Comics

New 52 : Flashpoint 1 – Urban Comics

Par Antoine Boudet le 28 février 2012                      Lien  
Première publication en kiosque du nouvel arrivant dans l'édition du comic mainstream, Urban Comics : la mini-série Flashpoint, le crossover de l'été 2011, première introduction du très attendu "New 52" de DC Comics.

En guise d’introduction à Flashpoint, Urban publie la mini-série Road To Flashpoint mettant en scène Bary Allen, plus connu sous le nom de Flash, aux prises avec un voyageur venu du futur, Pursuit. Mais en plus, elle nous propose les origines de Reverse Flash (rebaptisé Nega-Flash en français), l’ennemi juré de de notre rapide super-héros, à l’origine des événements de Flashpoint.

Sans vraiment révolutionner l’univers du personnage, le scénario de Geoff Johns suit son train avec son lot de rebondissements en fin d’épisode, le tout servi par les illustrations de Francis Manapul, l’actuel dessinateur de la série régulière, l’homme qui a relancé l’engouement pour Flash.

New 52 : Flashpoint 1 – Urban Comics
(C) DC Comics/Francis Manapul

De Flashpoint, on peut dire que nous restons dans l’expectative. Certes, nous n’avons droit qu’au premier épisode de cette mini-série, qui en compte cinq au total, mais nous restons dubitatifs sur l’argument de la série elle même : Geoff Johns a voulu que le lecteur soit désorienté, à l’instar de son héros, Barry Allen. Cependant, le manque d’informations, distillés dans sa version américaine dans les différents "tie-ins" (séries se situant dans la période où se déroule Flashpoint) qui ne sont pas publiés en France (nous pensons notamment à Emperor Aquaman, qui explique l’origine de la guerre Altlanto-amazonnienne), font que le lecteur perd pied.

Alors oui, Geoff Johns est passé maitre dans l’art du cliffhanger de fin d ’épisode en pleine page, mais cela ne suffit pas à sauver l’affaire. De plus, les illustrations d’Andy Kubert sont vraiment en deçà de son travail habituel, surtout sur la même période (nous pensons à X-Men : Schism).

Bref, ce qui nous est vendu comme l’introduction à l’univers New 52, à part l’apparition de la mystérieuse Pandora, n’apporte rien, et surtout n’apprend rien, au lecteur sur ce reboot où évoluent désormais les héros de DC Comics.

On suppose que les amateurs en manque de matériel DC traduit en français et quelques collectionneurs acharnés y trouveront leur compte.

(C) DC Comics/Andy Kubert

(par Antoine Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

PAR Antoine Boudet  
A LIRE AUSSI  
Comics  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Newsletter ActuaBD