Otto, l’homme réécrit - Par Marc-Antoine Mathieu-Delcourt

18 décembre 2016 0
  • L'artiste face à lui-même, au milieu d'une crise d'inspiration. Un deuil accompagné de documents sur son enfance va changer sa vie. Plongée obsédante dans ses jeunes années, jusqu'à s'isoler totalement...

Tout réussit à Otto Spiegel, artiste adulé dans le monde entier par ses performances spectaculaires, souvent inspirées par le thème du double. Mais après l’un de ces événements clinquants, il ressent une profonde lassitude. Jusqu’à la découverte du testament de ses parents, dont il était éloigné. Ils lui laissent une vieille maison et une malle. Dans ce coffre apparemment anodin, l’enregistrement et l’analyse au millimètre de ses sept premières années. Otto change de vie, et décide de passer tout le temps nécessaire à l’exploration de ces données. Et plus il avance, moins il sort. Une plongée obsédante, qui dévore son quotidien.

On doit d’abord louer l’ambition constante de Marc-Antoine Mathieu, soucieux de ne pas se répéter, avec des thèmes universels. Dans ce très élégant format à l’italienne, il illustre un des dadas de la psychanalyse : notre vie d’adulte doit beaucoup à notre prime enfance. Ici, dans un contexte créatif, la forme apporte au fond de superbes cases en noir et blanc, où le décor, urbain et froid, s’oppose aux fiévreuses explorations d’Otto. Il explore une véritable renaissance, et révolutionne sa relation à l’art, tout en organisant tel un ingénieur compulsif ces archives tentaculaires.

Pas de dialogues, pas de scènes actives, seulement des images commentées. Le plaisir de lecture, et la richesse du thème, amènent une autre certitude : des relectures s’imposent.

Otto, l'homme réécrit - Par Marc-Antoine Mathieu-Delcourt
© Delcourt 2016

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?