Necromancy - Livre 2 - Par F. Nury & J. Manini - Dargaud

24 mars 2009 0 commentaire
  • {{Fabien Nury}} et {{Jack Manini}} concluent de manière magistrale une intrigue qui mélange les genres et les atmosphères. Gordon Devries, une figure de la pègre et de la prohibition, voit son empire s’écrouler en trois jours suite à l’apparition du surnaturel dans son existence.

Gordon Devries est confronté à la démence de son fils, Jeff. Ce dernier est devenu adepte de la nécromancie, une science occulte qui permet de réanimer les morts. Gordon est une figure de la pègre de la Nouvelle-Orléans, un esprit plutôt cartésien. Il a l’habitude de régler ses problèmes d’une manière expéditive, révolver au poing.

Il commence à lâcher prise lorsqu’il apprend que l’on a retrouvé des cadavres dans un de ses camions, censé transporter du whisky, des cadavres qui étrangement ces cadavres "revivent" ! Est-ce que ces éléments surnaturels ont un lien avec l’étrange urne funéraire qu’il a retrouvée ? Lorsque le truand découvre que son fils est impliqué dans cette histoire, il l’enferme dans un lieu isolé et tente de dénouer cet écheveau compliqué.

Alors qu’il médite sur cette étrange histoire, Gordon reçoit la visite d’une femme qui semble connaître les raisons de la folie de son fils. Avec habileté, Fabien Nury conclut ce dytique fantastique, étrange et interpelant. Le rythme de cette histoire est trépidant, tout en restant fluide. Elle se déroule en une space de temps ramassé : trois jours. Les auteurs vont à l’essentiel, poussant le lecteur à se prendre de compassion face à un impitoyable gangster confronté à l’horreur la plus absolue.

Jack Manini a durci son style graphique et surtout sa mise en couleur à l’aquarelle, pour correspondre aux ambiances hard boiled décrites par Nury. Ses effets de matière, un peu huileux, renforcent les atmosphères glauques. Le duo fait merveille. On espère qu’il se reformera ces prochains jours.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?