Napoléon, T.4 - par Hasegawa Tetsuya - Carabas

28 septembre 2007 0 BD d’Asie par David TAUGIS
  • Avec ce tome 4, Tetsuya met en parallèle l'apprentissage guerrier du général Bonaparte et les tempêtes liées à la terreur qui sévit à l'Assemblée. C'est cet aspect historique qui l'emporte.

Comme d’habitude dans la série de Hasegawa Tetsuya, on entre dès les premières planches dans le vif du sujet : la guerre, le sang, les boyaux qui volent sur le champ de bataille et les caporaux qui vocifèrent entre deux détonations de canon. Bonaparte, lui, fait toujours preuve de la même audace et d’un sens aigu de la stratégie militaire.

Mais n’imaginez pas que vous aurez droit à un récit linéaire contant telle ou telle bataille. Très vite, l’auteur revient à Paris ou les ténors de la Révolution Française s’affrontent dans une autre guerre, plus feutrée cette fois.

Et alors qu’on commençait à trouver la fascination de Tetsuya pour la violence un peu lassante, voilà qu’il dépeint avec un talent éclatant les duels oratoires opposant Danton à Robespierre (croqué ici comme un véritable super-héros), mettant en scène moult personnages de cette époque passionnante : Fouché, le chef de la police, Camille Desmoulins, Saint-Just, sans oublier le premier journal d’opinion paru dans l’hexagone, Le père Duchesne, et l’une de ses plumes fameuses, Jacques Hébert.

Ces variations stylistiques surprennent, mais Tetsuya semble avoir beaucoup travaillé sur sa documentation pour trouver ces détails de l’histoire de France, mis en scène à l’aide de dialogues puissants et justes. Et ce, même s’il avoue avoir un peu romancé. On pardonnera d’autant plus facilement certaines lourdeurs, en particulier des anachronismes croustillants dûs en substance au traducteur -le général qui s’exclame "ça craint !" en plein XVIIIème siècle- et ces intermèdes-textes inutiles qui détaillent des généalogies secondaires.

Ce tome 4 s’achève sur la rencontre entre Bonaparte et Désirée Clary, en parallèle avec la situation de toute puissance de Robespierre. Le coeur de l’histoire, dans les deux sens du terme.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.