Natacha - T22 : "L’Épervier bleu" - Par Walthéry & Sirius - Dupuis

18 juin 2014 2 commentaires
  • La sortie d’un nouvel épisode de Natacha, c’est toujours un petit évènement. D’autant que Walthéry est un auteur méticuleux qui prend en moyenne quatre ans pour sortir un nouvel album.

Pour ce 22e épisode Walthéry reprend, avec l’aide posthume de Sirius dont il adapte une ancienne histoire, une formule qu’il avait éprouvée avec succès dans les années 1980 et qu’il avait renouvelée à l’occasion du tome précédent, soit Natacha dans le rôle de narratrice des aventures de sa grand-mère et du grand-père de Walter.

Coincée à New-York en raison de fortes chutes de neiges, Natacha poursuit la lecture des carnets de sa grand-mère et fait revivre son aïeule et celui de Walter.

En route pour l’Europe par voie maritime, sur l’Épervier bleu, ils sont bientôt témoins d’une scène de crime sous-marine. Cette découverte macabre les met rapidement aux prises avec Blackmoon, pirate, voleur et meurtrier, qui convoite bien plus qu’une poignée de perles fines grâce un plan localisant une fameuse "Île aux perles". Lancés aux trousses de Blackmoon pour venir en aide à Jane, la sœur de l’homme que Blackmoon a tué pour s’emparer du plan, l’aïeule de Natacha va vite découvrir que la fameuse île est bien moins déserte qu’elle en a l’air…

Natacha - T22 : "L'Épervier bleu" - Par Walthéry & Sirius - Dupuis

Si Le Grand pari, Les Culottes de fer et dans une moindre mesure L’Hôtesse et Mona Lisa sont des albums cultes, Le Regard du passé (le tome 21) fut plutôt une lecture décevante, à cause d’un scénario trop faible, faisant excessivement référence aux albums précédents. En revanche, même s’il est très classique et sans grande surprise, le scénario de cette nouvelle aventure de Natacha, prévue pour se décliner en deux tomes, est beaucoup plus convaincant et offre un récit qui se laisse apprécier sans déplaisir.

Le seul bémol porte sur le rythme trop enlevé de l’intrigue, qui laisse peu de place à la respiration, d’autant que nous avons affaire ici à une narration très (trop) bavarde, regorgeant de termes techniques propres à la voile et de récitatifs qui font de cet album une œuvre dense qui pourrait en rebuter plus d’un. À trop vouloir respecter un scénario écrit à une époque où densité faisait loi dans la bande dessinée, Walthéry a peut-être commis le péché de ne pas l’adaptation à un "jeune" auteur capable d’adapter le récit aux exigences narratives contemporaines.

(c) Walthéry - Dupuis

C’est d’autant plus dommage que le dessin de Walthéry garde son efficacité redoutable. Les personnages secondaires et singulièrement les "méchants", qu’il crée avec maitrise en sont la meilleur preuve. Ce garçon garde une patte inégalée pour le récit d’aventure.

Mise en place oblige, la première partie d’un récit en deux volets est souvent la plus laborieuse que sa suite, ce qui pourrait augurer d’un excellent 23e album.

Dans pas trop longtemps, espérons-le...

(par Tanguy PÂQUES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Walthéry, la main à la barre et la tête dans les nuages.

Lire aussi L’interview de Thierry Lemaire où Walthéry évoque les grands noms qu’il a croisés dans sa carrière

Commander :
- Natacha T22 chez Amazon ou à la FNAC
- L’Aviatrice T1 chez Amazon ou à la FNAC
- L’Aviatrice T1 TL N&B chez Amazon ou à la FNAC
- Natacha intégrale T5 chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :