Olympus - T1&2 - Kris Grimminger, Geoff Johns & Butch Guice - Les Humanoïdes Associés

16 mai 2005 0 commentaire
  • Quand une équipe d'archéologues en balade découvrent une vieille urne dans les fonds de la mer Egée, ils ne se doutent pas que leur découverte va les amener à affronter une bonne partie des monstres issus de la mythologie grecque.


Olympus - T1&2 - Kris Grimminger, Geoff Johns & Butch Guice - Les Humanoïdes AssociésDans cette histoire en deux tomes parus à quelques mois d’intervalles, les Humanos offrent une belle occasion à des auteurs américains connus pour les travaux sur des séries de super-héros de montrer ce qu’ils peuvent faire en dehors de cet univers très stéréotypé.
Kris Grimminger, qui a travaillé pour Top Cow, et Geoff Johns, reconnu depuis longtemps par les fans de super-héros, signent une histoire à cent à l’heure : l’équipe d’archéologues est attaquée peu après sa trouvaille par une bande de pirates les prenant pour un équipage ennemi, et une tempête les fait tous échouer sur une île inconnue, où ils sont rapidement pris à partie par une créature géante, à l’oeil unique plutôt agressif... un cyclope de dix mètres de haut, ça n’existe pas ! Et pourtant...
Le reste des deux tomes va consister en une fuite en avant de la part des personnages (enfin, de ceux qui survivent), pour les amener dans un temple où ils pensent devoir déposer l’urne, qui n’est autre que la fameuse boîte de Pandore. Entre temps, ils auront rencontré le Minotaure, le Sphinx, des Harpies, j’en passe et des meilleurs. Evidemment, tout cela fait un peu fourre-tout, et l’idée que cette île est en fait l’Olympe est un peu vite jetée en pâture aux lecteurs, mais le dessinateur est bien à son poste, et son talent pour la mise en scène plus grande que nature est évident.

Jackson "Butch" Guice est un artiste qui a touché à tout dans la BD grand public américaine depuis ses débuts à la fin des années 70. Ces dernières années, il s’était fait remarquer pour son travail sur Ruse, série écrite par Mark Waid et publiée par le défunt CrossGen. Olympus est également un de ses meilleurs albums : son découpage nerveux, son trait à la fois réaliste et dynamique, tout cela fait merveille sur cette histoire où la psychologie des personnages est franchement secondaire - les filles sont jolies (mais pas connes) et opportunément habillées en tenue de bain, les hommes sont musclés et opportunément dessinés torses nus, et les méchants sont très méchants (bon, à quelques exceptions près). Le côté divertissement pur est tout à fait assumé - la séquence en hommage à l’animateur Ray Harryhausen et ses squelettes combattants dans Jason et les Argonautes le montre bien.

Olympus n’est certes pas au niveau intellectuel du Tirésias de Le Tendre et Rossi, pour le comparer à une autre BD utilisant la mythologie grecque, mais ce n’était sûrement pas le but des auteurs. Une bonne histoire qui n’engage pas beaucoup de neurones n’est pas désagréable non plus, surtout quand elle est illustrée avec le punch dont fait preuve Jackson Guice. Vivement son prochain album chez les Humanos.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?