Nomen Omen T.1 – Par Jacopo Camagni & Marco B. Bucci – Panini Comics

31 janvier 2020 0 commentaire
  • Une nouvelle série fantastique où une jeune New-Yorkaise, incapable de voir les couleurs, découvre à son vingt-et-unième anniversaire qu'un autre monde existe à sa portée.

À la lecture du sous-titre de ce premier tome, Total Eclipse of the Heart, il nous est difficile de ne pas accompagner cette critique de la chanson adéquate...

En 1995, deux jeunes femmes du nom de Claire et Meera découvrent avec effroi un récent accident routier sur leur chemin ; quelle n’est pas leur surprise lorsqu’elles remarquent sur le bas-côté une femme enceinte, recouverte de signes étranges tracés avec du sang, qui tient des propos incompréhensibles. Au moment de mourir, cette femme appose sa main sur le ventre de Meera et lui demande d’être une bonne mère désormais. Quelques mois plus tard, Meera donne naissance à une fille, Rebecca, qu’elle élève avec Claire.

Becky (le surnom de Rebecca) grandit avec un handicap, l’achromatopsie : elle ne perçoit pas les couleurs qui l’entourent. Elle a donc pris l’habitude de rêver ces couleurs qu’elle ne peut voir, des couleurs qui se révèlent par ailleurs fort nombreuses dans ses songes.

À 21 ans, Becky est prête à croquer la vie à pleines dents : entourée d’amis proches, elle connaît le succès grâce à son compte artistique sur le réseau social Instagram et a déjà été embauchée comme stagiaire chez Google. Seul ombre au tableau : elle a récemment perdu un ami proche lors d’un accident routier dont elle est sortie indemne. S’éclipsant aux toilettes lors d’une soirée organisée pour son anniversaire, un inconnu l’agresse et lui reproche de ne pas avoir eu la décence de mourir : il prend son cœur sans autre forme de procès et la laisse pour morte.

Nomen Omen T.1 – Par Jacopo Camagni & Marco B. Bucci – Panini Comics
Le monde tel qu’il est perçu par Becky : dénué de couleurs.
© 2017 Marco Bucci et Jacopo Camagni

Becky se réveille pourtant quelques minutes plus tard, pensant avoir fait un mauvais rêve éveillé. Elle n’est pourtant pas au bout de ses surprises : en sortant plus tard d’une boîte de nuit, elle découvre des personnes avec des pouvoirs surnaturels en train de se battre en pleine rue... à cause d’elle ! Becky a t-elle vraiment rêvé ou lui a t-on véritablement ôté son cœur le jour de son anniversaire ?

Le scénariste Marco B. Bucci nous propose avec cette nouvelle série une intrigue dans la veine fantastique : sans crier gare, le quotidien de cette jeune femme de son époque va entrer en collision avec un monde surnaturel fondé sur la sorcellerie et les mythes. Ni une ni deux, Becky va très vite se retrouver au cœur d’une intrigue de pouvoir au sein de ce monde qui ne veut pas rentrer en contact avec celui des hommes : mais quel est le secret derrière l’existence de Becky qui justifie la levée de ce tabou ?

L’intrigue qui nous est ici proposée nous a semblé classique, du moins pour un premier album qui introduit un tel univers. En effet, de nombreux indices tendent à faire rapidement comprendre aux lecteurs que le personnage de Becky n’est pas dans la norme et qu’elle est appelée à ramener l’équilibre dans un autre monde. Le récit nous a ainsi peu surpris sur ce point, même s’il demeure agréable à suivre.

Du côté de l’écriture des personnages et de leurs interactions, on retrouve là aussi des schémas relativement classiques : le mentor, le partenaire bourru mais au cœur d’or, l’effroyable antagoniste dont la vie est menacée par l’existence même du personnage principal... Toutefois, nous avons été convaincus par l’écriture du personnage de Becky, qui tire la couverture à elle au détriment de tout les autres.

En effet, son caractère brut de décoffrage a son charme, d’autant plus quand ses certitudes se heurtent à ce nouveau monde rempli de magie. Un personnage énergique, mais pourtant faillible sur le papier, que nous sommes curieux de retrouver dans la poursuite de ses aventures.

Les songes de Becky sont l’un des rares endroits où elle perçoit les couleurs.
© 2017 Marco Bucci et Jacopo Camagni

De plus, cet album nous a enthousiasmés par ses planches. En effet, le dessinateur Jacopo Camagni propose avec un trait arrondi de bel effet des planches souvent inspirées du genre fantastique. Il y a en outre un jeu intéressant sur la colorisation : l’héroïne ne pouvant pas percevoir les couleurs, les planches où elle apparaît sont souvent en noir et blanc. Les rares couleurs présentes sont souvent liées à la magie ou aux rêves du personnage principal, ce qui vient souligner les ressorts de l’intrigue entourant Becky. Un travail rondement mené qui mérite le détour.

C’est par ailleurs, globalement, l’idée que nous retiendrons de ce premier album : sans être incontournable dans le catalogue actuel de l’éditeur Panini, cet album propose quelque chose de différent et qui peut mériter qu’on lui laisse sa chance. Une chance d’autant plus accessible que cet album est vendu à 10,00 € pour sa première édition, un geste commercial relativement rare chez l’éditeur afin de pousser une nouveauté.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Nomen Omen | Total Eclipse of the Heart. Par Marco B. Bucci (scénario) et Jacopo Camagni (dessins). Traduction de Laurent Laget. Panini Comics, collection Best of Fusion. Sortie le 29 janvier 2020. 160 pages. 10,00 euros.

  Un commentaire ?