Actualité

Noé, le déluge de Darren Aronofsky

Par Charles-Louis Detournay le 8 avril 2014                      Lien  
Alors que le film sort en salle ce mercredi, Le Lombard propose aux lecteurs de partager cette vision particulière du récit biblique de Darren Aronofsky dans une passionnante intégrale signée par le cinéaste lui-même et illustrée par le dessin exalté du talentueux Niko Henrichon.

Noé, le déluge de Darren AronofskyLa machine avait été lancée au Festival d’Angoulême où les vidéos personnelles d’Aronofsky et la bande-annonce de son film captivèrent l’assistance. C’était dit : au printemps, il faudra compter avec Noé !

Rappelons que si Darren Aronofsky est avant tout réalisateur de films multi-primés (Pi, Black Sawn, Requiem for a Dream et The Wrestler), il ne réserve pas ses scénarios que pour le 7e art ! Il écrit également pour les comics, les adaptant d’ailleurs lui-même au cinéma, comme ce fut le cas pour The Fountain... et comme c’est à nouveau le cas pour Noé !

Le premier tome de cette tétralogie en bande dessinée était parue au Lombard en 2011. La maison bruxelloise réussissait là un beau coup, rajeunissant son image, tout en misant sur un projet porteur d’audience.

Noé, figure mythique

Nous connaissons tous le récit de l’homme qui construisit l’arche pour sauver les animaux du Déluge. Aronofsky s’en éloigne nettement. Délaissant l’image traditionnelle du patriarche que l’on accole au personnage de la Bible, il fait de Noé un guerrier, un Mad Max sorti du fond des âges. Dans le monde de Noé, la pitié n’a pas sa place. Avec sa femme et ses trois enfants, il vit sur une terre aride et hostile, en proie à une grande sécheresse. Un univers marqué par la violence et la barbarie, livré à la sauvagerie des clans qui puisent leur survie dans la guerre et la cruauté.

Mais, Noé n’est pas comme les autres. C’est un combattant et un guérisseur. Il est sujet à des visions qui lui annoncent la fin prochaine de la terre, engloutie par les flots d’un déluge sans fin. Noé a prévenu ses semblables : si l’homme veut survivre, il lui faut mettre un terme aux souffrances infligées à la planète et « traiter le monde avec miséricorde ». Cependant, personne ne l’a écouté. Chassé et condamné à fuir, Noé rallie à sa cause les terribles Géants, et commence à accomplir la tâche que le Créateur lui a confiée : construire une arche pour accueillir les animaux qu’il a créés. Mais les hommes vont bientôt s’apercevoir de leur erreur, et feront l’impossible pour mettre la main sur cette ultime chance de salut face à la colère divine...

Au delà du message biblique

Coécrit par un collaborateur de longue date du réalisateur, Ari Handel, qui a produit ou participé à l’écriture de la plupart de ses films, Noé ne s’inscrit pas uniquement dans l’adaptation du passage de la Bible. En ses temps où le climat se détériore et où les individualités se renforcent, le Noé d’Aronofsky prône un message solidaire et écologique.

La figure biblique n’a plus cette façade lisse de héros dévoué à sa tâche. Ses proches prennent une très grande importance : le talent d’Aronofsky & d’Handel réside précisément dans la caractérisation des membres de la famille. Le lecteur se retrouve dans le portrait, profondément humain, de la jeune femme qui veut aimer et procréer, dans la mère qui veut protéger, dans l’adolescent qui veut grandir et explorer, quitte à affronter ses parents...

L’affrontement contre une humanité dévoyée confrontée au microcosme de l’Arche permet de créer une situation de tension qui s’en va en culminant. Le récit reste non seulement passionnant de bout en bout, mais revient également sur d’autres passages de la Bible : la Création, le Fruit défendu, le sacrifice d’Isaac, etc. Le message des Écritures prend alors une nouvelle force, universelle, qui dépasse les religions et croyances, pour évoquer l’Homme, tout simplement, même si les intégristes de par le monde, qu’ils soient juifs, chrétiens ou musulmans, ne goûtent pas à l’exercice.

Une mise en scène qui alterne émotion et grand spectacle

Ce pari un peu fou n’aurait sans doute pu être relevé sans le dessin de Niko Henrichon (Pride of Baghdad). S’éloignant d’un encrage lisse, son dessin et sa mise en couleurs donnent beaucoup de force à cette adaptation. Il présente des visages burinés par la fatigue, par des efforts proprement surhumains. On est frappé par l’audace de ses grandes scènes de combat, ses Géants dantesques et ses décors antédiluviens.

Mais le talent d’Henrichon ne s’arrête pas à ces affrontements musclés de cuir et d’acier, ou à ces scènes d’apocalypse. Par la puissance des regards, des postures de volonté ou de désespoir, et une mise en scène inspirée, il maintient la puissance des combats dans l’affrontement des personnages. Et c’est finalement lorsque le Déluge s’abat qu’une seconde partie du récit que son dessin prend toute son importance, faisant presque oublier ce qui s’était déroulé auparavant.

Si vous n’êtes pas amateur de Russell Crowe, Anthony Hopkins ou Emma Watson (tous les goûts sont dans la nature), si le cinéma hollywoodien vous laisse de glace, vous devriez vous laisser tenter par cette superbe tétralogie. Alors que les albums étaient en cours de publication, Le Lombard permet aux premiers lecteurs de finaliser le récit avec la sortie simultanée des tomes 3 et 4.

Mais pour ceux qui n’auraient pas acheté les premiers titres, l’éditeur sort conjointement une intégrale, insistant sur la dimension nouvelle donnée à l’œuvre paraissant en un seul tome marqué, à les en croire, par une grâce divine.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Noé - Par Darren Aronofsky, Ari Handel & Niko Henrichon - Le Lombard

De Noé, commander :
- l’intégrale chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 chez Amazon ou à la FNAC

Darren Aronofsky sur ActuaBD, c’est également :
- la présentation du long métrage de Noé au FIBD d’Angoulême 2014.
- Les bandes dessinées/comics Noé au Lombard : l’introduction de la série et notre chronique du premier tome
- son comics avec Kent Williams The Fontain : son introduction, le développement du projet et sa chronique.
- l’adaptation annoncée de Watchmen d’Alan Moore

Le film sort en salles ce mercredi 9 avril 2014.

🛒 Acheter 📖 Feuilleter  
PAR Charles-Louis Detournay  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Newsletter ActuaBD