Nouvelle révolution mutante : l’incroyable retour des X-Men sous la houlette de Jonathan Hickman !

6 juin 2020 0 commentaire
  • La période de confinement liée à la crise sanitaire du Covid-19 a chamboulé pour tout le monde tous les quotidiens et de nombreux plannings. C'est un sujet bien évidemment secondaire, mais cette crise a privé le lectorat début avril d'une lecture attractive : la sortie en librairie de la première revue marquant la relance de l'univers des X-Men sous la direction du scénariste Jonathan Hickman. Début juin, cette relance deviendra une réalité : les lecteurs doivent-ils réserver leur billet pour l'île-vivante de Krakoa ?

La revue House of X/Powers of X N°1/4 est un point d’entrée idéal pour les nouveaux lecteurs ou ceux qui avaient laissé de côté les X-Men ces dernières années. Néanmoins, avant de lire la suite de cet article, mieux vaut avoir en tête quelques grands traits de la situation des séries mutantes de ces dernières années.

Qu’est-il arrivé aux X-Men ces dernières années ?

Pour faire simple, depuis l’arrêt du run de Brian M. Bendis, les X-Men vivotaient sans susciter grand enthousiasme. Après tout, Marvel ne mettait fondamentalement pas en avant son équipe mutante : avant le récent rachat de la Twentieth Century FOX par Disney, Marvel Studios n’avait pas les droits d’exploitation des X-Men au cinéma. Pourquoi s’embêter dès lors à les valoriser dans leur art natif : les X-Men étaient par exemple devenus les punching-balls des Inhumains, groupe qui devait les suppléer dans l’univers cinématographique Marvel ; cela décrit la déchéance de l’équipe la plus populaire de l’industrie du comic book entre les années 1980 et 2000...

Nouvelle révolution mutante : l'incroyable retour des X-Men sous la houlette de Jonathan Hickman !
Inhumains contre X-Men, clairement pas les heures les plus glorieuses pour ces derniers...
© Marvel
La nouvelle Wolverine (Laura Kinney), un personnage qui a tiré son épingle du jeu ces dernières années.
© Marvel

Nous noircissons le tableau par amour pour cet univers, car il y avait quand même des scénaristes qui sortaient du lot : Tom Taylor a ainsi offert une très belle série à Laura Kinney (X-23, devenue la nouvelle Wolverine) et une solide série à Jean Grey (X-Men Red) pour son retour parmi les vivants, ou encore Kelly Thompson qui a notamment offert aux lecteurs un mariage réussi entre Malicia et Gambit.

En revanche, en dépit de ces espoirs, l’équipe principale a connu peu d’aventures exaltantes ces dernières années. Kitty Pryde a repris la tête de l’équipe, mais elle n’a pas pu éviter la disparition littérale des mutants de la surface de la Terre... tandis que l’éditeur Marvel poussait pour la réapparition, même en dehors du giron des X-Men, de figures tutélaires portées disparues comme le professeur Xavier, Cyclope, Jean Grey ou Wolverine.

Pendant ce temps, les premiers X-Men ramenés dans le temps présent par Bendis ont été renvoyés à leur époque, leurs souvenirs effacés pour ne pas affecter la continuité éditoriale.

En tout cas, si on résume la situation des X-Men avant l’arrivée de Jonathan Hickman, ils avaient littéralement disparu de la surface de la planète malgré les ultimes efforts de Cyclope et Wolverine revenus d’entre les morts. Les mutants n’existaient littéralement plus, sous les applaudissements d’une humanité qui les craignait et haïssait.

Cyclope, revenu d’entre les morts, n’a pas réussi à éviter la disparition des mutants de la surface de la Terre.
© Marvel

Pourquoi l’arrivée de Jonathan Hickman dans cet univers était attendue ?

Ah, Jonathan Hickman... Nous allons nous limiter dans cet article à l’évocation de son œuvre auprès de l’éditeur Marvel, mais ce serait lui faire injure de ne pas aussi souligner que ses travaux sont remarqués dans l’édition indépendante comme par exemple dans la série East of West.

Jonathan Hickman débarque à la fin des années 2000 dans la Maison des Idées et parvient à susciter l’intérêt des lecteurs grâce à la série Secret Warriors. Il met ensuite la main sur Les Quatre Fantastiques, avec un succès d’estime toujours au rendez-vous, une séquence où il va carrément laisser Johnny Storm supposément mort !

Mais le tournant de la carrière publique du scénariste se joue avec le lancement de nouvelle la politique éditoriale Marvel NOW en 2012 : après le crossover Avengers Vs X-Men, il prend la main sur les principales séries Avengers. Ce run, apprécié des lecteurs et de la critique, fait passer l’équipe à un nouveau niveau d’hégémonie sans partage dans l’univers de l’éditeur : les prémices tonitruantes organisées pour les Avengers par Bendis dans les années 2000 sont confirmées par Hickman la décennie suivante.

Les Avengers d’Hickman : une équipe sans comparaison à son époque dans l’univers Marvel.
© Marvel

Cette hégémonie sans partage est marquée par la volonté d’Hickman de créer un univers dense pour ses personnages : les aventures des Avengers sont rythmées par des événements d’ampleur intersidérale, comme Infinity où les Avengers empêchent la Terre et la galaxie de basculer sous la coupe de Thanos... et des architectes de l’univers qui voulaient effacer leur création !

Le point d’orgue de ce run est finalement centré autour de l’événement Secret Wars en 2015 et 2016 : les Avengers n’ont finalement pas réussi à éviter la disparition progressive de tous les univers. Mais là où les héros ont échoué, le docteur Doom a renversé la balance contre les plus grandes puissances cosmiques, quitte à créer un nouveau monde pour les survivants des derniers univers où il est carrément devenu un empereur-dieu ! Sans prévenir, Jonathan Hickman a organisé l’échec de son équipe hégémonique, les Avengers, pour remettre, avec talent, sur le devant de la scène une équipe oubliée par son éditeur, l’équipe originelle : les Quatre Fantastiques.

Après Secret Wars, Jonathan Hickman n’a plus écrit de série pour Marvel, créant l’impatience des lecteurs désireux de le retrouver dans une forme comparable au sein de la Maison des Idées. En 2019, leurs souhaits sont réalisés : pour relancer l’univers des X-Men, Marvel confie leur direction à Hickman sur le retour.

Secret Wars, ou le dernier événement de valeur universel pour l’éditeur Marvel.
© Marvel

Finalement, l’attente de cette relance valait le coup ?

Depuis l’été 2019, les critiques américaines sont dithyrambiques à propos de la relance de l’univers des X-Men par Hickman. Nous étions donc plus qu’impatients de lire ces épisodes... Eh bien, autant l’écrire rapidement : en tant que fan endurci, oui, l’attente valait le coup. Pour faire simple : l’impression qui se dégage de ces premières pages nous rappelle celle dégagée par les débuts de Grant Morrison avec ses New X-Men au début des années 2000.

Jonathan Hickman a décidé de faire des X-Men une nouvelle équipe hégémonique : disparus de la surface de la Terre, les mutants refont parler d’eux lorsque Charles Xavier s’adresse à l’humanité. Les mutants n’ont pas disparu, ils sont tous sur l’île-vivante de Krakoa, désormais au cœur de l’Océan Pacifique. S’ils le veulent, tous les mutants peuvent s’y retrouver. Xavier propose un marché à l’humanité : si les hommes acceptent de reconnaître Krakoa comme un État-nation, il leur donnera gracieusement trois médicaments (une pilule qui augmente de cinq ans l’espérance de vie, un antibiotique universel et un remède aux maladies de l’esprit).

Magnéto reçoit les ambassadeurs du Conseil de sécurité de l’ONU : les mutants imposent leurs conditions.
© Marvel

Un « marché » qui n’en est pas un pour Magnéto, aux côtés de Xavier : les mutants font ce cadeau aux humains car ils savent qu’ils seront l’espèce dominante sur Terre dans peu de temps, les hommes (selon Magnéto) viennent de rencontrer leurs véritables dieux. Le rêve de Xavier est donc devenu celui d’une communauté isolationniste à l’idéologie de supériorité raciale ? Voilà qui est bien surprenant.

En parallèle de ce temps présent intrigant, Hickman développe aussi un temps passé et un temps futur ; à l’instar par exemple de ce qu’a fait Jason Aaron ces dernières années avec Thor. Le passé nous éclairera sur cette nouvelle doctrine de Charles Xavier, le futur nous questionnera sur sa viabilité (avec de nouveaux personnages à la clé). Ce programme, nourri qui plus est par de nombreux encarts narratifs qui expliquent précisément les nouvelles clés de cet univers, nous apparaît comme chargé et très alléchant pour la suite !

Le futur promis aux mutants semble toujours aussi belliqueux.
© Marvel

Portée par les jolies planches des dessinateurs Pepe Larraz et R.B. Silva, cette relance des X-Men par Jonathan Hickman nous a enthousiasmés et nous a rendu impatients de lire la suite, ce qui est bon signe. La vision a priori radicale du scénariste sur les X-Men nous intrigue beaucoup, d’autant plus qu’elle peut apporter dans le futur des confrontations croustillantes (Cyclope l’affirme à Reed Richards et Suzan Storm : leur fils Franklin peut retrouver sa famille sur Krakoa !). Nous avons aussi apprécié que la revue contienne des interviews de l’équipe créative, à l’image de ce que l’on retrouve d’ordinaire dans les livres reliés quelques années plus tard.

Nous vous recommandons chaudement de lire cette relance des X-Men par Jonathan Hickman, elle tient ses promesses et ne nous a pas semblé difficile d’accès pour les nouveaux lecteurs en terme d’enjeux ou de personnages.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

House of X / Powers of X N°01 : Le dernier rêve du professeur X. Par Jonathan Hickman (scénario), Pepe Larraz et R.B. Silva (dessins). Traduction de Studio Makma/Ben KG. Panini Comics. Sortie le 3 juin 2020. 112 pages. 8,90 euros.

  Un commentaire ?