Néfésis - T1 : Résurrections - par Caboni & Filippi - Dupuis

9 novembre 2006 0 commentaire
  • 1905, Paris, les esprits d'anciennes momies intègrent le corps de leurs découvreurs. Cette possession leur confère de nouveaux pouvoirs, mais certains n'hésitent pas en profiter pour cultiver de noirs desseins. Heureusement, Néfésis veille ...

Dans un Paris de la belle époque, Margot est une « inspirée » : Némès, l’esprit d’un ancien pharaon égyptien a annexé son corps depuis sa tendre enfance. Si cette association peut donner une alliance hors du commun, elle amène parfois ses détenteurs à des crises schizophréniques aigues : des criminels hors normes apparaissent alors. Margot, jeune femme de 22 ans, possède ainsi une identité secrète : Néfésis. Le jour, elle est une élève-professeur dissipée, la nuit, elle poursuit les déviants pour les libérer des esprits qui les tourmentent ...

Dans la même veine que Sailor Moon [1], ou Tessa [2], Denis-Pierre Filippi surfe sur la vague des jeunes écolières/super-héroïnes. Loin des combats intergalactiques, c’est dans le Paris de 1900 que situe l’action. Un début de siècle légèrement fantaisiste où les voitures ressemblent à celles de la prohibition, et où les dirigeables sillonnent sans cesse le ciel de la capitale. Si Hauteville House [3] avait largement réussi à nous présenter un passé avec des gadgets futuristes plausibles, on navigue plus ici au sein des anachronismes. D’une idée de base intéressante (deux esprits aux antipodes, qui s’allient pour protéger les vivants possédés), Filippi s’est englué dans une intrigue, certes originale, mais néanmoins désespérément classique. On aurait pu attendre plus mordant dans cette association hors norme, surtout de la part d’un scénariste reconnu. Dommage.

Néfésis - T1 : Résurrections - par Caboni & Filippi - Dupuis

Le dessin ne sauve pas pour autant ce premier tome de Néfésis. Mise à part une superbe couverture, et quelques très belles vues d’ensemble, Sylvio Camboni donne l’impression de chercher encore sa voie. Les scènes de poursuite, une partie découpage, et les visages anguleux des personnages rappellent le trait d’Andréas, malheureusement sans en atteindre la qualité graphique. Les arrières-plans sont souvent esquissés, et pourtant, ce sont dans les grands paysages, où cette finition n’est pas toujours bâclée, que le trait de Camboni trouve de la profondeur et de la justesse. Quelques prises de vues intéressantes et une belle mise en couleur sont les vraies qualités graphiques de l’album.

Au lieu d’avoir voulu terminer à tout prix une intrigue peu fouillée, les auteurs auraient peut-être du approfondir leur histoire, quitte à clôturer un cycle introductif en deux ou trois tomes. La vie secrète de Margot nous donne un air de déjà-vu et on peine à comprendre si on se trouve dans un univers totalement fictif, ou une digression de la belle époque. Reste l’association des esprits égyptiens qui nous embarque dans ce monde mystérieux de déviants et d’inspirés.

Documents
(c) Dupuis/Filippi/Camboni

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Internet

[119 tomes parus chez Glénat

[23 tomes parus chez Soleil

[33 tomes parus chez Delcourt

  Un commentaire ?