Norbert l’Imaginaire, n°2 : "Monsieur I" - Vadot et Guéret - Le Lombard

14 novembre 2002 0
  • Reconnu comme l'un des livres les plus créatifs de 2001, le premier tome de "Norbert l'Imaginaire" avait séduit par sa poésie, son traitement original et le thème, celui d'un monde parallèle vivant dans notre cerveau et expliquant tout notre fonctionnement amoureux. Il y a de l'eau dans le gaz pour le joli couple formé dans ce premier livre. La relation entre les deux tourtereaux tourne au vinaigre. Et les complots qui se trament dans les neurones du héros sont suffisamment graves pour que ça ne s'améliore pas dans les jours qui viennent...

Suite à leur coup de foudre réciproque déclenché par leurs imaginaires respectifs, Simon Glonek et Elodie Lillywhite coulent le parfait amour. Mais, on n’est jamais vraiment conscient de son propre bonheur...

Tout va pour le mieux au sein du cerveau de Simon désormais fleuriste, un métier qui lui permet d’exprimer pleinement sa créativité. Norbert l’Imaginaire dirige maintenant les opérations tandis que, retiré de la vie publique, le Capitaine la Raison passe ses journées à ressasser son amertume de dictateur déchu.

Quant au Dépresseur, il s’est évanoui dans les tréfonds du 36ème dessous. Et pourtant ! Depuis que leurs imaginaires Nora et Norbert les ont conduits, Elodie et lui, au septième ciel durant une folle nuit de passion, Simon n’arrive plus à trouver le sommeil. Il a pris conscience d’un fait extraordinaire : il est heu-reux !

Tout à fait heureux ? Pas sûr. Un mystérieux personnage mijote en effet aux confins de sa conscience et n’attend qu’une occasion pour ébranler ses certitudes « glonékiennes » en matière de bonheur.

Serait-ce le Dépresseur ? Evidemment non ! Qui, dès lors ? De cet intrus, on sait seulement qu’il s’apprête à réclamer sa part du gâteau et qu’il a gros appétit... Après les vertiges de l’amour, la peur du vide ?

Le coup de foudre qui a déjà enfiévré au « Troisième Degré » des milliers de bédéphiles ! Un début de série déjà primé plusieurs fois ! Déjà lauréats du Prix « Coup de Soleil » décerné par la presse au Festival BD d’Antibes (France) en juin 2001 et « nominés » pour l’Alph-Art de la meilleure première oeuvre au Festival international d’Angoulême en janvier 2002, Nicolas Vadot et Olivier Guéret, les créateurs de « Norbert l’Imaginaire », une série de la collection « Troisième Degré Lombard », ont en outre été récompensés du Prix « Découverte » au Festival BD de Sierre (Suisse) en juin 2002 et du Prix « Rookie » (Coup de Coeur) du Festival BD de Middelkerke (Belgique) en juillet 2002 pour leur premier album « Imaginaire : 1 / Raison : 0 »... Félicitations aux auteurs et bon vent à cette nouvelle série qui mêle d’une manière originale, humour, fantastique, politique, poésie et romantisme !

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le graphisme de Nicolas Vadot a gagné en maturité et les trouvailles narratives et graphiques (le travail sur les couleurs est particulièrement réussi) sont très nombreuses. "Norbert l’Imaginaire" est une série attachante, dont on regrette cependant qu’elle cède à la mode de la "suite au prochain numéro", après cinq dernières pages plutôt décevantes. Notons également un tic du scénariste un peu agaçant, le recours régulier à des textes de chansons françaises connues.

Lire un extrait

  Un commentaire ?