Newsletter ActuaBD

Oscuro en Rosa - Par Tony Sandoval - Glénat Porn’Pop

  • Après les remarqués et très réussis "Gaijin" et "La Sève", Céline Tran et sa collection Porn'Pop édite un nouveau roman graphique à la fois érotique et onirique, qui démontre une fois de plus tout le talent graphique et la sensibilité de Tony Sandoval.

Sur les rives sauvages d’un point d’eau marécageux, Gloria s’est surprise à tomber dans un étonnant songe érotique. Un homme étrange, albinos, lui est apparu, comme émergeant des flots, arrivant nu. Ensemble, ils ont fait l’amour et de cette relation éphémère n’est resté à Gloria qu’un souvenir brumeux ainsi qu’une étrange excroissance au niveau de l’entrejambe : un nouvel appendice s’apparentant à un pénis rose. Un serpent lui est apparu, lui indiquant qu’à chaque orgasme, il lui révélerait un secret :

Oscuro en Rosa - Par Tony Sandoval - Glénat Porn'Pop

Cette transformation a éveillé en elle de nouveaux désirs et Gloria vit ces changements comme une nouvelle existence. Non seulement elle entrevoit la possibilité de retrouver des traces de son père mystérieusement disparu, mais en plus, lorsqu’elle compose sa musique, de mystérieux êtres translucides apparaissent. Ces bouleversements dans son corps altèrent sa relation au monde et rendent son quotidien bien plus excitant qu’auparavant, ce qui ne manque pas d’éveiller la curiosité des voisins venus profiter de ce bel été, à commencer par ce jeune homme de 21 ans, au nez étrangement proéminent...

Comme l’explique dans sa préface Céline Tran, l’éditrice de la collection Porn’Pop, parfois mieux connu sous son ex-pseudo d’actrice X Katsuni, il lui a fallu deux rencontres avec Tony Sandoval pour mieux percevoir l’histoire qu’il voulait raconter, et c’est en découvrant les croquis qu’il avait emmenés, qu’elle a compris tout le potentiel du récit.

En effet, tout séduit et déroute à la fois dans ce superbe conte graphique. L’authenticité des amours estivales se mêle au fantastique d’un combat intemporel livré entre le bien et le mal, si bien qu’on est baladé entre le réel et l’imaginaire. Qu’importe, car chaque planche est un ravissement, porté par les superbes couleurs aquarellées, et par un trait léger qui donne vie à ses graciles jeunes femmes.

Au fur et à mesure de la progression dans les pages, un jeu s’institue entre l’auteur et le lecteur : à chaque fois que l’on pense tenir un ressort scénaristique classique, il a tendance à s’effacer pour laisser apparaître d’autres possibilités. L’excroissance de Gloria peut servir de pénis, mais pas de manière universelle. Le nez du jeune héros pourrait avoir remplacé un autre appendice ? C’est à voir... Chaque orgasme amène Gloria à découvrir un secret. Elle va donc sauter sur tout ce qui bouge pour retrouver son père ? Non, elle s’enferme pour composer d’envoûtantes mélodies...

Cette narration non-linéaire n’est pas rébarbative, bien au contraire. L’intérêt de la lecture est émoustillé, comme si on changeait de récit tout en gardant les personnages. Et puis l’érotisme est bien plus fort débarrassé de ses scènes proprement sexuelles : les regards, les moues et les vêtements qui tombent avant l’acte sont nettement plus sensuels.

Enfin, les magnifiques compositions fantastiques rappellent parfois de grands noms tels que Moebius, même si Sandoval a une capacité d’innovation et une originalité propres.

À la fois onirique et très réaliste, Oscuro en Rosa entraînera les lecteurs dans une danse estivale pleine de surprises. Pour notre part, nous avons été séduits et conquis, même si, avouons-le, nous sommes certains de ne pas avoir tout compris... Allez, on y retourne !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD