Oracle, T1 : La Pythie - Par Martino & Peru - Soleil

16 avril 2014 3 commentaires
  • Le combat des hommes face aux dieux de l'Olympe est le thème de cette nouvelle série-concept de cinq one-shots à paraître en 2014 et chapeautée une fois de plus par le talentueux Jean-Luc Istin. "Oracle" démarre sur la vengeance de la Pythie de Delphes. Un des meilleurs albums du mois, voire de la saison !

Elle est la Pythie, la messagère des dieux, vouée au culte d’Apollon, la vierge dont les visions ont maintes fois sauvé Delphes et les autres cités grecques. De l’avenir, elle connaît les batailles qui défont les rois, les sécheresses qui affament les paysans, les tempêtes qui emportent les navires.

Mais du présent, elle ne jouit pas. Elle vit recluse dans son temple, préservant le don qui fait d’elle l’une des femmes les plus puissantes de Grèce. Jusqu’à ce que son pouvoir lui soit arraché par Apollon lui-même désirant posséder cette femme qui fait rêver les rois et les dieux. Mais la dernière vision de la Pythie lui révèle le sombre futur qui va s’abattre sur le monde antique...

Oracle, T1 : La Pythie - Par Martino & Peru - Soleil

Le terme d’oracle revêt divers significations. L’auteur-éditeur Jean-Luc Istin a ici désiré l’utiliser dans le sens d’intermédiaire humain entre les dieux et les hommes. Cet oracle est incarné par un vieil aède aveugle qui dévoile au fil des villes les histoires qui lient les mortels et les dieux grecs. De manière à présenter cinq one-shots à paraître en 10 mois, les divers duo d’auteurs vont donc représenter les tribulations de ce messager (et de son jeune compagnon, un certain Homère...), ainsi que les récits qu’il va raconter à une foule attentive.

Pour le premier tome, Jean-Luc Istin a confié l’ouverture de cette saga au cœur de la Grèce Antique à Olivier Péru et Stefano Martino. Après la réussite du tome 3 d’Elfes et les autres scénarios ultra-ficelés présentés par le dessinateur devenu exclusivement scénariste, Istin réussit là un nouveau coup gagnant. Rappelons-nous qu’il avait lui-même assuré le scénario du premier tome d’Elfes, et que le premier opus d’une série-concept conditionne généralement une bonne partie de l’avenir des tomes suivants.

Le tome 2 parait ce 14 mai. Un fils de Zeus, devenu esclave, veut se venger de son père immortel...

Olivier Péru prouve (si cela était encore nécessaire) qu’il est un excellent scénariste : récit très charpenté, dense et bien documenté ; un découpage dynamique avec des avancées rapides et des temps d’arrêts pour s’attacher aux personnages ; des rebondissements habiles et nombreux ; de merveilleux dialogues ponctués de quelques perles d’humour au sens bien affirmé de la formule ; des dieux s’humanisant et des hommes se prenant pour des dieux... Ce scénario donne des titres de gloire au terme "populaire" et mériterait d’être étudié en classe.

Porté par son scénariste, Stefano Martino tire le meilleur de son talent. Loin de cette couverture aguichante dessinée par Toulhaut & Saito qui pousse la série vers un large public, il se concentre sur les sentiments des personnages, réinventant le jeu des individus dans cette nouvelle tragédie grecque. Dès lors, on lui pardonnera facilement son manque de respect de l’architecture de la ville de Delphes (ce qui ne choquera que les puristes) pour se concentrer sur sa mise en scène aérée qui permet de placer toutes les nuances du scénario dense qu’il doit illustrer.

Si les prochains albums d’Oracle atteignent au moins la moitié du niveau de ce tome introductif, on tient sans doute l’une des très grandes séries de 2014 !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

D’Oracle, commander
- le T1 La Pythie chez Amazon ou à la FNAC
- le T2 L’Esclave chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
3 Messages :