Où en est l’esprit de Charlie Hebdo ?

8 janvier 2016 15 commentaires
  • Actuellement, entre hommages et documentaires, la terrible tragédie de Charlie Hebdo sature jusqu'à ses soutiens les plus attentionnés. Mais dans le monde, la perception de l'événement est autrement acceptée, chacun voyant midi à sa porte, instrumentalisant le journal satirique soit pour tracer une "limite" à ne pas dépasser, soit pour défendre la propre liberté de sa presse ou, au contraire, pour donner des arguments afin de mieux la réprimer.
Où en est l'esprit de Charlie Hebdo ?
L’assassinat des dessinateurs de Charlie Hebdo a suscité une émotion internationale. Ici, la couverture de Strapazin, en Allemagne.

Mal perçue, souvent oubliée dans les débats, la laïcité à la française, dont Charlie Hebdo était devenu l’étendard depuis le procès de 2006 et l’affaire des caricatures danoises, est quelque chose qui est un peu occulté dans les commentaires autour de l’hebdomadaire bête et méchant.

Voici un an, une étude du Pew Research Center montrait que 60% des Américains considéraient que Charlie Hebdo avait raison de publier les représentations du prophète. La première justification de leur décision, à 70%, était "La liberté de la presse", bien loin devant le droit de critiquer n’importe quelle religion, lequel ne recueillait que 8% des suffrages. Pour les gens opposés à ces publications, 35% considéraient qu’une religion devait être respectée.

Car si, en Allemagne, en Hollande, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Scandinavie, en Pologne même, l’émotion a été en faveur de Charlie Hebdo, dans d’autres contrées, les réactions étaient plus nuancées sinon hostiles à une liberté de la presse sans condition. On l’a vu avec la publication du "Charlie Hebdo des rescapés" : les TV anglo-saxonnes en avaient été jusqu’à flouter les représentations du prophète.

"Clash des valeurs"

Le temps n’arrange rien à l’affaire. Voici un an, le Pape François dans un avion qui le ramenait des Philippines admettait l’importance de la liberté d’expression, dans la limite de l’insulte : Si un ami « dit un gros mot sur ma mère, il doit s’attendre à recevoir un coup de poing  », avait-il justifié en joignant le geste à la parole. Cette fois, selon Le Point, devant la couverture montrant Dieu le père, armé d’une kalachnikov, aux mains ensanglantées par ses crimes avec ce titre : "l’assassin court toujours", l’Osservatore Romano, l’organe officiel du Vatican écrit : « L’épisode n’est pas une nouveauté : derrière le drapeau trompeur d’une laïcité sans compromis, l’hebdomadaire oublie encore une fois ce que tant de dirigeants religieux de toutes appartenances ne cessent de répéter pour rejeter la violence au nom de la religion : utiliser Dieu pour justifier la haine est un véritable blasphème, comme l’a dit à plusieurs reprises le pape François  ». L’appel à la censure est patent.

60% des Américains soutiennent Charlie, au nom de la liberté d’expression.
(c) Pew Research Center, janvier 2015.

En janvier 2015, dans une série de 40 tweets, l’ancien président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono (l’Indonésie abrite la plus grande communauté musulmane du monde) parlait d’un "clash des valeurs" entre l’Islam et les valeurs occidentales : "Pour l’Occident, écrivait-il, la caricature du prophète Mahomet fait partie de la liberté de parole ou d’expression. Absolue, sans limites. Mais pour le monde islamique, c’est une diffamation et un blasphème. Son auteur doit subir une sanction. Là réside le problème. C’est une différence fondamentale. C’est un clash des valeurs et des perceptions." L’appel à la vengeance -la vengeance comme censure- sous-tend clairement cette déclaration.

Sauf qu’en France, le délit de blasphème a été abrogé par la Loi de 1881 sur la Liberté de la Presse et que le jugement en faveur de Charlie Hebdo dans le procès des caricatures danoises a confirmé que la feuille satirique avait toute légitimité pour critiquer les religions, quelles qu’elles soient, au regard des lois françaises.

En avançant ce type d’argument, en niant les droits de la laïcité, le Vatican comme ce responsable politique indonésien légitimisent les assassins de Charlie Hebdo. Ce n’est pas d’ailleurs pas la seule convergence entre les autorités des religions du livre : le Mariage pour tous avait recueilli la même opposition avec la même unanimité. Riss est donc fondé quand il montre un dieu aux mains sanglantes.

Le slogan "Je Suis Charlie", parodié dans tous les sens, commence à le perdre précisément, son sens.

La déclaration du Premier Ministre Manuel Valls, "nous sommes en guerre", inquiète le responsable politique indonésien : est-ce à dire que la France est en guerre contre l’Islam ? Il espère que non :"Si l’Occident affronte l’Islam, les terroristes auront gagné" écrivait-il.

Un laïcité nécessaire

C’est ici que la question de laïcité intervient. Les deux logiques qui s’opposent sont le droit d’un état démocratique et souverain, la France, face à celui d’états théocratiques qui mettent la religion au dessus du citoyen, quelle que soit sa croyance ou sa non-croyance. C’est effectivement incompatible. Cette notion est au cœur de l’institution de la République Française. Ne pas comprendre que la laïcité préserve la concorde en renvoyant la religion dans la sphère privée sans qu’elle puisse intervenir dans la chose publique -c’est l’esprit de la Loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État, c’est se condamner à ce que l’on reproche aujourd’hui au "politiquement correct" : à passer toute son énergie à répondre aux revendications insatiables de toutes les communautés religieuses passées ou à venir.

Si un croyant pense être offensé par une publication de Charlie Hebdo, surtout qu’il ne l’achète pas, et qu’il regarde ailleurs. Le terroriste essaie de nous obliger à nous sentir concernés. Nous ne le devons pas : "Le but du terrorisme n’est pas de tuer mais de terroriser, écrit l’historien Pascal Ory dans Le Monde. Terror : tremblement de l’ennemi, réduit à la paralysie (« sidération »), à la perte de la maîtrise, à la perte de la face. Quand Aristote – connu des anciens spectateurs du théâtre de Palmyre… – parle lui aussi de « terreur » (traduction habituelle de son phobos), l’objet final est, on le sait, la catharsis, à la fois purgation et purification : tout ce qui fait la différence entre un « film d’action » et un snuff movie. J’ajouterai, en transposition politique : tout ce qui fait la différence entre un tribunal pour Charlie ou Dieudonné et une kalachnikov. Autrement dit : l’état de droit."

On ne peut mieux dire.

Le Charlie Hebdo anniversaire, tiré à un million d’exemplaires, actuellement en kiosque.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Ce que dit Charlie - Treize leçons d’histoire de l’historien Pascal Ory (Ed. Gallimard) chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

LIRE AUSSI :

- Charlie Hebdo, personnalité BD de l’année 2015
- L’Esprit du 11 janvier, une enquête mythologique - Par Serge Lehman & Gess - Delcourt

LA TERRIBLE ANNÉE 2015 DE CHARLIE HEBDO SUR ACTUABD.COM

- 7 janvier 2015 - Attentat à Charlie Hebdo - Au moins 12 morts
- 7 Janvier 2015 - Atroce attentat contre Charlie Hebdo - Wolinski, Cabu, Charb et Tignous assassinés
- 7 janvier 2015 - Attentat contre Charlie Hebdo - Le dessinateur Honoré, cinquième dessinateur assassiné
- 8 janvier 2015 - Attentat contre Charlie Hebdo - Partout en France, hier soir, le silence et le recueillement
- 8 janvier 2015 - Il faut continuer le combat de Charlie Hebdo
- 8 janvier 2015 - Charlie Hebdo : les caricaturistes belges rendent hommage à leurs pairs !
- 9 janvier 2015 - Charlie Hebdo en passe de devenir une religion
- 9 janvier 2015 : Les dessinateurs allemands solidaires de Charlie Hebdo
- 9 janvier 2015 - Comment aider financièrement Charlie Hebdo ?
- 9 janvier 2015 - Charlie Hebdo - L’hommage du New Yorker
- 9 janvier 2015 - Sondron & Samuel (caricaturistes belges) : « La mort de nos amis de Charlie Hebdo nous bouleverse ! »
- 10 janvier 2015 - Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré et Bernard Maris vont bien : les attentats, c’était une blague !
- 10 janvier 2015 - Slim (dessinateur algérien) : " Les fanatiques religieux n’ont pas le sens de l’humour mais le sens de la mort."
- 10 janvier 2015 : Charlie ne doit pas faire disparaître Charlie
- 10 janvier 2015 - Un prix "Charlie pour la liberté de la presse" devrait être créé au Festival d’Angoulême
- 10 janvier 2015 : Johan De Moor : « À travers l’attentat de Charlie Hebdo, on cherche à nous intimider. »
- 11 janvier 2015 : Plusieurs millions de soutiens défilent pour Charlie Hebdo
- 11 janvier 2015 - Une marche pour Charlie Hebdo, mais pas seulement...
- 11 janvier 2015 - Les plus beaux slogans pour Charlie Hebdo
- 11 janvier 2015 - Farid Boudjellal : " Pour l’instant, les politiques se déchirent sur le cadavre encore chaud de Charlie Hebdo."
- 12 janvier 2015 - Charlie Hebdo - Le paradoxe de l’émotion
- 12 janvier 2015 - Mahomet en couverture du prochain Charlie Hebdo
- 12 janvier 2015 - Charlie Hebdo, "le journal des survivants", tiré à trois millions d’exemplaires en 16 langues
- 12 janvier 2015 : Spirou sort un numéro spécial en hommage à Charlie Hebdo
- 12 janvier 2015 - Nicolas Vadot : "Je n’étais pas d’accord avec Charlie Hebdo mais ils avaient parfaitement le droit de s’exprimer."
- 13 janvier 2015 - Le Grand Prix du Festival International d’Angoulême 2015 pour Charlie Hebdo ?
- 13 janvier 2015 - Kroll : "Ce n’est pas la religion le problème, ce sont les fanatiques."
- 14 janvier - Spirou réunit le monde de la BD dans un numéro spécial en hommage à "Charlie"
- 15 janvier 2015 - Chassés-croisés entre Pilote et Charlie Hebdo
- 16 janvier 2015 - Le formidable courage des éditeurs et des caricaturistes turcs
- 16 janvier 2015 - Ersin Karabulut (dessinateur turc) : "Si demain quelqu’un s’en prend à une mosquée, nous serons de ceux qui dénonceront cet acte en écrivant et en dessinant. Tout comme Charlie Hebdo."
- 17 janvier 2015 - Le "Charlie Hebdo des survivants" passe le cap des 7 millions d’exemplaires de tirage
- 17 janvier 2015 - Memo Tembelçizer (caricaturiste turc) : "L’attaque contre Charlie Hebdo est un évènement dont la dimension mondiale me fait peur."
- 22 janvier 2015 - Le Musée Hergé programme, puis annule une expo en hommage à Charlie Hebdo->art17482]
- 22 janvier 2015 - [Les plus beaux slogans pour Charlie Hebdo
- 24 janvier 2015 - Après le succès du Journal de Spirou, Casemate publie également son hors-série "Spécial Charlie"
- 27 janvier 2015 - La bande dessinée, la Shoah et... Charlie Hebdo
- 27 janvier 2015 - Des dessins pour Charlie Hebdo
- 29 janvier 2015 - Angoulême est Charlie !
- 27 janvier 2015 : (à l’occasion de la célébration de la libération du camp d’Auschwitz) : La bande dessinée, la Shoah et... Charlie Hebdo
- 30 janvier 2015 - Angoulême 2015 : Grand Prix Spécial pour Charlie Hebdo
- 31 janvier 2015 - Tirée à 100 000 exemplaires, "La BD est Charlie " est déjà épuisée en librairie.
- 31 janvier 2015 - Encore quelques dessins pour Charlie Hebdo
- 5 février 2015 : Pour Charlie Hebdo, Alan Moore suggère aux religions monothéistes un nécessaire toilettage.
- 8 février 2015 : Charlie Hebdo - Luz explique la couverture du "Charlie Hebdo des survivants"
- 15 février 2015 - Réplique terroriste des attentats de Charlie Hebdo à Copenhague
- 16 février 2015 - Des assassinats de Charlie Hebdo à ceux de Copenhague : quand la violence réelle répond à la violence symbolique
- 24 février 2015 - Charlie Hebdo à nouveau dans les kiosques
- 7 mars 2015 - Charlie Hebdo rend fou même les médias les plus sérieux
- 1er avril 2015 - Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré et Bernard Maris vont bien : les attentats, c’était une blague !
- 10 avril 2015 - Deux journalistes inculpés à cause de Charlie Hebdo : Le double-jeu des conservateurs turcs
- 15 avril 2015 - Le "testament" de Charb bientôt en librairie
- 10 juin 2015 - L’impossible Catharsis de Luz (et de Charlie Hebdo)
- 17 novembre 2015 - Coco signe la Une du Charlie Hebdo post-13 novembre 2015
- 11 décembre 2015 - Zep et "What a Wonderful World !" reçoivent le premier Prix Wolinski de la BD du Point 2015

