Notes, T8 : Les 24 Heures - Par Boulet - Delcourt

10 décembre 2013 19
  • Incontournable rendez-vous de l'automne, le "Boulet Nouveau" réjouit et "dé-Note" à chaque fois ! Cette année, il présente un parfum de récits complets réalisés lors d'événements tels que les 24h de la bande dessinée. De grandes variations de goût autant graphiques que scénaristiques.

Ce huitième tome se révèle être suffisamment atypique pour intéresser autant ceux qui connaissent l’univers et les codes de Boulet que ceux qui y sont étrangers. En effet, l’auteur a rassemblé dans ce volume toutes les histoires longues qu’il a réalisées entre 2007 et 2013 au cours de divers événements tels que Les 24h de la bande dessinée à Angoulême. Pour en rappeler brièvement le principe, des auteurs se regroupent et se donnent 24h pour réaliser un court récit de 24 pages comprenant des éléments imposés pour tous. C’est donc à chaque fois une épreuve où il faut faire preuve d’inventivité, d’astuce, de persévérance, et bien sûr de rapidité, pour mener cette entreprise à terme.

Pour les néophytes, sachez que Boulet a réalisé quelques pages d’explications entre chaque récit, histoire de contextualiser l’environnement dans lequel elles ont été créées. Mais, pour une fois, l’intérêt réside plus dans les récits, que dans le ton abordé par Boulet. En effet, chaque histoire comporte son sens, ses moments forts et ses moments faibles. Cela permet de comprendre le chemin pris en urgence par l’auteur, ce qu’il a voulu développer et le résultat présenté.

Notes, T8 : Les 24 Heures - Par Boulet - Delcourt

Chacun des sept récits jouit d’un graphisme, d’une mise en page et d’un découpage qui lui est propre. Certains sont muets, d’autres sont relativement linéaires, a contrario d’autres -les derniers- plus psychologiques. Le lecteur est donc entrainé dans un monde à part, ce qui permet de lire l’album d’une traite, ou de le savourer par petites bouchées, comme la boîte de chocolat de Forrest Gump, sans savoir ce que cela va nous révéler.

Et pour ceux qui voudrait encore un petit rab de Boulet, sachez que vous le retrouverez personnifié dans le dernier album d’Aquablue ! Rien ne l’arrête !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire les chroniques des Notes précédentes : tome 1, 2, 5 et 7.

 
Participez à la discussion
19 Messages :
  • Notes, T8 : Les 24 Heures - Par Boulet - Delcourt
    10 décembre 2013 09:16, par gregoire

    Recyclage recyclage recyclage...
    Même si ça reste une prouesse de faire tant de pages en si peu de temps, on sert des albums fait à la va vite au lecteur.
    Je sais bien que c’est la marque de fabrique de Trondheim, Sfar et leur clique, mais n’est-ce ce pas se foutre un peu de la gu... des lecteurs ???
    Nous faire croire que la BD en écriture automatique (qui se transforme assez vite en soupe indigeste) et forcement gage de qualité et nécessite une publication en album...
    C’est lassant cette politique d’éditer tout et n’importe quoi et ça contribue à cette surproduction où le lecteur se perd et où les auteurs se précarisent d’avantage.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Phil C le 10 décembre 2013 à  12:06 :

      Commentaire pas très objectif. Boulet n’est pas un publicateur compulsif à la Sfar (un recueil par an, c’est pas monstrueux). La vrai petite déception quand on voit ce que Boulet sait faire en 24 heures, tant graphiquement que scénaristiquement, c’est qu’il ne se soit pas lancé dans un vrai projet d’envergure plutôt que de republier indéfiniment son blog sur papier.

      Ce "Notes T8" montre une fois de plus que c’est vraiment l’un des meilleurs scénariste et dessinateur de sa génération : il serait temps de laisser une œuvre, monsieur Boulet !!!

      Répondre à ce message

      • Répondu le 10 décembre 2013 à  15:04 :

        c’est vraiment l’un des meilleurs scénariste et dessinateur de sa génération

        vous vous emportez. Boulet est un bon raconteur d’histoires, souvent drôle, parfois émouvant, mais il n’est pas le meilleur scénariste et encore moins un bon dessinateur, mais le talent d’un auteur de bd n’est pas dans le fait qu’il dessine bien ou pas, mais que son dessin serve parfaitement ce qu’il a à raconter, et c’est le cas de Boulet.

        Répondre à ce message

      • Répondu par grégoire le 10 décembre 2013 à  16:41 :

        Ce "Notes T8" montre une fois de plus que c’est vraiment l’un des meilleurs scénariste et dessinateur de sa génération : il serait temps de laisser une œuvre, monsieur Boulet !!!

        Meilleur dessinateur de sa génération ???
        Ce commentaire me glace les os.
        Même si il a son univers, ça a quand même un gros goût de "torcher".

        Comme Sfar, il a un dessin automatique , renonçant aux crayonnés pour aller vers l’instantanéité. Comme si, tout ce qu’ils touchaient devient intéressant ou valeureux
        Pour certain c’est du domaine du "génie", pour ma part celui de la paresse.

        Et puis le scénariste boulet c’est quoi ? Un trentenaire, presque quarantenaire, célibataire dont le monde est figé sur sa petite vie (ses copains, ses festivals, ses voyages), son immaturité (bloqué dans les années 80-90 sur fond de dinosaures et yukulélé...). Franchement, j’ai beau chercher, je ne vois pas le "génie"....

