Pécau & Kordey relancent "L’Histoire Secrète"

19 mars 2019 0
  • Avec trente-deux tomes proposant une relecture passionnante de l'Histoire paru en moins de 10 ans, Jean-Pierre Pécau et (majoritairement) Igor Kordey ont marqué durablement la bande dessinée. Après un diptyque complémentaire paru fin 2016, les auteurs signent leur grand retour, avec un préquel et surtout un tome 35 qui débute un nouvel arc narratif, toujours aussi réussi !
Pécau & Kordey relancent "L'Histoire Secrète"
Vaudou, personnage torturé et une utilisation des cartes finalement bien peu conforme aux communs des mortels.

Le scénariste Jean-Pierre Pécau a réalisé plusieurs séries autour de la thématique des cartes qui modifient le hasard, afin de provoquer des situations privilégiées (Arcanes, Arcane majeur). Le véritable aboutissement de cette réflexion réside dans la série L’Histoire Secrète, qu’il a principalement co-réalisée avec Igor Kordey. Ensemble, avec près de trente albums parus sur moins d’une décennie, ils ont construit un univers très riche et passionnant dans les coulisses de l’Histoire.

Nos auteurs terminaient cette incroyable série-fleuve avec un trente-deuxième tome en 2013. La publication rattrapant le temps réel, il n’était plus possible de bénéficier des événements actuels pour prolonger la série. Pécau & Kordey mettaient donc un terme à cette incroyable gageure créative et éditoriale : la relecture des événements fondamentaux de notre Histoire, en particulier ceux du XXe siècle, mêlant habilement fiction et authenticité pour livrer un captivant feuilleton.

Un diptyque consacré à Jésus Christ

Si le 32e tome marquait le point final de cette épopée chronologique, c’était sans compter sur l’envie de deux auteurs de remonter le temps, pour reprendre leurs personnages fétiches : les quatre archontes qui traversent le temps pour revisiter des périodes essentielles de notre Histoire. Et quelle époque est plus fondamentale que le début de notre ère et des conséquences que ces faits auront sur le monde pour les milliers d’années qui suivirent ?!

Au travers de ce diptyque intitulé Messie blanc / Messie noir (33 et 34) et paru fin 2016 - début 2017, dont les volumes se déroulent respectivement lors de la naissance et de la Passion du Christ, les deux auteurs livraient - pensait-on - le point d’orgue de leur série. Avec une telle réussite, on espérait que les auteurs nous livreraient encore quelques prochaines petites perles pour prolonger cette magnifique saga !

Un retour aux origines en demi-teinte

C’était donc une bonne surprise de retrouver notre tandem Pécau-Kordey l’année suivante (2018), avec un volume 0 qui revenait sur les origines des Ivoires (les cartes majeurs) et des Archontes (leurs dépositaires). On se souvient effectivement que le premier volume (2003) débutait par un flashback en -3000 avant JC, lorsque leur grand-père Loup partageait les quatre ivoires à ses quatre petits-enfants. Ce lancement d’une des plus longues et passionnantes séries de bande dessinée contemporaine laissait pourtant une importante zone d’ombre : d’où pouvaient provenir ces cartes magiques au pouvoir incommensurable ?!

Un tome 0 qui démarre avec brio
On en apprend plus sur la création des Ivoires

C’est à lever le voile sur ces éléments que sont donc attelés les deux auteurs, dans ce très long récit de 76 planches. Pour ne pas spoiler les lecteurs qui n’ont pas encore lu ce volume, sachez qu’on y apprend effectivement tout ce qu’il est utile de savoir sur la source du pouvoir des cartes et comment les quatre archontes si différents peuvent être frères et sœurs.

Ces origines comportent d’ailleurs quelques superbes planches réalisées par Igor Kordey, notamment celles prenant place dans ces âges reculés où il déverse la même énergie que l’on retrouvait dans Keltos, une autre série réalisée également avec Pécau. Le dessinateur semble pourtant moins à l’aise avec les ambiances égyptiennes, sans doute au diapason de l’intrigue un peu lâche tissée par son scénariste...

