Nicolas Mitric : "Didier Crisse m’a fait un super cadeau en me confiant l’univers de Kookaburra."

27 octobre 2006 0 commentaire
  • Le premier cycle de {Kookaburra} se termine avec la parution de {Retour à Terradoes}, un album charnière. En effet, Didier Crisse a décidé de confier les rênes de "l'univers kookaburesque" à Nicolas Mitric.

1997 : Didier Crisse lance Planète Dakoï, le premier album de Kookaburra, un space opera mélangeant action, humour et ésotérisme. 3 albums plus tard, une série complémentaire constituée de spin-off voit le jour. Chaque album de Kookaburra Universe présente une histoire complète qui développe une époque et des personnages de la série-mère. Ange, Briones, Gaudin, Ludolullabi, Mitric, Paty, Tackian, Miquel et les frères Peru ont déjà participé à l’aventure.
Retour à Terradoes clôt le premier cycle et Nicolas Mitric nous gratifie d’un final graphique éblouissant avec une superbe quadruple planche !

Pourquoi avoir attendu 4 ans entre le tome 3 et le tome 4 ?

Didier Crisse : Quand j’ai signé chez Soleil en 1996, L’épée de Cristal [1] tournait à 100000 exemplaires et Mourad (Boudjellal) pensait que je ferais les mêmes ventes avec une nouvelle série. Pour ne pas concurrencer Lanfeust qui démarrait plutôt bien, j’ai fait de la SF avec Kookaburra. Le premier album n’a pas été très bien compris par les lecteurs. Les ventes de la série ont commencé à décoller à la sortie du 3ème album. Entre temps, Mourad m’a proposé de réaliser une série d’héroïc fantasy. J’ai donc fait Atalante qui a eu un succès immédiat et vendait deux fois plus que Kookaburra. J’ai cru pouvoir mener de front les deux séries, mais je n’y suis pas arrivé. Il a fallu que je rencontre Nicolas pour que Kookaburra prenne un nouvel élan.

Nicolas Mitric : "Didier Crisse m'a fait un super cadeau en me confiant l'univers de Kookaburra."
Retour à Terradoes

Nicolas Mitric, vous devenez l’héritier de l’univers Kookaburra. Comment s’est déroulée la passation de pouvoir ?

Nicolas Mitric : Au milieu du tome 5, Didier m’a proposé de me confier totalement l’univers. J’ai même terminé le scénario du tome 5 !

DC : que je n’ai pas encore lu !

NM : Je connais l’univers aussi bien que lui. J’ai déjà réalisé trois albums au dessin et un au scénario. Mais le super cadeau, c’est de m’avoir confié la direction de collection en plus du dessin et du scénario. A moi de trouver les auteurs pour assurer la cohérence globale de la série. Kookaburra Universe se concentre uniquement sur le premier cycle de Kookaburra que nous venons de terminer. Le 7ème et le 8ème tomes ont été signés avant que je devienne directeur de collection. Mais à partir du 9ème, ce sont mes choix qui guideront la série.

Quelles seront les auteurs et les histoires ?

NM : Tant que les contrats ne sont pas signés, je préfère taire les noms. Mais une dizaine d’auteurs m’ont déjà donné leur accord. Mais je recherche plutôt des dessinateurs qui ont déjà au minimum une expérience de deux ou trois albums derrière. Les prochains récits porteront sur les filles d’Isis, sur "comment les amazones ont trouvé la Sphère noire", sur la genèse de Dragan Preko en tant que Space Sniper, sur Zimus, la planète de glace etc.

Quel sera le rythme de publication ?

Avec Jean Wacquet, nous souhaitons deux sorties Kookaburra par an (Kookaburra et/ou Kookaburra Universe)

Didier Crisse, ces derniers temps, vous avez été plutôt discret...

DC : j’ai eu des problèmes personnels, ce qui explique mon absence... Mais maintenant ça va mieux et je repars avec un nouveau Atalante. Pour Luuna, le premier cycle se termine. J’ai aussi un nouveau projet, avec un dessinateur argentin, qui s’appelle Les petites déesses. Il reprendra toutes mes héroïnes sauf Luuna et leur fera vivre des aventures lorsqu’elles sont petites. Mais il veut monter un studio pour ce projet. Il réclame donc les quatre premiers scénarios pour commencer. Il faut donc que je travaille !!

Priorité au scénario ou au dessin ?

DC : ce qui m’importe, c’est de raconter des histoires. J’ai beaucoup de lecteurs qui aiment mon dessin et cela me motive à ne pas arrêter. Et pour l’instant, les albums où je suis seulement scénariste se vendent moins bien que les autres. Lorsque la tendance s’inversera, il sera temps de se poser des questions...

Et vous Nicolas Mitric ?

NM : ce qui m’intéresse, c’est d’être maître d’œuvre complet. Comme je ne souhaite pas être éditeur, le "grade" ultime de la BD pour moi c’est d’être directeur de collection. J’ai signé pour 5 ans, après on verra bien. Pour l’instant, c’est une super aventure car il y a un challenge dans Kookaburra Universe. Chaque auteur veut faire le meilleur album de la série ! Et puis sur Kookaburra, je redeviens auteur "complet" puisque Didier se retire...

Didier Crisse et Nicolas Mitric
© L. Boileau

Vous ne publiez que chez Soleil, pourquoi ?

DC : Mourad aime être proche de ses auteurs. Quand on a un problème, il sait nous aider. C’est aussi quelqu’un de très intelligent. Il sait ce qu’un auteur représente et il fait ce qu’il faut pour le garder. Le facteur humain joue beaucoup...

NM : Il y a quelques années, Mourad m’a avoué l’avoir fait signer plus sur ma personnalité que sur mon dessin. Sur le moment, j’ai pris une claque ! Mais il a ce don de flairer les auteurs qui vont plaire. Il a un pif incroyable et sait se décider très vite. Quand l’auteur qui débute, c’est un argument...

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Retour à Terradoes sur Internet

Propos recueillis le 8 septembre 2006

[1Éditions Vents d’Ouest

  Un commentaire ?