        Avant de dire qu’il est le meilleur dessinateur, amusez vous à prendre une page de René Follet et mettez-là juste à côté d’une page de Boulet. Vous me direz qui est le génie.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Phil C le 10 décembre 2013 à  18:25 :

          Comparaison n’est pas raison ! Vous devriez lire ce "Notes T8", c’est mieux pour se faire une idée.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Phil C le 10 décembre 2013 à  18:31 :

          René Follet a 82 ans. Est-ce la même génération ?

          Répondre à ce message

          • Répondu par Alfie le 10 décembre 2013 à  23:24 :

            Non, mais Follet au même âge que Boulet dessinait déjà mille fois mieux.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Phil C le 11 décembre 2013 à  10:16 :

              Ce que vous dites n’a pas de sens ! Picasso est un des plus brillant dessinateur de l’histoire de l’humanité et à 8 ans il dessinait et peignait déjà comme un maître. Le style et la qualité de dessinateur sont des choses très différentes ; il faut être ignare pour ne pas le savoir. Et cela se veut amateur de BD !

              De même, le caractère nombriliste attribué sans nuances à la BD indépendante : c’est un peu léger ! Nombreux sont ceux qui apprécient les œuvres pour ce qu’elles sont, et non parce qu’elles répondent strictement aux critères définis par l’académie. Quelle académie ?

              Répondre à ce message

              • Répondu le 13 décembre 2013 à  17:07 :

                La votre, peut-être ? Une norme remplace une norme, et il n’y a rien de plus convenu que le boulot de Boulet...

                Répondre à ce message

          • Répondu le 10 décembre 2013 à  23:27 :

            Oui vous avez raison, ce n’est pas la même génération.
            C’est d’ailleurs pas la même vision du métier que l’on retrouve chez ses grands auteurs.

            Et oui ce monsieur a 82 ans et continue à dessiner des albums, dans l’indifférence générale. On y préfère la Junkfood-BD d’un microcosme que l’on voit au premier plan et qui tourne entre copains des albums torchés qui parlent de leurs nombrils.

            Les chiffres de visites d’un blog semblent être le signe de "talent" pour les éditeurs. C’est malheureux mais c’est comme ça...
            Boulet n’a pour moi pas un énorme talent, il est même souvent médiocre à mon sens. Il entretient ce qu’il sais faire sans trop se mettre en danger.

            Je suis d’ailleurs pas persuadé que son public soit des lecteurs ayant une grande culture BD, mais plus des gens qui suivent les blogs.

            Répondre à ce message

            • Répondu par OW le 11 décembre 2013 à  16:00 :

              Je suis d’ailleurs pas persuadé que son public soit des lecteurs ayant une grande culture BD, mais plus des gens qui suivent les blogs.

              Bien-sûr, les lecteurs bd sont cultivés c’est bien connu (tu parles, c’est plus souvent des gros beaufs incultes) et les gens qui suivent les blogs sont des crétins sans goût. Ca doit être pratique d’affronter la vie en étant aussi peu subtil.

              Répondre à ce message

    • Répondu le 10 décembre 2013 à  15:02 :

      Commentaire stupide Grégoire. Le blog c’est de la prépublication, alors autant reprocher à Dupuis d’avoir sorti des albums des séries parues dans Spirou.

      Répondre à ce message

      • Répondu par grégoire le 10 décembre 2013 à  17:30 :

        Que se soit Fluide ou Spirou, il ne faut pas être aveugle pour voir que l’on attend d’un auteur un peu plus de travail et de rigueur que des notes lachées pour un blog et compilé par la suite...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Franky le 12 décembre 2013 à  21:18 :

          Ca doit faire longtemps que vous n’avez pas lu Fluide ou Spirou.

          Répondre à ce message

      • Répondu le 11 décembre 2013 à  09:57 :

        Les blogs, du fait qu’ils sont autoédités, sont plus à comparer à ce qu’étaient les fanzines plutôt qu’à une prépublication dans des journaux comme étaient Tintin, Spirou, Métal Hurlant, (A suivre) et compagnie.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Miro le 10 décembre 2013 à  16:31 :

      il sort pas loin de 5000 titres par an,
      personne n’est obligé d’acheter...
      moi j’achète pas,
      pas ça en tout cas,
      actua bd, bd gest et compagnie ça permet de faire un premier tri...

      Répondre à ce message

  • Notes, T8 : Les 24 Heures - Par Boulet - Delcourt
    13 décembre 2013 13:50, par AntoineL

    Il faut être d’assez mauvaise foi pour venir se plaindre sous un recueil de notes de blogs (que l’auteur définit lui même comme un vide-poche et un espace de test), publié dans une collection dédiée, de la rapidité d’exécution d’une partie de la nouvelle génération...

    J’ai déjà eu l’occasion d’entendre Boulet parler de sa technique et de l’absence de crayonnés et il avait répondu que c’était principalement (au départ) pour se forcer à s’améliorer et ensuite parce que c’est plus "ludique" et efficace pour lui. Je ne pense pas du tout qu’on puisse assimiler l’absence de crayonnés à du "dessin automatique" au contraire, surtout parlant d’un dessinateur qui s’intéresse à autant de techniques différentes. De plus la recherche d’un trait juste et sans crayonné n’est pas du tout l’apanage d’une "nouvelle génération" de dessinateurs. Mais un parti pris esthétique sérieux qui lie entre autres Hugo Pratt (au moment de la livraison de ses planches, paraît-il), Quentin Blake, Reiser et Sfar.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 13 décembre 2013 à  17:11 :

      Les pauvres, méritaient-ils vraiment d’être associés à Boulet ?!

      Répondre à ce message

    • Répondu le 13 décembre 2013 à  17:56 :

      ben si c’est pour se forcer à s’améliorer y’a encore du boulôt !

      Répondre à ce message