On comprend mieux les relations qui lient les quatre archontes
Ces origines évoquent une fois de plus les références de notre société.

Sans être décevant, ce volume 0 ne tient effectivement pas toutes ses promesses. Même si la plupart de nos questions ont trouvé leurs réponses, et les références qui émaillent à nouveau cette relecture des débuts de notre Histoire sont intéressantes, sans oublier le dossier final qui présente d’intéressantes décorations de cartes mérite l’attention.

Mais l’ensemble manque de rythme et fait finalement pâle figure face aux derniers volumes parus, qui rivalisaient d’intrigue, de représentation réussie, et de charme (magique). De plus, les couleurs volontaires vives de Julien Maffre pour certains vaisseaux renforcent le manque de réalisme du récit.

La saga s’essoufflerait-elle ?

Le dossier complémentaire en fin d’album revient en détail sur l’évolution des cartes et des Ivoires au travers des âges.

Nouvelle relecture... et nouvelles surprises !

Tirer cette conclusion hâtive aurait été mal connaître la passion qu’anime Pécau & Kordey ! Car vient de paraître il y a quelques jours, un étonnant tome 35 qui redonne un nouveau souffle à la série. Celui-ci se déroule en 1947, près de la base militaire de Roswell. Les amateurs auront directement fait le lien avec les évènements mystérieux qui se sont déroulés là-bas à cette période, que l’armée américaine avait tout d’bord identifié comme le reste d’une soucoupe volante, avant de se raviser hâtivement et de conclure finalement aux débris d’un ballon-sonde.

Que sont ces symboles qui ornent la soucoupe écrasée à Roswell ?
L’Histoire Secrète, tome 35 (Delcourt).

Cet événement mythique de la culture populaire n’est pas le seul élément intriguant de ce long volume, composé une fois de plus de 76 pages. On retrouve également la figure mythique de Castenada, l’auteur-gourou adulé entre autres par les hippies, ainsi que l’évocation de deux civilisations précolombiennes, les Anasazis et les Nazcas, deux peuples mystérieusement disparus en ne laissant que d’étranges traces de leurs cultures.

La rencontre avec Castenada
L’Histoire Secrète, tome 35 (Delcourt).

Ainsi, Pécau renoue avec l’Histoire et la passionnante lecture fictionnelle dont il a le secret ! Cet ouvrage n’aurait pourtant pas la même saveur sans la présence des quatre archontes et le jeu subtil des puissances qu’ils tissent avec (mais aux dépens) des mortels. Balayant les distances, le scénariste entraîne d’ailleurs ses personnages fétiches jusqu’à Cologne, la ville allemande qui expose encore les séquelles des bombardements alliés lors de la Seconde Guerre mondiale. Par le truchement de son intrigue, Pécau rappelle donc que des événements très éloignés par leur thématique se sont déroulés dans un laps de temps assez réduit, sans oublier la présence de Dyo, inféodé au tyrannique Staline.

Ce ballet des puissants (et leur terrible emprise psychologique sur les mortels) ne réserverait pas un tel plaisir de lecture sans Igor Kordey. Plus à l’aise dans la revisite de l’après-guerre que dans l’Egypte des pharaons, le dessinateur rivalise d’audace et de défis relevés, planche après planche. On s’émerveille ainsi sur la cathédrale de Cologne qui surgit, rescapée parmi les décombres de la ville allemande ; on profite d’une magnifique double page pour l’atterrissage d’une soucoupe volante dans le désert du Nouveau-Mexique ; on s’immerge dans la vie des petites villes américaines que le dessinateur parvient à faire revivre avec talent ; on sent presque la chaleur et les odeurs qui émanent des contrées désertiques représentées avec beaucoup d’évocation, le tout profitant des très belles couleurs d’Anubis. On se régale !

Quelques années après la fin de la guerre, Cologne ne s’est pas encore relevée.
L’Histoire Secrète, tome 35 (Delcourt).

