Nonamour - Par Kyôko Okazaki - Casterman Sakka

14 juin 2008 0 commentaire
  • Peut-on recevoir un amour sans le rendre en retour ? Derrière cette question cruciale, mais presque banale, l'auteur de Pink et de River's Edge nous plonge une nouvelle fois dans une société en mal de vivre : prenant !

Junko Sakurada, 20 ans, est une jeune femme à la dérive. Tout en entretenant une relation avec un homme plus âgé et violent, elle suit - de loin - des cours dans une école d’art. C’est là qu’elle rencontre Santa Hayashiya, apprenti peintre fraîchement éconduit par sa petite amie. Se retrouvant sans domicile, Santa accepte la proposition de Junko de venir habiter chez elle et son frère, Takao. L’étudiant découvre peu à peu la nature plutôt inhabituelle des liens qui unissent le frère et sa sœur. Tandis que Junko disparaît régulièrement sans prévenir, Santa croise son ex-petite amie, bientôt mariée. Il décide alors de l’enlever le jour de la cérémonie. Mais rien, dans la vie, ne se passe jamais comme prévu...

Nonamour - Par Kyôko Okazaki - Casterman Sakka

Plus que la négation de l’amour, le nonamour est l’inexistence de celui-ci, et à la fois le secret désespoir d’espérer y échapper. Quels sont les couples où l’amour de l’un trouve totalement son répondant dans les yeux de l’autre ? Peu, à croire Kyôko Okazaki, et elle se plaît à le démontrer en mettant en exergue plusieurs couples en proie à ce déséquilibre sentimental. Dans un contexte qui se transpose dans tous les pays du monde, on retrouve une femme qui a épousé un riche homme d’affaire, la jeune rebelle en proie à un sentiment incestueux, et qui se fait entretenir par un homme mûr qui la bat "parce qu’il l’aime", la jeune femme mariée par ses parents, l’amant de passage qui remplit un vide sans le combler, et tous les liens qui unissent ces décharnés en mal d’amour.

Kyôko Okazaki est un des auteures majeures du Japon. Publiée depuis 1989, elle a imposé un style moderne et simpliste tout en développant des thèmes forts, telle que la place de la femme, la sexualité et les déséquilibres psychologiques.

Enfin publiée en Europe, on lui doit notamment le remarqué Pink, le macabre River’s Edge, et Helter-Skelter, récemment sélectionné au FIBD d’Angoulême 2008. Si un grave accident de voiture l’a amenée à interrompre son travail, ses œuvres perdurent par leur arrivée en Europe. D’autres auteures, telles Kiriko Nananan et Moyoco Anno revendiquent publiquement son influence spirituelle.

Moins sombre que River’s Edge, Nonamour n’en explore pas moins les limites du fragile équilibre construit par notre société. Entre non-dits, hypocrisie et pétages de plomb, on découvre les rapports, parfois discordants, tissés entre hommes et femmes.

Après une introduction un peu trouble (comme d’habitude), on suit avec plaisir et intérêt ce vaudeville tragicomique, qui mériterait une adaptation théâtrale (c’est à la mode !).

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Internet
Les illustrations sont © Kyôko Okazaki/Casterman

  Un commentaire ?