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • Où en est l’esprit de Charlie Hebdo ?
    9 janvier 2016 08:33, par romi

    pourquoi c’est le dieu de la bible (qui n’y est pour rien) sur la une de CH et pas le prophète Mohamed ? ils ont pas eu les C...... ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 9 janvier 2016 à  09:32 :

      pourquoi c’est le dieu de la bible (qui n’y est pour rien) sur la une de CH et pas le prophète Mohamed ? ils ont pas eu les C...... ?

      Mieux vaut s’adresser à Dieu qu’à ses saints, sans doute. Si Dieu existe, il est soit sans pouvoir, soit sans bienveillance pour laisser ses croyants commettre en son nom de telles exactions. Charlie Hebdo n’est pas une feuille anti-islamiste, c’est une revue anticléricale. La religion y est donc dénoncée d’une façon générique, s’adressant au gros des ouailles croyantes de France.

      Quant aux c....., elles doivent vous manquer, puisque vous avez choisi l’anonymat, contrairement aux gens de Charlie Hebdo qui ont pignon sur rue.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Robert le 9 janvier 2016 à  10:35 :

        désolé cher monsieur, je ne suis pas Charlie

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 9 janvier 2016 à  12:33 :

          Je vous félicite d’avoir retrouvé vos c..... ! Eh oui, on avait compris que vous n’étiez pas Charlie. Vous êtes coulibally peut-être ?

          Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Robert le 9 janvier 2016 à  11:19 :

        et ce sont des hommes qui tiennent les crayons et les armes

        Répondre à ce message

    • Répondu le 9 janvier 2016 à  09:40 :

      Parce que l’esprit de Charlie est mort.

      Le dieu de la bible et Allah ne se ressemblent pas. Ils sont peut-être frères mais pas du même père.

      En une, j’aurais imaginé François Hollande s’essuyant le derrière avec le numéro de l’année dernière ("tout est pardonné") et disant "Je m’essuie avec Charlie".
      Parce que tout a été récupéré par les politiciens en deux secondes, parce que les cloches de Notre-Dame, la légion d’honneur, le Y à la place du i, Johnny et compagnie… c’est juste du gros foutage de gueule.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 9 janvier 2016 à  16:35 :

        Les dieux de la bible, de la thora et du coran sont le même, pour ceux qui y croient. C’est la manière de le vénérer qui change.

