Noctambule, la nouvelle collection littéraire de Soleil

  • Après Delcourt et Glénat, voici que Soleil se dote également d'une collection littéraire, même si celle-ci semble chasser sur les terres de Futuropolis. Le premier titre est superbement mis en image par Riff Reb's : un conte sanglant et cruel, dont les accents héroïques vous transportent sans peine !

En mars 2007, alors que la collection Ex-libris de Delcourt montait au créneau, Soleil annonçait également la création d’un nouveau concept baptisé Noctambulle (avec deux "l"). Quelques années auparavant, l’éditeur toulonnais avait repris Futuropolis, en créant une joint-venture avec Gallimard. Est-ce que les efforts se concentraient spécifiquement sur cette opération à l’époque ? Ou le marché à conquérir pour Noctambulle et Futuro étaient trop semblables ? Quoiqu’il en soit, la collection ne vit jamais le jour...

Noctambule, la nouvelle collection littéraire de SoleilDeux années plus tard, voici que le projet ressurgit... et se concrétise ! Avec un ’l’ en moins, les bulles laissent la place au texte pour cette nouvelle collection qui fait la part belle aux adaptations littéraires. Il faut dire que si le marché est en plein essor, les offres ne manquent pas non plus. Nous citions la collection Ex-libris et ses textes ’fondateurs’, mais il y encore les pièces de théâtre de Commedia chez Vents d’Ouest, et l’éditeur Adonis qui avait lancé en grand cette (re)découverte des chefs-d’œuvre de la littérature mondiale, sans compter les multiples one-shots parus un peu partout.

Noctambule se définit donc comme une passerelle entre littérature et bande dessinée, une aire de liberté où les auteurs pourront choisir d’adapter fidèlement ou librement, des œuvres littéraires ancrées dans l’intimité de leur mémoire ; soit de proposer des récits personnels, empreints de force et d’originalité. Les deux premiers albums qui intronisent cette nouvelle collection disposent d’un format 18 x 26 cm, de 120 pages pour 17,95 €. Un bon rapport quantité/prix, lorgnant quand même fort vers un des standards de Futuropolis.

Quant à la qualité, le premier titre proposé est d’une très bonne facture. Adaptant librement À bord de l’étoile Matutine de Pierre Mac Orlan, Riff Reb’s nous en livre une vision académique dans le découpage, mais d’un grand dynamisme graphique . Avec treize chapitres, et un cahier de croquis pour une centaine de pages, ce premier titre de Noctambule demande effectivement à être lu au calme, en prenant son temps. Les constructions de textes descriptifs sont d’ailleurs parfois ardus, et si les grands cases permettent de profiter de la mise en scène de Riff Reb’s, les sauts de chapitres décontenancent quelque peu.

Il faut toutefois saluer la maestria graphique de l’auteur : le souffle épique dynamise les batailles et la sourde torpeur des tavernes et de la cambuse alterne avec les aventures de ce jeune mousse, apprenant les dures règles de la piraterie. Embrouillé par les superbes trognes des personnages, on en oublie même que cette suite de larcins et de massacres n’est pas vraiment morale, mais quand l’aventure vous entraîne dans son sillage, difficile de résister !

Au second semestre, c’est Cromwell, son compère du Bal de la sueur, qui adaptera le Dernier des Mohicans de James Fenimore Cooper. Puis suivront le Joueur de Dostoïevski par Stéphane Miquel et Loïc Godart, l’Île aux trente cercueils de Maurice Leblanc par Marc Lizano, Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll par Claire Wendling, et Moby Dick de Melville par Jouvray et Alary. S’ils sont tous du niveau d’À bord de l’étoile Matutine, cela promet de belles heures de lecture !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire un extrait de À bord de l’étoile Matutine

Commander À bord de l’étoile Matutine chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Quoiqu’il en soit, la collection ne vit jamais le jour...

    Il faut laisser aux auteurs le temps de faire leur livre, deux ans ce n’est pas énorme pour des bouquins de cette qualité graphique, ça ne s’expédie pas en trois mois.

    Répondre à ce message

  • Je me demande si c’est une bonne nouvelle pour Futuro.............

    Répondre à ce message

    • Répondu par Aurélien le 24 juin 2009 à  09:46 :

      Je ne vois pas très bien le rapport. Il n’y a pas d’adaptations littéraires de ce type chez Futuropolis, et le type de graphisme que l’on trouve chez Soleil n’a rien à voir non plus avec Futuro. Comme cela est répété plusieurs fois dans l’article, cela se rapproche plus de ce qui est fait chez Delcourt.

      Répondre à ce message

  • Soleil, en conservant le bon orthographe du terme, nous aura heureusement épargnés d’un énième jeu de mots niais avec « bulle » (en sortira-t-on ?) pour le nom de sa collection.

    Par contre, pourquoi diable avoir choisi ce nom ? Quel est le lien avec le contenu ? Les adaptations de romans en bandes dessinées sont destinées aux insomniaques ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 9 juin 2009 à  18:20 :

      Pour Ex-libris, chez Delcourt, c’est la même chose. Je ne vois pas bien le lien entre le nom de la collection et l’adaptation des classiques de la littérature.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 9 juin 2009 à  22:16 :

      Puisque vous jouez avec les mots, sachez que le mot "orthographe " est du genre féminin.
      Soleil , nuit...le rapport est devant vous, voyons ! Et puis , ils ont un slogan tout trouvé pour lancer la collection :
      Noctambule, c’est le jour et la nuit.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Eric B. le 12 juin 2009 à  00:48 :

        Merci de recentrer pertinemment le débat sur l’orthographe...

        Donc Soleil est Noctambule ? Franchement, ils ont pas dû chercher de midi à 14 heures... Et même avec cette explication, on cherche toujours le rapport avec l’adaptation de romans.

        En ce qui a trait à ex-libris, c’est déjà plus transparent : ex(hors de) libris(livre), ou hors de la « littérature » vers la bande dessinée...

        Répondre à ce message

  • Il n’a jamais été question de Noctambulle avec deux ’l’ !
    17 juin 2009 17:09, par Charles-Louis Detournay

    Petit correctif provenant de Clotilde Vu, la directrice de collection de Noctambule : si effectivement, elle devait d’abord voir le jour en 2007, il n’a par contre jamais été question de jouer sur la bulle en plaçant deux ’l’ au nom de la collection.

    Désolé de ce quiproquo !

    Répondre à ce message