Parents, mais presque... - Par M. de Vigan - Vents d’Ouest

20 mars 2015 2
  • Après {Frangines, et c’est comme ça !}, {{Margot de Vigan}} publie avec {Parents mais presque…} une suite d’histoires courtes sur les relations de parents à leurs deux filles, et les difficultés rencontrées au quotidien, qu’il s’agisse du travail, de l’école, des sorties…

Dans l’abondante production éditoriale, on peut se contenter parfois d’un album un peu plus léger, même s’il laisse un souvenir peu marqué. Mais ici, à l’inverse des albums de Margot Motin ou de Pénélope Bagieu, qui sauvent leur légèreté par un dessin souple et inventif, le dessin de Margot de Vigan nous apparaît comme raide, statique, les expressions des visages ne véhiculant aucune émotion réelle.

La gestion du texte est certes intéressante, avec un lettrage qui, lui, pour le coup, est assez expressif, même si toutes les bulles sont sur un fond de couleur différente, ce qui, en fonction du décor de la case, peut parfois entraver la lisibilité…

Parents, mais presque... - Par M. de Vigan - Vents d'Ouest

Les cases ne sont souvent pas délimitées, ce qui, là encore, produit par moment des effets intéressants, mais rend aussi certaines planches assez incompréhensibles, par trop brouillonnes.

Le vrai problème de cet album ne réside cependant pas dans le dessin, mais dans son propos caricatural et sa construction qui manque de rythme. Surtout, l’humour n’est malheureusement pas au rendez-vous : quand les gags ne sont pas consternants, ils ne sont juste pas amusants. Ce n’est pas drôle, même pas presque…

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Vous auriez peut-être mieux fait de ne pas parler de cet album plutot que de l’assassiner, et profiter de la place pour parler d’un livre qui en vaut la peine.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Frencho-id le 21 mars 2015 à  07:10 :

      Mais puisque c’est fait, on notera que voilà encore un bouquin qui n’a même pas (ou pas correctement) été relu par son éditeur avant la fabrication (« j’ai dis non » !).

      Répondre à ce message