        Répondre à ce message

  • Où en est l’esprit de Charlie Hebdo ?
    9 janvier 2016 13:35, par Zébra

    - Le délit de blasphème a été abrogé d’une part en France, mais restauré d’autre part à travers la loi Gayssot. Il faut rappeler que "Charlie-Hebdo" et son directeur Charb n’étaient pas partisans de la liberté d’expression mais d’une liberté d’expression... sous contrôle de l’appareil judiciaire étatique (= une liberté d’expression contrôlée par les élites politiques et culturelles).
    - Par conséquent, on a en France et aux Etats-Unis deux conceptions de la liberté d’expression pratiquement opposées. Les Belges tintinophiles auront sans doute remarqué que ledit Gayssot se réclamait d’ailleurs d’une idéologie la plus répressive en matière de liberté d’expression.
    - La conclusion qui s’impose est que la "liberté d’expression" en Occident est à peu près comme Allah en Orient : beaucoup en parlent, mais peu l’ont vue véritablement à l’oeuvre.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 9 janvier 2016 à  14:01 :

      - Le délit de blasphème a été abrogé d’une part en France, mais restauré d’autre part à travers la loi Gayssot.

      Vous dites n’importe quoi. Le délit de blasphème n’a rien à voir avec la loi Gayssot qui réprime le révisionnisme. Même si cette loi est critiquable, elle n’a rien à voir avec la question de la critique de la religion.

      Il faut rappeler que "Charlie-Hebdo" et son directeur Charb n’étaient pas partisans de la liberté d’expression mais d’une liberté d’expression... sous contrôle de l’appareil judiciaire étatique (= une liberté d’expression contrôlée par les élites politiques et culturelles).

      Encore une sottise. En France, la presse n’a jamais été "libre" puisque la Loi de 1881 sur la Liberté de la presse est précisément là pour l’encadrer, cette liberté. Je trouve normal que l’on réprime la diffamation, l’injure ou la pornographie infantile, par exemple. Vous reprochez à Charlie Hebdo le recours à la Loi. Mais c’est un acte citoyen ! Comme le dit Ory, l’État de droit plutôt que la Kalashnikov !

      - Par conséquent, on a en France et aux Etats-Unis deux conceptions de la liberté d’expression pratiquement opposées.

      N’importe quoi, encore. Différentes, pas opposées.

      Les Belges tintinophiles auront sans doute remarqué que ledit Gayssot se réclamait d’ailleurs d’une idéologie la plus répressive en matière de liberté d’expression.

      Encore une de vos embrouilles. Le droit d’auteur et sa protection (même abusive dans le cas de Moulinsart, puisque c’est à cela que vous faites allusion) n’a rien à voir avec la question du blasphème, ni avec la Loi Gayssot.

      - La conclusion qui s’impose est que la "liberté d’expression" en Occident est à peu près comme Allah en Orient : beaucoup en parlent, mais peu l’ont vue véritablement à l’oeuvre.

      Conclusion stupide, tout le monde l’aura compris à la lecture de ce qui précède.

      Répondre à ce message

  • Où en est l’esprit de Charlie Hebdo ?
    9 janvier 2016 23:58, par Sergio Salma

    Juste un commentaire énervé (et énervant sans doute). C’est pas un peu fini d’associer le courage et la témérité avec les couilles ? En quoi la présence de gonades mâles dans l’entrejambe est-il un symbole de quoi que ce soit ? Même pour rire, franchement, on peut pas trouver autre chose ? Vous voyez pas le discours ambiant ?! C’est pas un peu une faute d’encore et toujours véhiculer par le langage les plus profonds stéréotypes ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 janvier 2016 à  10:54 :

      Vous avez raison de signaler cette grosse couille.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Geraud le 10 janvier 2016 à  18:21 :

        Ou peut-être une faute de frappe ? Une grosse coquille, en quelque sorte ?

        Répondre à ce message

  • Où en est l’esprit de Charlie Hebdo ?
    2 septembre 2016 16:07, par Pascal Aggabi

    Charlie Hebdo refait des siennes,derrière les convenances d’usage une certaine idée de l’humour ne passe décidément pas partout,surtout sur le coup de l’émotion.Débats houleux en perspective :http://www.giornalettismo.com/archives/2156570/charlie-hebdo-vignetta-terremoto-italia/
    http://www.giornalettismo.com/archives/2156659/siamo-tutti-charlie-hebdo/

    Répondre à ce message