Nabi, T1 - Par Kim Yeon-joo - Kana

15 février 2010 0 BD d’Asie par Stéphanie Francqueville
Éditeur : Kana
Acheter cet album
  • Une jeune femme noble qui sauve des orphelins, une petite fille poignardée réchappant in-extremis, un jeune homme ronchon mais protecteur, un assassin débarquant de nulle part... Voici les premiers éléments mis en place par l'auteure coréenne dans sa nouvelle série où poésie, drame, émotion, action et humour se mélangent dans un premier volume encore très mystérieux.

Dame Sabu est une riche aristocrate qui a choisi de mettre sa fortune au service du peuple. Elle dirige la Maison du Lotus, un lieu qui recueille les orphelins de guerre et les enfants abandonnés. Filles et garçons de tout âge vivent en paix, malgré le mauvais caractère de Ryusang et la relative passivité de la jolie Myo-un.
Jusqu’au jour où un mystérieux jeune homme arrive. Il a été envoyé par son maître pour tuer un certain Hong, un adolescent de 16 ans, dernier descendant d’une grande famille. Puisque qu’aucun des enfants de Dame Sabu ne correspond à la description qu’il en a reçue, il lui demande de lui livrer n’importe quel enfant pour éviter le courroux de son maître et la destruction de l’orphelinat. Elle lui propose alors de rester cinq jours à leurs côtés avant de choisir lui-même l’enfant qu’elle sacrifiera. Elle espère ainsi le faire changer d’avis, mais est-ce vraiment possible en si peu de temps ?

En 2005, l’auteure coréenne sortait Nabi, un recueil de nouvelles paru en janvier chez Kana et qui présentait, entres autres, les personnages de Ryusang et Myo-un. Deux ans plus tard, la dessinatrice reprend les prémices de son histoire pour la développer en une série toujours en cours et comptant déjà 6 tomes en Corée.

Nabi, T1 - Par Kim Yeon-joo - Kana

Ce premier tome reste encore énigmatique : il sert surtout à mettre en place l’intrigue. Mais on y décèle déjà toutes les caractéristiques de la manhwaga. Le format permet à l’auteure de s’exprimer dans des grandes cases où la simplicité est le maître-mot. Une sobriété parfaitement de mise avec le caractère peut loquace et mystérieux de ses personnages principaux. Très intriguant, ce premier volume donne vraiment envie au lecteur d’en apprendre plus sur la bienfaitrice et ses petits protégés.

Le trait de Kim Yeon-joo est d’une finesse incroyable et d’une maitrise exemplaire. Les ouvertures de chapitres sont tout simplement superbes. Et ne vous fiez pas aux grands yeux des protagonistes qui pourraient vous faire penser à un shojo classique, car les thèmes abordés par l’artiste sont le plupart du temps des plus tragiques et des plus profonds. Une petite touche d’humour vient cependant s’ajouter au récit et offre un avant-goût prometteur à nouvelle série de l’auteure coréenne.

(par Stéphanie Francqueville)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.