Noël Godin, l’entarteur belge, devient rédac-chef de « Fluide-Glacial » : les « pompeux cornichons » vont déguster !

1er avril 2006 7
  • Décidément, le monde de la BD ne va pas sans surprise ces derniers temps. On vient d'apprendre, par un communiqué de Flammarion en date du 1er de ce mois, la nomination de Noël Godin à la rédaction en chef de « Fluide Glacial » à la place de Thierry Tinlot.

Publiant récemment chez Flammarion (éditeur de Fluide Glacial) son dernier livre retraçant ses mémoires « pâtissières », Entartons, entartons les pompeux cornichons, Noël Godin a bien l’intention de prolonger son combat pour la « subversion carabinée » dans le vénérable mensuel de Gotlib.

Déjà, il avait fait parler de lui au dernier Salon du Livre de Paris en entartant pour la septième fois le philosophe Bernard-Henri Lévy, malgré la cohorte de gardes du corps qui le protégeaient. On se souvient qu’il avait déjà pris Patrick Poivre d’Arvor, Marguerite Duras, Jean-Luc Godard, Patrick Bruel, Bill Gates et Nicolas Sarkozy... dans ses filets. Noël Godin, alias Georges Le Gloupier, alias l’entarteur belge, débarque à chaque fois avec une quinzaine de « guerilleros burlesques » et applique sa pâtissière chantilly sur les faces enfarinées les plus pète-sec.

« Dans Fluide, je me sens comme un poisson dans l’eau »

Mais il est aussi un bon écrivain, auteur d’une Anthologie de la subversion carabinée (Editions de l’Âge d’Homme) avec Les Pieds Nickelés en couverture. « Nous irons à la pêche aux pompeux cornichons, nous dit l’entarteur belge. Il est tout à fait poilant qu’un Belge, véritable gibier de potence à la Tijl Ulenspiegel ne songeant qu’à jouer des tours pendables aux hautes figures autoritaires, soit nommé à la direction d’un journal aussi fluidesque, que je lis depuis longtemps et dans lequel je me suis toujours senti comme un poisson dans l’eau. À moi de savoir me servir de ma cocasse célébrité comme d’une arme tout en évitant de devenir en quoi que ce soit le bouffon des rois. Les rois et les autres crapules gavées de pouvoir, Fluide va bien entendu les piétiner gloupitamment !  »

Noël Godin, l'entarteur belge, devient rédac-chef de « Fluide-Glacial » : les « pompeux cornichons » vont déguster !
Thierry Tinlot éploré souhaite bonne chance à son successeur
Photo : D. Pasamonik

Quand on lui demande quels sont ses projets, il annonce : «  La force surprenante qui m’anime, c’est tout bêtement la volonté irréductible de refuser d’être complice du nouvel ordre autoritaire-marchand en cherchant à lui nuire joliment. Mon rêve le plus fou ? Contribuer à la mise à feu d’un nouveau mai 68, beaucoup plus radical et beaucoup plus tordboyautant que l’autre, qui ferait tout tout tout péter pour qu’on puisse tout tout tout réimaginer à la lumière des vrais désirs déchaînés. J’ose croire que ma nomination à la tête de Fluide pourra réellement donner à ses lecteurs l’envie de cesser d’être lâche, qu’elle incite foutrement à la guérilla ludique contre toute forme de pouvoir hiérarchisé et contre tous les aspects de notre nouvelle société de la servitude volontaire. Une guérilla ne pouvant s’envisager évidemment que dans le plaisir immédiat sans freins, ponctué de jouissifs éclat de rire . »

Louis Delas, le directeur-général de Casterman et d’Audie, voit là l’occasion de récupérer un lectorat qui avait de plus en plus tendance, ces dernières années, à préférer la pêche à la ligne à la lecture du célèbre magazine d’Umour et de Bandes Dessinées qui vient de passer le cap de sa trente-et-unième année.

Tinlot chez Poisson-Pilote

Le « Boss » ne se retrouve pas pour autant au chômage. Il viendrait renforcer l’équipe éditoriale de Poisson-Pilote chez Dargaud : « J’ai l’impression aujourd’hui que les gens qui font de l’humour ado-adultes dans l’air du temps, ce sont des auteurs comme Riad Sattouf, Manu Larcenet, Joann Sfar ou Lewis Trondheim. Le Combat ordinaire de Manu Larcenet est une histoire sans guerrier, sans bagarre. Les auteurs de la collection Poisson-Pilote sont ceux qui sont dans cette ligne d’humour ado-adulte intéressante... »

Noël Godin et Thierry Tinlot
très contents d’avoir entarté les gogos qui auront cru à notre poisson d’avril. Photo : D. Pasamonik

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Chers lecteurs,
Certains d’entre vous ne se sont pas laissés abuser. Ils ont tout de suite vu ce qui pêchait dans notre article : le fait que c’était un POISSON D’AVRIL organisé avec la complicité des deux cornichons (pas pompeux) qui posent sur la photo. Tout est bidonné : l’interview de l’entarteur composée à partir d’éléments vrais piqués au site des éditions Hermaphrodite, l’information, les photos. Louis Delas ignorait tout de cette supercherie, bien évidemment et il n’est pas envisagé que Thierry Tinlot rejoigne la collection Poisson-Pilote. En revanche, tous les propos qu’il a tenus sur ses auteurs et l’admiration qu’il porte pour cette collection sont parfaitement authentiques.
Didier Pasamonik

 
Participez à la discussion
7 Messages :