Naissance et renaissance de Monsieur Choc

11 avril 2019 4 commentaires
  • Créé en 1955, le « villain » de la série Tif & Tondu, , avec son heaume altier, son porte-cigarette et son élégant tuxedo, a laissé une trace particulière dans l’histoire de la bande dessinée franco-belge. Un tel James Bond du crime opposé à deux détectives « old school », ne pouvait qu’emporter l’adhésion des lecteurs. Avec Colman et Mataite, la magie se prolonge !

Ses créateurs, le scénariste (mais aussi dessinateur par ailleurs !) Maurice Rosy et l’élégant graphiste Will en ont assuré les aventures pendant plus d’une décennie avant que Rosy ne quittât la direction artistique du Journal de Spirou en 1968, et Choc avec lui. Revenu de ces temps troublés, Rosy adouba la reprise de Choc par Stephan Colman et le propre fils de Will, Éric Maltaite, parue en 2014, peu de temps avant sa disparition en février 2013.

Qui est Choc ?

Pour en faire quoi ? Pour découvrir comment ce Fantomas britannique est devenu, petit à petit, broyé par une société et des circonstances impitoyables, un esthète du crime. Avec ce suspense de polichinelle, dûment entretenu à, l’époque même de Rosy et Will : qui est Choc ? On avait même vu son visage : celui d’un bambin joufflu le jour de sa naissance… La farce était bon enfant.

Naissance et renaissance de Monsieur Choc
Dessin inédit réalisé pour l’édition Khani
© Colman, Maltaite, Rosy et Éditions Dupuis.

Le parcours écrit par Colman est autrement plus grave. Comme dans le Spirou d’Émile Bravo, il situe la naissance du héros dans le contexte historique de sa création : un adulte de 1955 est forcément un jeune homme qui a vécu deux guerres mondiales et la montée, dans l’entre-deux guerres, des fascismes européens.

Comme Emil Ferris, ce que les lecteurs aiment, ce sont les monstres. Avec ce triptyque consacré au passé de Monsieur Choc, Les Fantômes de Knightgrave, dont le troisième et dernier tome vient de paraître, ils vont être servis ! Dans un récit parfaitement Hard Boiled – c’est le moins qu’on puisse dire- on assiste à la déshumanisation progressive d’un enfant brillant, capable d’amour et d’amitié, mais que les circonstances vont transformer en monstre sanguinaire.

© Colman, Maltaite, Rosy et Éditions Dupuis.
Le tirage limité des éditions Khani

Héritiers de l’École de Marcinelle

Le premier livre de Colman publié dans la collection Atomium des éditions Magic Strip avait pour titre, White, le choc (1984). White était un extra-terrestre sans visage. Le nom, le propos, viennent ironiquement se rappeler à ceux qui en ont encore le souvenir. Il y avait surtout déjà le souffle puissant du graphisme de Colman qui se retrouve quelque peu derrière le découpage magistral de ces trois albums dans lequel Maltaite est porté à son plus haut niveau graphique.

Voici deux héritiers revendiqués de l’École de Marcinelle qui réalisent là un « roman graphique », comme on dit de nos jours pour céder à la mode, au storytelling et aux dialogues impeccables, qui injectent une forte dose de réalisme dans son propos.

© Colman, Maltaite, Rosy et Éditions Dupuis.
© Colman, Maltaite, Rosy et Éditions Dupuis.

On y évoque avec précision l’Angleterre de la Première Guerre mondiale, l’arrivée de l’Allemagne nazie, la Nuit de cristal en prologue de la Shoah, et l’on assiste, dès l’entrée en matière de ce troisième volume, à la mort supposée de Choc à Istanbul dans une séquence inaugurale entre Eminönü et la Tour de Galata qui n’est pas sans évoquer le 007 Skyfall de Sam Mendes mettant en scène l’espion de Sa Majesté.

C’est cette confrontation entre ces codes anciens et proprets du Spirou des années 1950 et ces mythologies contemporaines pétries de modernité qui fait tout le prix de cette trilogie. Elle ouvre la voie à de nouvelles exploitations, sortant la création de Dineur, Will et Rosy de sa gangue vintage pour en faire un héros de notre temps. Un traitement à la Frank Miller (on se souvient comment il a modernisé Daredevil puis Batman) qui augure d’un florissant avenir.

© Colman, Maltaite, Rosy et Éditions Dupuis.
Une planche originale de l’album magnifiuement réalisée par Maltaite.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Un Tirage limité à 200 exemplaires numérotés et signés a été publié aux éditions Khani au prix de 135€. S’il en reste, on peut le commander sur le site de Collector BD

LIRE AUSSI SUR ACTUABD :
-  Un sacré Choc (chronique du premier tome) (2014)
-  Le Choc du printemps (chronique du second tome)
-  L’interview d’Éric Maltaite sur Choc

 
Participez à la discussion
4 Messages :