Ogregod, Tome 1 : Les Naufragés - Par Jodorowsky & Janjetov - Delcourt

31 octobre 2010 1 commentaire
  • Huit enfants, dont un esclave doué de pouvoirs, sont mis à l'épreuve sur une étrange planète. Les auteurs des Technopères reviennent avec une nouvelle et belle série, même si elle ne brille pas par son innovation.

Soumise à un régime militaire, la planète Okkar domine la galaxie Rosebund. Elle est peuplée par des humains qui la colonisèrent, et des Quatropes locaux qui leur servent d’esclaves en construisant leurs vaisseaux spatiaux semeurs de destruction.

Aujourd’hui est d’ailleurs un grand jour, car le Sloughi est paré au décollage. À son bord, huit héritiers des familles les plus puissantes de la galaxie participent à un voyage avec, en guise d’accompagnateurs, un robot instructeur et un esclave Quatrope. Très vite, des rivalités divisent l’équipage, les caractères se heurtent, la scission s’opère tandis que le Sloughi, en perdition, s’échoue sur une planète inconnue...

Ogregod, Tome 1 : Les Naufragés - Par Jodorowsky & Janjetov - Delcourt
Le talent graphique de Janjetov n’est plus à démontrer

Après la série Avant l’Incal et la très belle saga des Technopères, le duo Jodo-Janjetov se reforme pour le bonheur des lecteurs. Malgré la réussite des mondes virtuels et informatisés des Technopères, ce premier tome d’Ogregod ne convainc pas totalement : il faut tout d’abord dépasser les premières pages dans lesquelles les couleurs criardes des ’Quatropes’ leur donnent une impression plaquée et photographique.

Si cette ressenti s’estompe plus loin, c’est pour que le récit nous dévoile les schémas ’classiques’ de Jodorowsky : un sauveur, des enfants pourris gâtés élevés dans une société égocentrique, et des épreuves très artificielles durant lesquelles les personnages devront mettre de côté leurs clivages pour s’entraider.

Malgré la colorisation électronique, les originaux nous prouvent la maestria du dessinateur.


Peu innovant, Ogregod n’en demeure pas moins un bon cru du tandem, qui livre un album réussi, même s’ils ne se renouvellent pas. Plus court que la belle mais longue série des Technopères, Ogregod est prévu en quatre tomes.

Jodo reste très actif, car on attend le mois prochain une autre nouvelle série, Showman Killer, qu’il avait écrite pour Gimenez, mais après la Caste des Méta-Barons, le dessinateur décida de reprendre sa liberté en signant l’imposant Moi dragon au Lombard. Jodo reviendra également avec le second tome de Final Incal qui est prévu début 2011 chez les Humanos, mais aussi la suite du Pape terrible et la fin de Borgia. De quoi tromper son impatience avec Ogregod...

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander
- Ogregod T1 chez Amazon ou à la FNAC
- Showman killer T1 : Un héros sans cœur chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :