalisé plus de quinze albums en commun.

Lorsqu’on lui demande ce qu’ il apprécie chez son scénariste, Lereculey ne peut s’empêcher de prendre un ton badin : "Déjà , [David] est très beau. Ensuite, il est talentueux, compétent, sérieux, fiable, attentif, et attentionné. Sous sa rude écorce , il cache un petit cœur tout bleu. Et depuis le début, notre collaboration est totale, tant au niveau du choix d’univers que des concepts de nos albums. Enfin, pour ce qui est des péripéties et des détails de nos aventures, je lui fais entièrement confiance !"

Une tension étrange s’installe au sein du convoi (T3 de Wollodrïn)

Après le polar Nuit noire et le long cycle arthurien de neuf tomes, les deux hommes sont donc entrés dans la réelle passion de Jérôme Lereculey : l’Heroic Fantasy. "Mes deux premiers albums, ’Cairn’ avec Pierre Dubois chez Zenda, étaient déjà de l’Heroic Fantasy, explique le dessinateur. Cela a toujours été mon univers de prédilection, depuis que j’ai lu’ Bilbo Le Hobbit’, puis ’Le Seigneur des anneaux’. ’Nuit Noire’ est donc une parenthèse contemporaine dans mon parcours, qui m’a beaucoup appris tant au niveau de la narration qu’au niveau de la perspective."

Arthur était une série plus tournée vers la mythologie, et il faut donc attendre Sept Voleurs pour que le binôme réalise réellement une série d’Heroic Fantasy. Et sur cette base-là que nait Wollodrïn, une saga composée de diptyques, ponctués de batailles assourdissantes, de grands espaces, de monstres et de races fantastiques.

Les deux amoureux doivent se risquer aux paris clandestins afin de remplir leur bourse (T3 de Wollodrïn)

Wollodrïn : Un western franco-belge à la sauce Tolkien

Le premier diptyque met en scène un groupe de condamnés à mort qui se voient proposer par un riche commanditaire un marché qui ne se refuse pas : La liberté assortie d’une forte prime s’ils acceptent de partir sur-le-champ pour une mission particulièrement risquée : infiltrer le territoire des orcs, entrés depuis peu en guerre, et retrouver une jeune et richissime héritière portée disparue.

Une quête menée par des chevaliers, des nains, des rangers et des voleurs, afin de combattre orcs et autres créatures

Derrière cette thématique classique, David Chauvel est parvenu à tisser une intrigue passionnante, faite de doutes et de coup bas entre les différents protagonistes. Mais on s’attarde également sur les relations décrites entre les orcs et les humains. Tel un western à la sauce Tolkien, on apprend les raisons futiles et vénales qui ont provoqué la guerre entre les deux races. Les prisonniers faits de part et d’autres et qui doivent apprendre la langue et les coutumes des ennemis, nous rappellent les grandes heures de far-west d’Hollywood, mais sans que cela n’empêche d’apprécier les ressorts de l’intrigue ou les sentiments de dégoût/sympathie que peuvent ressentir certains personnages.

"J’aime ’Wollodrïn’ parce que c’est un projet qui me tient à cœur depuis très longtemps et qui me permet de mettre en scène des personnages qui me sont chers, explique Lereculey. C’est vraiment un aboutissement en ce qui me concerne. Pour l’illustrer, je m’immerge dans des photos de paysages plutôt nordiques, puis, je fais fonctionner ma mémoire, car c’est un univers que je prépare depuis mon adolescence."

Orc-humaine, un duo atypique

Wollodrïn T3 par Lereuley et Chauvel - Ed. Delcourt

Le deuxième cycle de Wollodrïn se concentre sur deux personnages rencontrés précédemment : une humaine Ranger, et un orc, véritable force de la nature. L’amour né entre ces deux personnages fait d’eux des parias méprisés par les deux communautés. Rompus aux techniques de combat, le duo vit de petits boulots, tour à tour mercenaires, guides ou parieurs. C’est ainsi qu’ils font la rencontre d’un convoi de migrants adeptes de la non-violence et respectueux de la nature jusqu’à refuser de faire un feu. Lâchés par leur précédent guide, ces pionniers engagent le duo à contre-cœur, tout en ignorant que certains ourdissent afin que ce convoi n’atteigne jamais sa terre promise.

Si la belle combat avec vivacité, elle sait également convaincre. Mais la force et l’adresse de son compagnon orc demeurent impressionnantes

Difficile pour les lecteurs de la génération Spirou de ne pas comparer l’argument du Convoi avec la célèbre Caravane de Morris & Goscinny [1], elle-même inspirée de Stagecoach (La Chevauchée fantastique, 1939) de John Ford. Mais au-delà de cette référence culte du western, ce nouveau cycle tient toutes ses promesses : combats épiques, bravoure, trahisons, climat pesant propice au piège et complots qui attendent le convoi au détour du chemin.

Fort de la passion et de l’expérience acquise de Jérôme Lereculey, Wollodrïn a de quoi devenir la série incontournable du moment pour ceux qui apprécient le genre de l’Heroïc fantasy. Les lecteurs moins accros au monde de Tolkien devraient se laisser tout autant happer par l’atmosphère et la richesse des personnalités imaginées par David Chauvel.

Que cela soit dans la fange d’un marécage, ou à l’ombre des oliviers, Lereculey alterne les décors propres à faire briller son talent, en particulier lorsqu’il est servi par deux scénaristes aussi expérimentés. Il ne faut donc pas choisir entre Wollodrïn et Golias : ces deux séries aux univers fort éloignés méritent votre fidélité.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Golias - Par Le Tendre & Lereculey (couleurs Stambecco) - Le Lombard
Wollordïn T3 : Le Convoi 1/2 - Par Chauvel & Lereculey (couleurs Araldi & Basset) - Delcourt

Commander
- Golias chez Amazon ou à la FNAC
- Wollodrïn T1 Le Matin des cendres 1/2 chez Amazon ou à la FNAC
- Wollodrïn T2 Le Matin des cendres 2/2 chez Amazon ou à la FNAC
- Wollodrïn T3 Le Convoi 1/2 chez Amazon ou à la FNAC

Photo en médaillon : Eric Bony

[1Lucky Luke, tome 24

  Un commentaire ?