Nicole #8 : le revue des Éditions Cornélius à son meilleur

29 juillet 2019 0 commentaire
  • La revue annuelle de bande dessinée "Nicole", menée en solo par Cornélius, est l'une des rares à maintenir une densité et une régularité fiable et de qualité. Cet été, elle rassemble jeunes auteurs et plus aguerris, proposant des découvertes comme des confirmations, pour atteindre son meilleur niveau.

Outre les magazines vendus en kiosque, tels Spirou et Fluide Glacial, les revues de bande dessinée sont devenues rares et peinent à se maintenir. AAARG ! a dû cesser de paraître et Pandora, des éditions Casterman, ne donne plus de nouvelles. Il existe bien des revues de qualité, comme Bento (Radio as Paper) ou Baie des Machines (Éditions Les Machines), Bien, Monsieur. ou Zinozorrus (Le Chant des Muses), mais dont la faiblesse du tirage et le rythme aléatoire de parution expliquent la diffusion limitée.

Dans ce contexte, l’existence de Nicole est à souligner. Lancée en 2014, elle a connu une première mouture co-éditée par Cornélius et Les Requins Marteaux. Nicole (et Franky) était réalisée sous la houlette de Cornélius tandis que Franky (et Nicole) paraissait sous la responsabilité éditoriale des Requins Marteaux. Mais il y a eu divorce, et Nicole vogue maintenant seule ! Elle ne s’en porte pas plus mal, ou du moins a su s’adapter et gagner en cohérence pour durer.

Comment Nicole parvient-elle à se maintenir ? D’abord, l’éditeur affirme accepter de perdre de l’argent avec sa revue. Vendue pour moins de quinze euros, Nicole compte 300 pages en noir et blanc et en couleur. Cela peut paraître cher pour une revue ; ça ne l’est pas pour une telle quantité de lecture de bande dessinée. Le déficit est assumé : Cornélius souhaite conserver ce vecteur pour faire découvrir de jeunes auteurs ou redécouvrir de plus anciens, dont beaucoup sont dans son catalogue. Cette démarche est possible tant qu’elle s’adosse à une structure financièrement saine, ce qui semble bien être le cas. Tant mieux pour les lecteurs !

Nicole #8 : le revue des Éditions Cornélius à son meilleur
Cowboy Henk © Herr Seele & Kamagurka / Éditions Cornélius 2019
Escapades © Singeon / Éditions Cornélius 2019
Le Petit fumier © Sébastien Lumineau / Éditions Cornélius 2019
Spanking © Blutch / Éditions Cornélius 2019

Nicole propose en grande majorité des bandes dessinées inédites ou devenues introuvables. De longueurs variables, elles témoignent d’une volonté d’expérimenter graphiquement sans négliger pour autant la dimension narrative. Rien de « difficile » cependant ! Tous les lecteurs peuvent trouver à leur goût : il y a de l’humour et de l’aventure, du mystère et de la poésie, du merveilleux et de l’absurde. Cette diversité, associée à la volonté de donner à découvrir, fait d’ailleurs office de ligne éditoriale. En ce sens, l’édito signé Nicole et la rétrospective de l’année 2018 de bande dessinée paraphée par Bill Franco ont proportionnellement moins d’écho.

Au sommaire, des autrices et des auteurs édités par Cornélius, certains depuis longtemps, comme Blutch ou Hugues Micol, d’autres plus récemment, comme Delphine Panique ou Jérôme Dubois. Nous retrouvons également François Ayroles, L.L. de Mars et Willem, valeurs sûres de la bande dessinée alternative. Dominique Goblet, récemment présidente du Grand Jury à Angoulême, s’associe logiquement avec Kai Pfeiffer. Nous redécouvrons également Nicole Claveloux, grande autrice à laquelle Cornélius consacrera bientôt une anthologie [1] et le festival d’Angoulême une rétrospective en janvier 2020. Jérôme LeGlatin présente et traduit un Britannique méconnu, Chris Reynolds, bientôt publié chez Tanibis [2].

Thomas Bernard, qui contribue à ActuaBD, donne à voir quelques collages. Renaud Thomas dessine un nouvel épisode de Zone Z venant compléter son ouvrage récemment paru. Lucas Méthé, principal artisan de la revue Tchouc-Tchouc, introduit l’univers de Papa Maman Fiston dans lequel les lecteurs pourront bientôt davantage se plonger grâce à une bande dessinée éditée par Actes Sud [3]. David Amram, habitué de l’auto-édition, commence à pointer le bout de son crayon. D’autres figures, comme Sébastien Lumineau, Benoît Presteseille, Singeon ou Olivier Texier, viennent compléter un tableau propre à éveiller la curiosité.

Quelques textes de J.L. Capron, autrement dit Jean-Louis Gauthey, fondateur et encore actuel capitaine des Éditions Cornélius, viennent ponctuer cet ensemble. Il y brocarde, avec ironie mais non sans acuité, le monde de l’édition et apporte ainsi une touche d’auto-dérision bienvenue. Reste que c’est surtout la qualité de ses bandes dessinées qui rend Nicole incontournable pour qui veut se réjouir de l’état présent de la création.

Histoire d’eau © Nicole Claveloux & Patrick Cothias / Éditions Cornélius 2019
Maman © Lucas Méthé / Éditions Cornélius 2019
Maison de retrait © Jérôme Dubois / Éditions Cornélius 2019
Zone Z © Renaud Thomas / Éditions Cornélius 2019

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Nicole #8 - Éditions Cornélius - 17 x 24 cm - 304 pages noir & blanc et couleurs - couverture souple - parution le 4 juillet 2019.

Autrices et auteurs présents au sommaire :
David Amram / François Ayroles / Thomas Bernard / Blutch / J.-L. Capron / Nicole Claveloux / Patrick Cothias / Jérôme Dubois / Bill Franco / Dominique Goblet / Herr Seele / Kamagurka / Jérôme LeGlatin / L.L. de Mars / Sébastien Lumineau / Lucas Méthé / Hugues Micol / Delphine Panique / Kai Pfeiffer / Benoît Preteseille / Chris Reynolds / Singeon / Olivier Texier / Renaud Thomas / Willem.

[1Un premier ouvrage, La Main verte, édition restaurée d’un livre sorti chez Les Humanoïdes Associés en 1978, est à paraître le 7 novembre 2019 dans la collection Solange.

[2Anthologie à paraître début 2020

[3Ouvrage à paraître le 2 octobre 2019.

  Un commentaire ?