"New Cherbourg Stories T. 1 : Le Monstre de Querqueville" – Pierre Gabus et Romuald Reutimann – Casterman

4 mars 2020 5 commentaires
  • Peuple aquatique, baleines velues et goélands apprivoisés sont au programme de cette nouvelle série, signée Pierre Gabus et Romuald Reutiman, qui nous entraîne dans une douce uchronie sur fond d’enquête policière et de quasi-super-pouvoirs. Un premier tome prometteur.
"New Cherbourg Stories T. 1 : Le Monstre de Querqueville" – Pierre Gabus et Romuald Reutimann – Casterman
© Reutimann, Gabus / Casterman.

Exit New-York et l’hégémonie américaine : bienvenu à New-Cherbourg où la vie est tranquille quoiqu’un peu pluvieuse. Mais l’échouage d’un monstre marin inconnu sur la plage de la ville va venir perturber le train-train routinier et mettre en branle une série d’événements qui risquent de mettre en péril la survie d’un mystérieux peuple aquatique adepte du précepte : « Pour vivre heureux, vivons cachés. »

On suit le long de cette intrigue l’enquête de Côme et Pacôme Glacère, deux agents des services de contre-espionnage ayant le mystérieux pouvoir de se changer en pierre à volonté, faculté bien utile dans leur profession à haut risque. Aidés de leur nouvelle recrue Julienne et de son jeune frère Gus, ornithologue en herbe à l’esprit dégourdi, ils feront tout pour remettre la main sur un dossier top secret qui leur a été dérobé.

Dans leur enquête, ils croisent le gratin de la ville, des espions envoyés par des puissances étrangères, un ministre pas finaud, et surtout des Grondins, peuple anthropomorphe pacifique vivant sous la surface de la mer.

© Reutimann, Gabus / Casterman.
© Reutimann, Gabus / Casterman.

La narration de Pierre Gabus est agréable et tranquille, quoiqu’un poil linéaire en dépit de quelques surprises et retournements de situations. New Cherbourg Stories est un album qui respire le calme et le bon-vivre mais dans lequel on aimerait rester plus longtemps.

Sans chercher une surenchère d’action et de péripéties, les auteurs nous présentent des personnages attachants au caractère varié et installent une intrigue prenante qui rappelle les plus belles heures d’Hercule Poirot ou du Commissaire Maigret, monstres marins en prime.

Les dessins signés Romuald Reutimann sont simples et doux. Le travail du contraste entre les décors très détaillés et les personnages dessinés plus simplement donne de l’importance à l’originalité du paysage, dans un réalisme juste un pas à côté de notre réel. L’univers Belle-Époque (fin XIXe – début XXe siècle) dans lequel prend place l’intrigue est marqué par une douceur et d’une tranquillité enchanteresse un peu hors sol en dépit de l’action et les péripéties qui ponctuent le récit.

On est face à une capsule temporelle fantasmée, un instantané un peu idéalisé du changement de siècle marqué par les progrès techniques du dirigeable, de la voiture, de l’appareil photo… Autant de détails qui fourmillent dans les planches de l’album et qui donnent un charme tout particulier aux environnements de l’histoire.

Ce premier tome pose donc les bases d’une série qui promet d’être intéressante, à voir si la suite saura se montrer à la hauteur et développer un univers qui devrait nous rencore bien des mystères.

© Reutimann, Gabus / Casterman.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

"New Cherbourg Stories T. 1 : Le Monstre de Querqueville" – Pierre Gabus et Romuald Reutiman – Casterman - 04/03/2020 - 22,6cm x 30,3cm - 72 pages couleurs - 14,50€.

 
Participez à la discussion
5 Messages :