Peach !, T1, 2, 3 et 4, par U-Jin, Asuka

30 août 2008 0 commentaire
  • Louvoyant entre apprentissage sexuel très explicite, et une recherche de l'autre plus sentimentale, ce hentaï présente un juste milieu hard/soft tout en maintenant un récit intéressant sur la longueur.

Peach !, T1, 2, 3 et 4, par U-Jin, AsukaOtaku [1] et toujours puceau à 25 ans, Hôshi Saitô a même vu sa fiancée s’enfuir le jour de son mariage. Aussi, quand il obtient un poste d’enseignant au sein des cours d’anglais Peach, qui n’a que des jolies filles comme élèves, c’est le paradis sur terre ! La directrice de Peach, à la poitrine généreuse, l’a recruté malgré son niveau d’anglais à peine digne d’un collégien, pour « nouer des relations d’amour et d’attirance sexuelle avec les étudiantes afin de les faire prolonger leur contrat avec l’école ». Comment lui, l’éternel puceau sans aucune expérience envers les femmes, va-t-il pouvoir s’acquitter de cette mission ?

Son quotidien se double d’une bien étrange rencontre : il doit maintenant cohabiter avec la jolie Momoka Kiyozumi, qui dit être tombée amoureuse de lui au premier regard : est-ce un leurre pour se moquer de lui, ou pourra-t-il vraiment sauter "le pas" avec elle ? Rien d’ailleurs ne s’arrange lorsqu’il se rend compte qu’elle fait également partie des élèves de Peach ! Décidément, sa vie semblait bien calme avant qu’il ne vive entouré de ces jolies filles. Mais comment trouver les mots pour parvenir à perdre son pucelage, alors qu’il ne sait parler que de ses petites poupées et de ses magazines de charme ?

Les 8 jeunes filles et femmes qui gravitent autour de notre puceau

U-Jin est un habitué des séries friponnes : on lui doit déjà l’amour en cours, le journal intime de Sakura, ainsi que le fameux Angel, paru chez Tonkam, et dont la suite sortira d’ailleurs en septembre, sous le nom de Shin Angel. Pour Peach !, U-Jin crée un personnage principal à mi-chemin entre un obsédé sexuel et un crétin fini, sa bêtise venant principalement de sa méconnaissance de la gent féminine. On doit reconnaître un certain talent au coup de crayon ; ses personnages sont extrêmement bien posés et, si ses cadrages sont parfois assez acrobatiques, c’est juste pour dévoiler, sous toutes leurs coutures quand il y en a, les superbes jeunes filles qu’il met en scène. À la fois douces et aguichantes, elles ont chacune leurs différents caractères, des plus prudes au plus obsédées, ce qui donne un agréable ton doux/amer à toute confrontation avec notre puceau dénué de tact.

La tendresse n’est pas absente de la série, que du contraire !

Le principal défaut de cette série est son alternance générale. Effectivement, les deux premiers tomes sont très sexués : longue séance intime dans la chambre, véritable mode d’emploi pour la fellation, le cunnilingus et la masturbation entre autres. Dans les tomes 3 et 4, cette pratique a tendance à s’inverser pour accorder de plus en plus d’importance à la relation en tant que telle, et au respect mutuel entre les partenaires, pour repartir ensuite dans des scènes plus chaudes dans les tomes 5 et 9, et plus soft dans les autres [2]. Cela ne nuit pas à la lecture et au suivi de l’intrigue, que du contraire, ce procédé permettant d’aérer le style, tout en renforçant l’attrait du personnage (on a effectivement souvent envie de lui mettre des claques, vu l’énormité de sa lourdeur), mais cette différence de contenu pourrait décontenancer le lecteur.

À côté de la perte de virginité de notre otaku, se place un tout un autre cadre assez intéressant : la recherche des signatures de contrats pour son école d’anglais, ce qui l’oblige à entrer dans la psychologie des différentes filles rencontrées. Progressivement, on voit donc apparaître une employée de bureau effacée qui s’extériorise dans le cosplay, une jeune nymphomane ne paraissant pas son âge et qui tente péniblement de nouer les deux bouts, une jeune fille, parfaite sous tous les abords, mais dont la lourde carapace attend celui qui pourra la percer à jour, etc. En définitive, passé les premiers éléments, l’auteur trompe la monotonie de son récit en ajoutant au fur et à mesure de nouveaux éléments pour relancer l’intérêt. Le découverte, puis le statisme du premier duo qui développe toutes les phases du « Suis-moi, je te fuis », se contrebalance dès le premier signe d’ennui, pour se transformer en « Fuis-moi, je te suis ». Les interventions d’un rival, des parents de la belle, de la jalousie, du complot, de l’excès de confiance, et de l’indétrônable place de l’argent ne sont certes pas neuves comme ressort d’intrigue, mais en étant bien employées dans Peach !, l’intérêt est constamment relancé, et on ne voit pas de signe d’ennui, malgré la succession des tomes, les différents décors se succédant également, tels que l’école, le camping, les sources chaudes, et le yacht du père de Momoka.

En somme, Peach ! est une excellente série du style : à la fois très hot, mais aussi fort drôle et psychologique, elle rebondit en tout sens pour constituer un divertissement de choix. À conseiller aux lecteurs avertis !

Toujours du hentaï et chez le même éditeur, l’attendu Naked Star ne sortira en définitive qu’en octobre (les corrections succédant au choix des illustrations trop explicites), mais le sympathique Recette de l’amour est déjà disponible : elle compile six gentilles histoires érotiques, mettant en place différents fantasmes et comportements de couples.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Albums réservés à un public adulte et averti.

- Commander le premier tome de Peach ! sur Internet
- Commander le second tome de Peach ! sur Internet
- Commander le troisième tome de Peach ! sur Internet
- Commander le quatrième tome de Peach ! sur Internet
- Commander le cinquième tome de Peach ! sur Internet
- Réserver le sixième tome de Peach ! sur Internet

Commander les recettes de l’amour sur Internet

Toutes les illustrations de Peach ! sont © U Jin / Ohzora Shuppan Co.Ltd.

[1Terme qui désigne aujourd’hui une personne qui se replie sur elle-même et ne vit plus que pour une seule passion d’intérieur : poupée, culte d’une « idole » (une jeune chanteuse par exemple), ordinateur (nerd), jeu vidéo (hardcore gamer), etc. Notre héros collectionne les petites héroïnes de ses mangas favoris.

[2La série compte 10 tomes.

  Un commentaire ?