Nestor Burma : Micmac moche au Boul’Mich - Par Barral d’après Léo Malet - Casterman

26 décembre 2015 0
  • Le Paris étudiant vu par Léo Malet dans les années 1950 magistralement adapté par Nicolas Barral. Un album "deux en un" : une enquête policière qui rebondit de page en page, et une visite du Quartier Latin aux atmosphères subtiles et vivantes.

Quand le roman de Léo Malet paraît en 1957, le Boul’Mich (comprendre Boulevard Saint-Michel, qui délimite la frontière entre le 5e et 6e arrondissement de Paris) vivait au rythme des concerts et des fêtes étudiantes. Une autre époque... Dans cet épisode des aventures du détective Burma, une apprentie comédienne vient supplier notre fin limier de tirer au clair une mort suspecte : son fiancé, étudiant en médecine, ne se serait pas suicidé... Burma va mettre un certain temps avant de cautionner les doutes de la demoiselle. Tandis que son enquête commence à progresser, les macchabées s’accumulent...

Nestor Burma : Micmac moche au Boul'Mich - Par Barral d'après Léo Malet - Casterman
© Casterman 2015

Comme toujours avec ces adaptations de l’œuvre de Malet, le plaisir est double : l’enquête et la gouaille de Nestor Burma côté pile, une visite rafraîchissante d’un Paris disparu côté face. Barral est désormais très à l’aise avec les codes graphiques créés par Tardi puis repris par Moynot. Un poil plus géométrique, mais aussi précis dans ses traits. Si le scénario offre une belle plongée dans le milieu étudiant de l’époque, avec ses personnages forts en trogne et en destins secoués, le dessin nous ravit. Les ballades dans le Quartier latin sont un enchantement : ses rues sombres et majestueuses, le parc du Luxembourg qui scintille tout près et les hôtels particuliers qui étincellent, Difficile après ce Micmac impec, de ne pas prendre rendez-vous pour la prochaine affaire.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?