Perdita Queen - T1 : Griffin Dark - Par Crisse - Soleil

17 décembre 2003 0 commentaire
  • Au milieu des années '90, Didier Crisse avait signé une magnifique intrigue policière aux éditions Vents d'Ouest. Malheureusement, l'auteur a souhaité se consacrer à d'autres univers pour les éditions Soleil. L'éditeur toulonnais a eu la bonne idée de publier à nouveau cet album, imprégné des ambiances chères à Mary Higgins Clark.

L’héroïne, restauratrice d’œuvres d’art, vient d’emménager dans un vieux manoir. La localité, Salem, est malheureusement sous l’emprise d’un tueur en série. Celui-ci mutile atrocement ses victimes, signant son œuvre d’un « Griffin Dark » en lettres de sang.

Perdita Queen a rêvé d’un meurtre la nuit précédente. Quelle n’est pas sa surprise en découvrant que son cauchemar s’est réalisé vraiment. Ses visions la reprennent quand elle croise un « témoin ». Perdita Queen ne tardera pas à découvrir que les choses dans cette ville se passent bizarrement depuis près de 300 ans !

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le style graphique de Didier Crisse se prête bien à ce type d’histoire. La sensibilité de son trait permet de mieux nous attacher à son héroïne. Il manie avec dextérité les contraintes du polar fantastique et nous offre dès ce premier tome un univers d’une grande complexité.

Lire un extrait

  Un commentaire ?