Pat’ Apouf et l’Affaire Hourtin - Gervy - Editions du Triomphe

13 octobre 2005 0 commentaire
  • Avec ce premier volume de la série {Pat' Apouf détective}, les éditions du Triomphe réhabilitent un des dessinateurs les plus prolifiques de l'après-guerre, surtout présent dans les publications de la « Bonne Presse » catholique.

Gervy est un dessinateur qui a marqué la presse jeunesse d’après-guerre, aussi bien en France dans Le Pèlerin, qu’en Belgique, où l’on trouve sa signature et ses personnages dans la revue des Pères d’Averbode, Petits Belges. Son dessin est un compromis entre la Ligne Claire d’Hergé et le style rond à la Disney auquel il emprunte également quelques codes graphiques.

L’historien de la BD Dominique Petitfaux signale, dans la préface de l’ouvrage, la « place singulière » que tient cette série dans l’histoire de la BD francophone. Parce qu’elle est l’une de plus longues (elle paraît de 1938 à 1990) et des plus lues : Le Pèlerin, un magazine créé en 1873 par la congrégation des Augustins de l’Assomption qui fut le premier à introduire, en 1892, un dessin en couleurs dans ses pages, vendait dans ses « belles années » jusqu’à 500.000 exemplaires par semaine et René Goscinny lui-même reconnaissait que la prépublication d’Astérix dans ses pages avait grandement favorisé la notoriété de son personnage. Sa filiale d’édition, la Bonne Presse, créée en 1898, est l’ancêtre de l’actuel groupe Bayard Presse.

Pat' Apouf et l'Affaire Hourtin - Gervy - Editions du Triomphe
Pat’ Apouf
par Gervy

La série Pat’ Apouf ne contrevient pas au canon de la littérature pour la jeunesse de l’époque. Clichés et préjugés pullulent, parfois même au détriment de la morale publique puisque Dominique Petitfaux s’interroge sur le fait qu’on y trouve des éléments qui, s’ils n’étaient à l’abri d’un journal catholique, auraient valu à son auteur les foudres de la Commission de la Loi de 1949 pour la protection de la jeunesse.

« Il serait absurde de juger Pat’ Apouf selon des critères moraux actuels  », fait observer, à raison, le spécialiste. Il n’empêche que cette BD au discours on ne peut plus conservateur n’arrive pas par hasard dans le catalogue des Editions du Triomphe, lesquelles n’ont pas vraiment la réputation d’être dirigées par des gauchistes. De la même façon, l’attachement du cardinal Peltin à l’encontre de l’ « admirable Pat’ Apouf » a valu a son auteur d’être distingué par le pape Jean XXIII qui lui décerna en 1959 l’ordre de Saint-Grégoire le Grand, une distinction dont peu de Grands Prix d’Angoulême peuvent s’enorgueillir...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Editions du Triomphe, 13,50 €.

  Un commentaire ?