Olivier Neuray : "Makabi est devenu le défenseur des femmes opprimées "

17 mars 2005 0 commentaire
  • « {Voir Le Diable} », le troisième album de {Makabi}, marque la fin d'un cycle. {{Olivier Neuray}} et son scénariste {{Luc Brunschwig}} ont donné vie à un héros hors du commun : Lloyd Singer, comptable au FBI, se transforme peu à peu en Makabi, fin connaisseur en art martiaux et défenseur des femmes opprimées. Nous avons rencontré Olivier Neuray afin d'en savoir plus sur ce personnage à la « Woody Allen », et les ambiances si particulières de « Little Jerusalem ».

Dès le deuxième album, vous ancrez votre personnage principal, Lloyd Singer, dans son univers familial.
Nous l’avions décidé dès nos premières discussions sur la série. Il nous était important de montrer le destin d’un personnage, évoluant psychologiquement, au cours de ses enquêtes policières. Celles-ci vont faire évoluer Lloyd Singer. Nous montrons au travers de différentes séquences les raisons de la transformation d’un jeune enfant juif brimé en Makabi, une sorte de justicier travaillant pour le FBI. Dans le premier album, Poupées Russes, le lecteur faisait connaissance avec le personnage. L’intrigue se mettait en place. Nous nous sommes permis beaucoup plus de liberté pour Appleton Street, en présentant notamment l’univers familial du héros.

L’appartement familial reflète l’ambiance dans laquelle il est obligé de vivre.
Il est effectivement ultra meublé, et rares sont les espaces sans aucun bibelot. Que ce soit sur les murs ou sur les meubles ! J’aime bien dessiner ce type de décor. Je dois avoir une peur du vide lorsque je suis devant ma planche (rires). Ces portraits de famille et tous ces objets appartiennent aux Singer depuis plusieurs générations. Non seulement Makabi doit affronter sa famille, mais également ses ancêtres qui le regardent en permanence ...

Olivier Neuray : "Makabi est devenu le défenseur des femmes opprimées "
Les Singer ? Une famille redoutable.
Extrait de la couverture du T2.

Les Singer sont presque aussi redoutables que les méchants.
Oui. Les maladresses du frère de Lloyd vont permettre aux mafieux de remonter jusqu’à Zéna. Mal lui en a pris car il sera malmené et deviendra infirme. Lloyd culpabilisera et se reprochera d’avoir entraîné son frère malgré lui dans cette affaire. Quant à sa sœur, Esther, elle n’aura de cesse de tyranniser la pauvre Zéna de peur que cette fille de mauvaise vie ait des vues sur notre héros.

Lloyd, tout justicier qu’il soit, commet des erreurs de débutant en enfermant l’un des méchants dans une cave (voir le second album).
Il n’est pas naïf, mais veut simplement faire croire à son ennemi que ce sont des gentils amateurs qui l’ont attrapé. Il l’utilise ensuite dans une attraction d’une fête foraine, où un singe doit le faire tomber dans une piscine... Lloyd souhaitait que cet homme s’en aille sans penser qu’il ait le FBI aux trousses. Afin de mieux le suivre et découvrir son repaire. Il se fait donc passer pour un naïf, mais ne l’est pas du tout ! C’est dommage que la plupart des lecteurs ne s’en soit pas rendu compte...

Cet album marque également une nouvelle façon d’appréhender le dessin pour vous.
Je travaille depuis quelques mois avec l’outil informatique. J’insère les personnages dans les décors en retravaillant les perspectives. Cela me permet d’avancer plus vite. Avant, j’avais tendance à faire des dizaines de crayonné de mes personnages, puis de les positionner dans les décors à l’aide de minutieux découpages. Cela devenait fastidieux de gérer ces puzzles d’images collées ensembles (rires)... Mais rassurez-vous, j’encre toujours mes pages à la main comme dans l’ancien temps !

Vos planches sont assez propres pourtant. On n’a pas l’impression que vous avez sué sang et encre .
Je ne crayonne pas sur mes planches, mais sur des feuilles volantes. Je reporte le résultat sur la planche grâce à la table lumineuse. Heureusement que le lecteur ne voit pas ces « puzzles » car cela fait parfois peur !

