Nouvelle dynamique éditoriale pour la collection Glénat Comics

24 mars 2015 0 commentaire
  • Les amateurs de comics n'ont décidément jamais autant eu l'embarras du choix en France. Alors que depuis quelques années, Delcourt, Panini et Urban Comics se livrent une bataille sans merci pour surcharger les présentoirs de nos points de vente favoris et offrir toujours plus de diversité, un autre acteur aux intentions renouvelées entre dans la danse, porté par le {Lazare} du comics en France, Olivier Jalabert, fin prêt à dégainer son sabre pour se tailler une place sur le marché avec un catalogue ambitieux.

Annoncé en août dernier, la reprise en main du label comics de Glénat s’apprête à dévoiler ses premiers résultats. Après un premier jet intéressant, mais diffus et peu constant sur la durée, sous la houlette de Thomas Rivière qui nous proposait un choix de lecture orienté vers des noms d’auteurs reconnus à l’image de Robert Kirkman, Warren Ellis et Humberto Ramos sur des titres tels que Wolf-Man, Anna Mercury et Out There, l’éditeur s’octroie les services d’un nouveau directeur éditorial en la personne de Olivier Jalabert.

Nouvelle dynamique éditoriale pour la collection Glénat Comics
Sex Criminals, par Matt Fraction et Chip Zdarsky
© Image Comics

Apportant dans ses bagages une expérience de responsable éditorial pour Ankama où il officia entre décembre 2010 à octobre 2013, après un épisode au service des éditions Soleil, l’ancien libraire d’Album Comics était également connu des fans des X-Men pour son travail rédactionnel au sein des magasines consacrés à la célèbre famille des mutants Marvel. L’objectif d’Olivier Jalabert pour la structure grenobloise est simple : consolider la légitimité du label sur le marché par l’acquisition de droits et la mise en avant de nouvelles séries d’auteurs renommés ou en devenir.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que Glénat Comics met toutes les chances de son côté en proposant une première salve d’œuvres fortes qui n’ont pas à rougir face aux catalogues indé de la concurrence !

Fer de lance de leur huit premiers livres, nous ne pouvions passer à côté du très médiatisé Sex Criminals, œuvre originale tant graphiquement que scénaristiquement pour laquelle Matt Fraction et Chip Zdarsky récoltèrent une pluie d’éloges et de récompenses, à l’image de ce que le premier su provoquer lors de son passage chez Marvel sur la série Hawkeye aux côtés de David Aja, une contribution à l’approche résolument indépendante et qui partage bien des points communs avec le titre qui nous intéresse aujourd’hui.

Par son approche résolument féministe, cette histoire mêlant comédie sentimentale et thriller, présente une héroïne qui découvre lors de son adolescence le pouvoir d’arrêter le temps au moment de l’orgasme. La presse enthousiaste permit à la série de remporter le très convoité Eisner Award de la meilleure nouvelle série lors de la San Diego Comic Con 2014 ou encore d’être élue "meilleur comics de l’année" par le Time Magazine.

Pretty Deadly, par Kelly Sue DeConnick et Emma Ríos
© Image Comics

Vers un lectorat plus féminin

L’acquisition des droits de Sex Criminals par Glénat Comics constitue d’autant plus un argument de choix pour l’éditeur que le couple de scénaristes Kelly Sue DeConnick et Matt Fraction viennent de signer un accord de deux ans avec Universal pour transposer sur petit écran leurs créations originales, dont les aventures drôles et lubriques de Suzie qui nous seront proposées dès le 15 avril en France.
Ce sera éventuellement également le cas pour Pretty Deadly écrit par cette dernière et qui signe comme son époux chez Glénat. Avec l’annonce récente de la future publication de Ghost, autre série de Kelly Sue DeConnick parue chez Dark Horse, l’éditeur s’engage à respecter une ligne éditoriale visant à promouvoir des auteurs au parcours encore nébuleux dans nos vertes contrées et à fidéliser un lectorat autour de leur travail.

Lazarus, par Greg Rucka et Michael Lark
© Image Comics

À l’heure où le thème du féminisme et du sexisme se démultiplie dans les comics et où l’industrie prend de plus en plus en compte le lectorat féminin, dans ses futurs projets, il est intéressant de voir Glénat adopter une stratégie qui accompagne cette diversification.

Pari gagnant ou non, la réponse ne saurait tarder, mais un nom tel que celui de DeConnick reste à nos yeux une victoire, surtout si l’éditeur poursuit sur sa lancée en faisant l’acquisition des droits de sa dernière série en date parue chez Image Comics et qui a su défrayer la chronique par l’engagement de son propos, Bitch Planet que nous vous présentions sur ActuaBD.com récemment.

Autre titre majeur dans cette nouvelle ligne éditoriale signé par un duo prestigieux qui rivalise avec Ed Brubaker dans le domaine du thriller et du polar : Greg Rucka, et Michael Lark, un duo s’était fait connaître pour leur travail, désormais culte, sur Gotham Central : Lazarus, où nos auteurs s’attardent une nouvelle fois sur la figure d’une femme forte et attachante évoluant dans un monde post-apocalyptique violent, à l’image de leurs propositions précédentes sur Wonder Woman, Batwoman ou Renée Montoya chez DC Comics.

Drifter, par Ivan Brandon et Nic Klein
© Image Comics

Parmi les derniers titres proposés, notons également la sortie de Drifter de Ivan Brandon et Nic Klein, duo d’auteurs encore méconnus et ayant déjà collaboré sur la série Viking chez Image Comics. Ils nous offrent un récit aux décors somptueux servi par une colorisation de toute beauté et une histoire de science-fiction haletante.

Très productif en 2014, réussissant à attirer les plus grands noms actuels de l’industrie, de Grant Morrison à Scott Snyder en passant par Warren Ellis ou Jeff Lemire, Image Comics, le troisième éditeur US fort de quelque 10% de part de marché face aux deux géants Marvel et DC, se révèle aujourd’hui comme un véritable vivier à idées et à talents qui ne demande qu’à être exploité, ce qui n’a pas échappé au nouvel éditeur comics de Glénat.

La scène indépendante ne se limite évidemment pas à ce valeureux label, et de nombreux autres catalogues aux perspectives plus modestes mais néanmoins intéressantes restent à conquérir. C’est le cas d’éditeurs tels que BOOM ! Studios ou Dark Horse que l’on connaît notamment à travers quelques licences fortes ainsi que l’adaptation de séries TV et de jeux vidéo. C’est précisément dans ce dernier champ peu exploité que Glénat est allé chercher Furious, un titre super-héroïque écrit par Bryan J.L. Glass et dessiné par Victor Santos ou bien, comme annoncé plus haut, Ghost de Kelly Sue DeConnick et Phil Noto.

Également à prendre en considération : Letter 44 de Charles Soule et Alberto Jimenez Albuquerque. Publié chez Oni Press et bénéficiant d’une très bonne critique et d’un scénario mêlant science-fiction et thriller, cette série vaut surtout pour son scénariste, omniprésent chez les Big Two ces deux dernières années à travers des licences telles que Swamp Thing, She-Hulk ou Death of Wolverine.

Avec son catalogue qui nous dévoile une galerie d’auteurs US bien en vue et qui ne demandent qu’à être découverts en France, Glénat Comics, longtemps précurseur du temps de Fershid Barucha, se donne les moyens d’un come back grâce à des choix de publication judicieux visant des publics très différents : jeune ou plus averti, féminin ou masculin, intéressé par des thématiques horrifiques, de SF, super-héroïques ou des sujets aussi perchés qu’un Sex Criminals, l’éditeur français atteint son objectif premier en affichant une démarche éditoriale claire et ambitieuse dont ActuaBD.com ne manquera pas de vous rendre compte.

(par Marco ZANINI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Sex Criminals T.1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Lazarus T.1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Drifter T.1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Pretty Deadly T.1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Letter 44 T.1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander Furious T.1 chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?