Pour ceux qui voudraient faire l’impasse sur le tome 0 des origines et sauter directement sur cet excellent tome 35 qu’ils se ravisent ! Bien que perfectible en de nombreux points, le tome 0 apporte les éléments critiques pour comprendre et profiter de cette nouveauté. Une lecture d’autant plus indispensable, qu’elle augure un nouvel arc narratif !

Après le prélude du tome 0, ce volume 35 est le premier d’une série qui va revenir plus en détail sur des faits historiques qui n’ont été que survolés dans les trente-quatre tomes précédents, le tout sans modifier bien entendu la trame chronologique. Ainsi, prendra-t-on plaisir à retrouver la lutte interne entre les puissants archontes, aux prises cette fois avec "Les Sept Tours du Diable". Au cours d’ouvrages denses et auto-conclusifs, les personnages vont certainement sillonner la seconde partie du XXe siècle, pour retrouver les éléments décrits par René Guenon, l’une des plus grandes figures de l’ésotérisme européen.

Les Sept Tours du Diable vont baliser les prochains tomes.
Extrait du dossier en fin de tome 35 de L’Histoire Secrète (Delcourt).

Pour familiariser le lecteur avec cette nouvelle évocation, Pécau & Kordey ont réalisé un dossier complémentaire à ce tome 35. On y retrouve certes quelques explications authentiques des faits émaillant cette nouvelle histoire, mais aussi une présentation de René Guénon, ainsi qu’une contextualisation de cette figure mythique dans le cadre de L’Histoire Secrète. Ce qui amènera les questions de l’Agharta, du Kundun, de l’Ordre des Templiers et d’autres éléments historiques évocateurs. Sans oublier les fameux dieux égyptiens, issus du tome 0 ! Car comme il l’avait fait pour sa série Arcanes, Pécau fait ici un nouveau clin d’œil au film Stargate et aux séries dérivées.

Extrait du dossier en fin de tome 35 de L’Histoire Secrète (Delcourt).

En guise d’épilogue... provisoire !

Que les lecteurs prennent donc garde : L’Histoire Secrète constitue un univers très cohérent, incroyablement addictif. Les lauriers vont bien entendu à Jean-Pierre Pécau pour la construction complexe de ses intrigues, mais également pour l’ensemble des dessinateurs et coloristes, à commencer par Igor Kordey qui a réussi le tour de force d’aligner plus de trente-trois albums de L’Histoire Secrète.

Cette incroyable saga est donc à conseiller aux lecteurs chevronnés, désireux d’affronter énigmes et de nouveaux univers détaillés et complexes et qui aiment se perdre dans les méandres d’une longue intrigue. Des séries qui font également preuve d’un humour bien dosé, histoire de déminer des tensions.

Flashback quelques années avant Roswell, lorsque les forces américaines et russes s’avançaient en Allemagne
L’Histoire Secrète, tome 35 (Delcourt).

Contaminés par la passion insufflée dans cette "seconde saison" de L’Histoire Secrète avec ce reboost du tome 35, nous convions tous les passionnés de la première heure à répondre présent à l’invitation lancée par Igor Kordey & Jean-Pierre Pécau. Les deux auteurs ont retrouvé le feu sacré, parvenant grâce à leur univers et les personnages installés, à présenter aisément des intrigues fouillées mettant aux prises des personnalités historiques avec des événements incontournables de notre siècle. On apprend, on se passionne, on s’interroge, on se divertit. Et si c’était ça, le secret de l’Histoire ?!

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Commander :
- L’Histoire secrète T0 Les ivoires de Thot de Pécau & Kordey (Delcourt) chez BD Fugue, FNAC, Amazon.
- L’Histoire secrète T35 Roswell de Pécau & Kordey (Delcourt) chez BD Fugue, FNAC, Amazon.

Concernant L’Histoire Secrète et son univers, lire également :
- Delcourt : en quête du Messie
- Pécau, Kordey & O’Grady, le trio de choc de "L’Histoire secrète" se relance avec "Les 30 Deniers"
- Quand les "Arcanes" rejoignent "L’Histoire secrète"

Les visuels de L’Histoire secrète sont © Éditions Delcourt, 2018-2019 – Pécau, Kordey.

  Un commentaire ?