Revenons à l’histoire. Lloyd Singer (alias Makabi) se rend en Russie pour affronter Sergei. Un homme redoutable.
Le titre de ce troisième album est « Voir le diable ». En fait, le diable, c’est Sergei. C’est une incarnation du mal à la Russe. Il n’a pas hésité à se sortir de la pauvreté en vendant sa voisine à un réseau de prostitution, alors que c’était une amie proche. Il résume cela très bien : « On était deux êtres mal barrés, et il y en a un qui s’en est bien sorti ! ». En s’associant à la mafia, il a franchi une ultime frontière dans l’immoralité qui lui a fait perdre la raison.

Lloyd semble avoir beaucoup de mal à affronter ce « diable ». C’est plutôt rare qu’un héros de BD vomisse son dégoût dans une cuvette de WC.
J’ai eu beaucoup de difficulté à illustrer ses séquences. Je trouvais que Luc allait trop loin, mais il voulait montrer que Lloyd franchit une étape : celle d’assumer ses connaissances en arts martiaux, et donc ses « talents de justicier ». Il les utilise de manière radicale par rapport à Sergei. Il ne sera dès lors plus jamais le gentil comptable qui comprend les femmes. Il va avoir envie de continuer à les aider, mais en les sauvant du mal. Makabi devient à ce moment-là le défenseur des femmes opprimées sans avoir honte de se battre. Il accepte cette part de violence qui est en lui.
Lorsqu’il découvre les horreurs que Sergei a infligées aux parents de Zéna, il va commettre cet acte qui va déterminer son destin. Il en a conscience, mais en même temps il sait qu’il a commis l’irréparable.

N’est-il pas trop difficile de quitter un personnage comme Zéna ?
Elle n’apparaîtra pas dans le prochain cycle. C’est dommage car je l’aimais beaucoup. En fait, ce n’est pas possible que Zéna ne soit pas amoureuse de Lloyd. Mais on va la retrouver d’ici quelques albums. Zéna va panser ses blessures pendant ce temps. Après une histoire aussi éprouvante, elle ne peut plus vraiment envisager d’avoir une relation avec un homme de manière sereine.

Lloyd a-t-il déjà eu des relations avec une femme ?
Il les comprend et est très proche d’elles. Mais il ne parvient pas à franchir le cap. Il va aider les autres sans penser à son propre bonheur. Lloyd est victime d’une famille écrasante. Il a dû remplacer ses parents décédés, et s’occuper de ses frères et sœurs. Bien qu’adulte, ces derniers ont toujours besoin de lui. L’une de ses sœurs est anorexique. Son frère va devenir invalide. Sa famille est un véritable fardeau, qui rendra une histoire d’amour impossible. Mais il y aura peut-être une possibilité avec Zéna...
A la fin de Voir Le Diable, le lecteur comprend qu’elle pleure le fait de devoir le quitter. Lloyd est le seul homme qui a été aussi gentil, sans penser à coucher avec elle.

Lloyd et Zéna

Pourquoi s’en va-t-elle en Israël ?
Nous nous sommes rendu compte que l’explication n’apparaissait pas clairement dans l’album, et Luc est assez ennuyé avec cela. Un réseau d’exfiltration des juifs, basé en Russie, aide la mère de Zéna à rejoindre ce pays. Ce type de filière existait, et servait à exfiltrer clandestinement les juifs brimés par les communistes russes. Lloyd s’en est servi, grâce au rabbin de son quartier, pour rejoindre la Russie.

Que pouvez-vous nous dire du prochain cycle ?
L’histoire est basée sur la beauté et la séduction. Une belle jeune femme est défigurée par un serial killer. Elle ne veut plus avoir de contact avec les hommes car elle ne supporte pas le regard qu’ils vont porter sur elle. Seul Lloyd peut l’aider à parler au FBI, car il agit en dehors de tout pouvoir de séduction.

On parle d’une « spin-off » de Makabi...
Ce n’est qu’un projet, mais nous aimerions avoir une série parallèle qui parlera plus du quartier de Little Jerusalem, où Lloyd a vécu son enfance. Il va s’écarter petit à petit de ses racines et de sa rue pour devenir élève à l’académie du FBI de Quantico...

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo de l’auteur (c) Jean-Dominique Burton.

Illustrations (c) Neuray, Brunschwig & Dupuis.

  Un commentaire ?